La règle de l’élasticité s’applique-t-elle au design des sites web ?

L’élasticité est un terme issu du marketing qui désigne l’influence du prix d’un produit sur son attractivité. En d’autres termes : pour certains secteurs (luxe…) plus un produit est cher et mieux il se vend alors que pour d’autres secteurs (biens de commodité…) plus un produit est cher et moins il se vend.

Deux récents articles publiés sur les blogs UIE Bain Sparks (Is Ugly the new Black?) et Whitespace (Ugly Design Getting Too Much Credit) m’amène à la réflexion suivante : est-ce qu’il existe une notion similaire d’élasticité pour les sites web ? En d’autres termes, est-ce que plus un site est moche et mieux il marche ?

Bien évidemment ça n’est pas si simple. Il existe cependant des exemples flagrants de sites pour lesquels un design rudimentaire fonctionne très bien voir mieux :

  • Craigslist, le célèbre service de petites annonces locales qui propose un design plus que spartiate ;
  • MySpace, récemment racheté par Ruppert Murdoch pour 580 millions de dollars ;
  • Les blogs avec toutes ces mises en pages qui se ressemblent et surtout toutes ces fautes d’orthographes (bon OK, sur ce point je ne le ramène pas…).

Etrange vous ne trouvez pas ? Pour ces trois exemples, un design simpliste (à la limite de l’amateurisme) n’est pas rédhibitoire. Pire, il participerait à la valeur perçue et au capital confiance d’un site. Par exemple, les fameuses fautes d’orthographe des bloggeurs qui attestent de l’authenticité de l’auteur et qui favorisent son humanisation et l’empathie des lecteurs.

Bon, inutile de spéculer, ce n’est pas parce que vous allez faire des fautes d’orthographes sur votre boutique en ligne hideuse que vos ventes vont décoller. Il n’existe qu’une minorité de sites web (les blogs et les sites de petites annonces en font partie) pour lesquels le côté moche (et / ou amateur) peut être assimilé à un facteur-clé de succès.

Et vous ? C’est quoi vos exemples de sites moches mais qui fonctionnent ? (hormis CDiscount)

Un commentaire sur “La règle de l’élasticité s’applique-t-elle au design des sites web ?

  1. Comme en marketing direct et encore plus en VPC, l’élasticité s’applique au couple ergonomie/esthétique. Vuitton ne peut pas se passer d’une esthétique revendiquée. Netvibes le peut. En fait le « site moche » n’est pas toujors moche, c’est la revendication esthétique qui est moindre. Quand on dit « site moche », c’est une façon de parler. Dans le genre « site moche », il y a plusieurs catégories : celui qui relève d’un travail mais raté (on se dit « celui-là a des goûts de ch…… »), celui qui fait genre spontané, celui qui applique des codes de catégorie fonctionnelle (amazon, la fnac), celui qui applique des codes « bas de gamme » qu’il croit appartenir à son lectorat ou à sa cible (closer, wow). Alors que le « beau site », lui, procède à un travail d’invention (cherche, trouve, construit, modèle) et revendique sa trouvaille d’identité. C’est dans l’attitude que se situe la différence je crois. Et c’est ce qui fera que nous jugerons « moche » tel site sobre et minimaliste, et « beau » tel autre site tout aussi sobre et minimaliste. Le site « minimaliste moche » ne revendique pas d’esthétique, tandis que le « minimaliste beau » affiche cette esthétique. L’esthétique d’un site, comme son ergonomie d’aileurs, est dans son attitude, pas seulement dans notre oeil. La preuve (je devrais plutôt dire illustration) : je ne connais personne qui ne mette netvibes ailleurs que dans la case « site moche » : pourtant, rien n’y est laid à proprement parler. Sur netvibes, il y a la non-revendication esthétique. A part ça, dans la mocheté, je mettrais volontiers les portails. Avec la palme du foutoir ergonomique en plus. En fait, je crois que le portail constitue à lui tout seul un troisième genre, qui dépasse le « moche » de façon quasi hégélienne, si je puis me permettre. Pardon aux portails beaux et ergonomiques dont je n’aurais pas eu la joie de faire la connaissance.

  2. il n’est pas si facil de faire simple et de bon goût!!! souvent simplement decoratifs ou trop « publicitaires et mercantiles trop look  » les sites sont resentis comme des piegest trop visibles c’est que la pub a l’exterieur du net fait rage aussi!! telévision,affiches, boites aux lettres pleines a craquer..etc le flot d’images (trop belles)devient difficile a digerer parfois… https://www.box.net/ par exemple simple mais pas moche…

  3. Moche et remoche Je pense qu’il est plus facile de s’approprier un site sans identité. Essayez de vous sentir bien dans un appartement décoré avec des meubles louis XIV et papier peint à fleures…

  4. Personne ne parle de Google ! et pourtant c’est l’archetype de l’utilitaire, du rationnel « spartiate » et simplifié à l’extreme. Difficile de faire plus « nu » et c’est le logo (et ses déclinaisons) qui sert d’identité et de fil conducteur. Le reste c’est des liens et du texte. Mais personne n’en attends davantage, le dénuement fait partie de la fonction et une interfaçe trop chargées serait plus agaçante qu’autre chose…

  5. ben, euhhh… ed productions, surtout sur la page d’accueil des formations :-)
    C’est vrai que le site est moche… mais vendeur (plus de 80 % de mon CA est réalisé par le site). Il est « historiquement » moche. En effet, ce site n’a jamais été conçu au départ pour vendre, et je n’ai pas le temps d’effectuer une refonte (enfin, ai pas le temps ou l’envie…)
    Quelques réflexions à la lecture du billet et des commentaires.
    Je pense que la notion : beau-moche est subjective. Maisil ne faut pas confondre non plus « dépouillement » avec laideur.etc.
    Mais maintenant… si l’on portait le débat sur l’usage ? Mon point de vue… après ces quelques années d’expériences ! Il y a des sites qui doivent être très esthétique. Les sites de promotion d’une région par exemple. Par contre, dans une multitude de site, ce n’est pas l’aspect du site qui est primordial, mais l’information qui s’y trouve.
    Concernant l’information, à ma connaissance, le moteurs de recherche fonctionne simplement sur ce contenu. Pas sur l’aspect esthétique des site. C’est justement ce que recherche rapidement l’internaute : l’information…
    Je prends un exemple concret. Ma page formation ) est archi laide, anti accessible au possible… et pourtant, je peux vous dire qu’un nombre impressionnant de personnes me parlent de cette page en la trouvant « géniale » (c’est leur terme) car en une seule page, ils ont l’essentiel de l’information qu’il recherche. Elle peut être certe améliorer… mais son référencement et son utilisation me freine… Pourquoi changer quelque chose qui fonctionne ?
    Bien sur, tous les graphistes, les ergonomes, les ceci ou les cela… me disent (ce que je comprends) que cette page (ce site) n’est pas digne entre autre d’un centre de formations spécialisé en PAO, graphisme, multimédia et internet… mais qui n’a jamais dit ne faites pas ce que je fais :-)

  6. Il faut aussi prendre en compte la valeur affective d’un site, qui à elle seule suffit à créer une affinité forte. En ce sens, il y a peut-être une deuxième fome d’élasticité : plus votre site est « institutionnellement » loin de son lectorat attendu, plus il aura besoin de construire des codes affinitaires (ce qui peut passer par le choix d’une esthétique revendiquée) ; plus le site est à proximité de la communauté d’utilisateurs ou de lecteurs qu’il concerne, moins il aura besoin de codes affinitaires, puisque l’affinité est une donnée a priori de la fréquentation. Mais attention, les codes affinitaires ne passent pas forcément pas du « beau ». Esthétique et « beau » nesont pas non plus la même chose. Rien n’est simple, pff. eric, ton site n’est pas moche, il est proche. :)

  7. Bonjour, Je suis d’accord avec François pour la distinction entre « laid » et « sans fioritures ». Après tout est une question de contenu… Pour répondre a delcroix, je ne dirais pas que ton site est moche, il répond aux besoins de ceux qui le consultent et les informations se trouvent très facilement,bref c’est certes un peu veillot (désolé…) mais c’est clair et visiblement ça marche!! Un exemple inverse est le blog que j’ai créé il y a maintenant quelques semaines :il est relativement épuré et m’a permis de me faire la main sur les feuilles de style et l’utillisation d’Illustrator…Ce n’est donc pas du simple texte sur fond blanc, mais malgré l’effort esthétique (enfin j’ai essayé…) le contenu ne suit pas… En conclusion, beau ou moche, il faut du contenu intéressant et facilement accessible…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *