Blogs : attention à l’effet de mode

Les blogs sont à la mode, c’est indéniable. Mais par définition la mode est changeante (cyclique diront certains). Aujourd’hui je souhaite attirer votre attention sur le danger que peut représenter la sur-médiatisation des blogs. A trop encenser les blogs, nous risquons de créer un phénomène de frustration. Il est ainsi grand temps de démystifier les blogs et leur potentiel.

Blog ou RSS ?

Dans mon travail quotidien, je suis confronté à une réalité bien cruelle : tout le monde parle des blogs mais assez peu de gens savent réellement ce que c’est. J’ai ainsi de nombreuse fois été le témoin d’absurdité du type : est-ce qu’un blog peut être une bonne idée pour augmenter le taux de transformation ou encore ce client ne sait pas encore s’il veut faire un blog ou un RSS sur son site web. C’est affligeant ! Visiblement le virus du buzz-word a encore frappé, comme si la leçon n’avait pas été retenue avec l’effondrement de la bulle spéculative des années 2000.

Éduquer avant tout

Même si le JDNet a publié un dossier sur le sujet, je pense qu’il serait beaucoup plus profitable d’éduquer plutôt que d’essayer d’enfumer avec des termes à la mode : un blog c’est quoi ? C’est une série de brèves triées par date de publication avec des catégories et des archives. A partir du moment où un site publie des actualités, on peut par extrapolation dire qu’il publie un blog (encore faudrait-il que ce site publie également ces informations sur un flux XML). Rien de très nouveaux par rapport aux antiques pages persos qui ont fait la gloire des Multimania et autres Tripod. Peut-être les barrières à l’entrée ont-elles été encore rabaissées avec des services en ligne proposant des interfaces très simples (à l’image de Blogger) et des solutions d’hébergement intégrées.

Quid du modèle économique ?

Jusqu’à preuve du contraire, je n’ai encore vu aucun modèle économique qui tienne réellement la route par rapport aux blogs. Tout au plus les programmes de publicités ciblées comme AdSense permettent-ils de générer quelques dollars de revenus par mois. Seuls quelques blogs privilégiés (comme Gizmodo) ont une audience et une influence suffisamment forte pour espérer vivre des revenus publicitaires. Pour les autres, ça reste du bénévolat.

Plus une menace qu’une opportunité

Et les blogs de marque me diriez-vous ? C’est justement là où ça coince, le blog est un outil de communication extrêmement délicat à manier. Il est régit par un code de conduite et une éthique redoutable où le moindre travers est immédiatement sanctionné (voir à ce sujet la mésaventure de Vichy). Pire, quand il s’agit de d’exprimer son mécontentement vis à vis d’un produit ou d’un service les blogs se révèlent être des armes redoutables : les exemples de Kryptonite et Kensignton feront date dans l’histoire de l’internet.

Et la syndication dans tout ça ?

A mon sens, la seule et unique innovation liée aux blogs est la syndication : la possibilité de récupérer la contenu brut d’un blog pour le publier ailleurs. Ors, quand j’épluche les statistiques de fréquentation de mon site, je constate un phénomène très étrange : sur les 3.000 visites journalières en moyenne, moins de 500 proviennent de lecteurs ?RSS ou d’aggrégateurs. Très étrange, surtout que l’audience de ce site est essentiellement composée de technoïdes et de professionnels du milieu de l’internet. Que peut-on en conclure : à peine 15% des lecteurs de ce site profitent pleinement du potentiel de syndication. 15% chez les technophiles, ça doit pas faire loin des 1% chez monsieur tout-le-monde. Le véritable potentiel des blogs est donc encore largement sous-exploité.

Conclusion

Même si les blogs génèrent beaucoup de trafic et d’engouement, ils n’en restent pas moins un phénomène de mode. Je ne partage pas l’enthousiasme de Loïc Lemeur (et c’est normal, c’est son gagne-pain pas le mien !), mais je ne veut pas non plus jouer les rabat-joie : tant que les blogs restent des initiatives personnelles ils représentent un formidable outil de communication, mais dès que l’on veut en tirer un bénéfice concret, ça reste très délicat. Un peu à l’image d’un pur-sang sauvage : magnifique mais indomptable. Arrêtez-donc de présenter les blogs comme la nouvelle killer application de l’internet pour éviter de créer de la frustation et engendrer un phénomène de lassitude voir de désintérêt.

Un commentaire sur “Blogs : attention à l’effet de mode

  1. Fred, je pense que peu de personne ont le recul suffisant pour comprendre ton message, je ne suis pas surpris… Je partage complètement ton analyse et cette surmédiatisation créé effectivement des attentes chez ceux qui n’ont qu’une vague compréhension de ce qu’est internet aujourd’hui. C’est amusant de noter qu’on voit le même phénomène démarrer avec les Wikis, la frénésie de la nouveauté, le mythe de la « killer app » a la vie dure ! Idem pour le tagging à la Technorati ! Au lieu d’utiliser les atouts indéniables de ces applications quand le contexte s’y prête, on ne jure que par elles… La même chose se produit avec les outils sociaux, qui génèrent une énorme déception auprès des utlisateurs, on est en plein dans la featuritis que tu cites dans un de tes récents billets. Essayez Viaduc, 6nergies… il y a encore du chemin à faire et les conseils d’un ergonome, un spécialiste de l’IA et quelques focus groups pourraient vraiment aider… Au final, je garderai la tête froide en ce qui me concerne : les blogs, pas plus que les wikis ou autres outils sociaux ne sont en danger. Avec le temps, ils vont reprendre leur place naturelle auprès de ceux pour qui l’outil est simplement un prolongement naturel d’un état d’esprit. Aussi, on peut penser qu’ils vont de plus en plus être en adéquation avec les besoins de simplicité et d’efficacité que chacun d’entre nous peut avoir vis à vis de la surcharge informationnelle continuelle dans laquelle nous sommes baignés. Merci en tout cas pour ce plaidoyer qui résume parfaitement la dérive actuelle, et qui fait contrepoids à certains « papes » auto-proclamés…

  2. Plein de choses intelligentes dans cet article et dans les commentaires associés. il ne faut pas faire passer les blogs pour la révolution de l’internet qui va permettre aux entreprises de multiplier leurs revenus. Les entreprises qui ont compris que la publication de contenus en rapport avec leur domaine d’activité peut leur rapporter de l’argent ont tout à gagner de n’importe quelle évolution dans les usages du web qui permet de le faire plus facilement. En particulier des blogs, qui font exactement ça dans de très grandes proportions. Mais c’est une ultra minorité d’entreprises. Pour le moment, les entreprises pensent encore que sur le web, il faut faire de la communication. Quand elles comprendront qu’il faut y produire des contenus en masse parce que 1/ ce sont les informations qui font vendre les produits (et pas les messages, comme dans la comm), et 2/ répondre au besoin d’information de ses cibles permet de rendre un service et donc de créer un lien, prélude à une relation client => alors elles s’intéresseront intelligemment aux blogs. Pour le moment, elles sautent comme des cabris chatouillé par Séguéla ! Ca ne va pas bien loin…

  3. Sans rapport avec mon commentaire précédent. Je viens de lire ton CV après avoir lu cet article, Fred. Et je ne comprends pas. Tu dis : « Et pour infos, je n’ai pas encore gagné 1 centime avec ce blog, ce n’est que du bénévolat.  » Tu bosses chez SQLi et tu es consultant. Tu vends de la matière grise. Ton blog est 100% en rapport avec ton activité professionnelle. Il montre que tu es un expert dans ce domaine. Quand SQLi te vend à ses clients, il vend ta crédibilité et ton blog la renforce très sérieusement (car il est excellent). Et ça, ça a de la valeur, donc un prix. Toi avec ton blog et toi sans ton blog, ça n’a pas le même impact sur un prospect dans une propale pour emporter l’affaire. Et peut-être même que ça n’a pas le même tarif/jour. Et si tu cherchais du boulot, sur le marché des SSII-web agency, ça n’a pas le même prix non plus. Par conséquent, ton blog peut être rattaché à un modèle économique bien précis. Il a de la valeur. Il en crée. Et je te concède volontiers que ta démarche puisse être désintéressée. Mais elle pourrait aussi bien ne pas l’être. Voilà donc un exemple d’utilisation business d’un site (blog qui plus est) à forts contenus ! Oui, il y a un modèle économique pour les blogs, mais pas où l’on croit ! Laurent.

  4. Laurent, Ce blog m’apportera peut-être un jour des bénéfices indirects (ceux qui tu décris) mais je peux t’assurer que jusqu’à présent, j’ai pas touché un centime ! /Fred

  5. Ce que je comprend également dans l’intervention de laurent c’est que tu es tenu de garder une certaine façon d’analyser les choses qui ne mettent pas en cause ton travail professionnel. Cette attitude pourrait nuire à l’objectivité ou au contraire à exprimer librement ta façon de voir les choses. ps: dans l’article « Or » et pas « Ors » (Et la syndication dans tout ça)

Laisser un commentaire