S’il ne doit en rester qu’un, ça sera Second Life (ou pas !)

Il y a quelques mois j’émettais de gros doutes sur la viabilité de Second Life. Ces doutes étaient fondés sur le contexte de l’époque. Entre temps, Second Life a évolué et continue encore d’évoluer. Mais depuis, je n’ai pas eu le loisir d’exprimer à nouveau mon point de vue.

C’est en partie une discussion avec Robert de Community Chest qui me motive à clarifier une position qui peut être interprétée comme ambigüe (pourquoi organiser un séminaire sur le sujet si je n’y crois plus ?). En effet, je ne voudrais surtout pas que vous vous mèpreniez sur ma position : il existe une multitude d’alternatives à Second Life, mieux structurées et mieux ciblées, mais qui n’ont pas la même ambition ou envergure. Et cette envergure à un prix : les nombreux bugs et dysfonctionnement dont souffre encore la plateforme.

Faut-il l’abandonner pour autant et reporter ces budgets sur d’autres univers ? Non certainement pas ! Mais laissez-moi vous expliquer pourquoi.

Une roadmap bien chargée

Second life est en pleine mutation, ça vous le saviez déjà. Mais vous étiez-vous rendu compte de nombreuses améliorations et nouveautés de ces derniers mois : primitives texturées, VoIP, nombreuses API… Ces mutations se font au fur et à mesure et demandent bien évidemment beaucoup de temps et d’énergie aux équipes de Linden Lab. Ces évolutions avancent donc au rythme que peuvent tenir les 150 développeurs qui travaillent dessus tout en assurant une continuité de service.

Laissez-moi vous rappeler pour mémoire que Microsoft malgré son armée de développeurs (plusieurs dizaines de milliers) a reculé de nombreuses fois la date de sortie de Vista tout en réduisant son périmètre. Laissons donc le temps aux équipes de Linden Lab de faire évoluer la plateforme avec plus de richesse et de confort pour les utilisateurs, plus de possibilités et de garanties pour les annonceurs.

Un environnement concurrentiel complexe à appréhender

J’ai déjà eu l’occasion de vous parler des alternatives à Second Life qui présentent également un très grand potentiel. Entendons-nous bien, il s’agit d’alternatives et non de concurrents. Est-il ainsi opportun de comparer Second Life à World of Warcraft (un MMORPG) ? A Habbo (un réseau social en 2,5 D) ? Ou encore à Entropia Universe (un MMORPG avec une couche sociale et business) ? Non pas réellement.

En fait Second Life représente presque une catégorie à lui tout seul car il possède des caractéristiques uniques :

  • Un monde virtuel ou chacun fait ce qu’il souhaite ;
  • Un environnement qui est enrichi par les utilisateurs eux-mêmes (User Generated World) ;
  • Une économie ultralibérale (avec une monnaie fluctuante, des bourses…).

Difficile dans ces conditions de choisir entre Second Life et un autre univers, car ils se valent tous plus ou moins : certains ciblent une tranche d’utilisateurs de façon bien plus précises (Habbo), d’autres reposent sur des fondamentaux juridiques et fiscaux plus sains (Entropia Universe), d’autres offrent un bien meilleur contrôle (There)… mais aucun ne propose une liberté quasi-totale et surtout un univers qui n’est pas fini. Et c’est bien là où la différence peut se faire : la pérennité des univers « finis » ne repose que sur la capacité des éditeurs qui les contrôlent à faire évoluer l’environnement et à animer une communauté. Car je vous rappelle que tout le monde n’a pas la force de frappe de MTV qui dépense pourtant une énergie folle à faire décoller ses univers.

Une croissance soutenue

Malgré l’essoufflement médiatique anticipé, Second Life occupe encore le devant la scène. Les annonceurs sont toujours plus nombreux et surtout l’industrie pornographique y investit massivement. Ça vous fait sourire ? Vous ne devriez pas car cette industrie est de loin la plus compétitive et la plus visionnaire : ils étaient les premiers à croire au VHS, au Minitel, à l’internet, au DVD… S’ils s’y intéressent alors c’est très bon signe car jusqu’à preuve du contraire l’industrie pornographique ne s’est jamais trompée.

Second Life sera l’avenir du metavers (ou son passé)

Les futurologues et spécialistes s’accordent pour dire que Second Life est ce que nous avons de plus proche d’un futur metavers (lire à ce sujet le très instructif Metaverse Roadmap). Mais la route est encore longue et parsemée d’embuches, surtout pour Linden Lab !

En fait, quand on prend un peu de recul, on se rend compte que Linden Lab se retrouve dans la situation de Netscape 10 ans plus tôt : ils ont entre les mains un produit à très fort potentiel, sans équivalent (privé ou open source) et sans concurrent industriel direct. Nous savons tous ce qui est arrivé à Netscape (écrabouillé par le rouleau compresseur de Microsoft et de son Internet Explorer) qui connait cependant une seconde jeunesse par procuration (au travers de Firefox).

Pour l’instant Second Life est encore à l’abri, peut-être HiPiHi représente-t-il une menace, mais il est culturellement trop éloigné. Qu’arrivera-t-il le jour où des poids lourds comme IBM ou Google décideront d’entrer dans l’arène ? Linden Lab risque de e sentir tout petit à côté de ces mastodontes… à moins qu’il trouve une issue de secours en libérant le reste de son code source (notamment la partie serveur).

Linden Lab passerait donc du rôle d’éditeur à celui d’opérateur d’un univers virtuellement infini (puisqu’ouvert à tous). Resterait alors à Linden Lab la lourde tâche de viabiliser son écosystème (avec une monnaie stable, de la fluidité dans les échanges et pas trop d’inflation). Ils laisseraient le soin à d’autres acteurs dont c’est le métier d’assurer la pérennité technique de la plateforme. IBM est ainsi un repreneur idéal puisque ce dernier y verrait une occasion en or de recycler ses mainframes, monstres de calcul et de puissance qui s’acquitteraient volontiers de cette tâche.

Second Life a donc toutes les chances de réussir son pari (s’imposer comme l’univers virtuel de référence, LE metavers)… ou d’échouer ! L’alchimie de cette réussite est très complexe et est surtout conditionnée par de trop nombreux facteurs pour que je puisse vous les énumérer ici.

Ne laissez pas passer votre chance !

Pour conclure, je dirais que malgré tous les reproches (fondés) que l’on peut lui faire, Second Life reste l’univers virtuel le plus ambitieux et possédant le plus de potentiel. Je rappelle aux sceptiques que les mêmes reproches étaient formulés à l’internet il y a 10 ans (trop peu d’utilisateurs, trop complexe, manque de modèles économique fiables et avérés…).

En un mot comme en cent, si vous souhaitez vous positionner durablement sur les médias numériques alors vous ne pouvez pas faire l’impasse sur Second Life. Cet univers vous ouvre les portes d’un nouveau média à très fort potentiel, à vous de l’apprivoiser graduellement et de commencer à vous y faire une place.

Un commentaire sur “S’il ne doit en rester qu’un, ça sera Second Life (ou pas !)

  1. Alors mes analyses.

    Linden propose des chiffres que bcp jugent faussés. J’ai fais une expérience qui consistait à compter le nombre de résidents à heure fixe(21h-22h) sur 8 sim francophones.(via un bot qui circule ds la sim)

    Stats entre Décembre et Juin actuel : on est censé avoir près de 40% de plus de gens online, hors, on voit par exemple que sur ces sims fr le trafic a chuté de près de 40% après tout le gros buzz médiatique… Faudrait faire l’expérience à plus grande échelle mais ça pose des questions… Enfin, ne pas oublier que bcp de résidents 2nd life font du sitting, c’est à dire ils sont à un endroit fixe, juste connectés pour toucher 5l$ de l’heure. Mais ils ne participent en aucune façon. Il n’y a qu’à voir les endroits les plus peuplés de 2nd life qui sont constitués à 60% de ces gens là.

    Ensuite, demandez autour de vous. Qui participe à 2nd Life??? Je ne nie pas qu’il y a une clientèle pour ça. Mais un univers 3D de ce genre vise une clientèle ciblée, la plupart des gens s’ennuient. Loin du phénomène de société qu’on nous annonçait…

    Alors oui, je crois qu’un univers virtuel a sa chance pour attirer le grand public mais en 2030… Quand on pourra s’imerger avec casquer virtuel et avoir une connexion avec tout nos sesn(toucher, odorat etc..) d’un réalisme équivalent à la réalité. On en est loin. Pour l’instant, ce n’est qu’un univers façon jeux vidéo mais sans jeu, ou tout est construit par les résidents. Alors oui, c’set original mais le grand public il s’en fout de ça.

    D’ailleurs, Second Life a été archi favorisé par tout les médias occidentaux(fr et USA) à la même période. On ne parlait que d’eux.(faudra féliciter celui qui gère leur marketing et relations de presse)

    Le buzz a eu lieu, non pas grâce à leur concept, mais suite au fait que quelqu’un était devenu milllionnaire suite au jeu(enfin ce qu’on nous dit) Alors allons voir les iles et les terrains virtuels qui appartiennent à cette personne. 90% sont vides, quand je dis vide, c’set à dire 1 personne ou 0 sur la sim.

    Ensuite, il ya des dizaines de MMO devant 2nd life alors que personne n’en a entendu parler.
    Alors oui, ce n’est pas la même chose, ce sont plus des jeux mais ce n’est pas le problème. Le truc, c’set que le concept 2nd life n’attire pas le grand public. Je n’ose imaginer le trafic de ces jeux MMO si ils avaient eu droit à une couverture médiatique équivalente à 2nd Life.

    Bref je suis très critique vis à vis de 2nd Life et je pense que tout le monde s’enflamme et ça sent la grande bulle… Oui il y a un public mais limité. Les applications 3D ne sont pas une fin en soi. ça fait un moment qu’on peut en faire en local et on leur préfère leur équivalent 2D bien plus efficaces pour plein de tâches.
    Quand j’entends parler de conférence ou de truc du genre en 3D, ça me fait bien rire.. Quelle valeur ajoutée? Quelle valeur ajoutée à un cours ds Second Life au lieu d’un cours vidéo? Et si valeur ajoutée il y a , est-elle pertinente? Suffisamment pour faire passer le mainstream à ce mode d’interraction?

    Bref pour moi les univers virtuel intéresseront le grand public lorsque on saura reproduire quelque chose qui les immerge dans une 2nd réalité alternative mettant en eveil tout leurs sens. Alors oui, 2nd life est une étape mais pour le moment, l’intérêt est limité.

  2. @ Lanza > Oui je suis bien d’accord avec toi, un site web a bien plus d’impact qu’une sim dans SL. Mais c’est parce que le web a 10 ans (20 ans ?) de maturité supplémentaire par rapport à SL.

    Encore une fois le vrai potentiel des univers virtuels (et de SL en particulier) n’a pas encore été dévoilé.

    /Fred

  3. >Encore une fois le vrai potentiel des univers virtuels (et de SL en particulier) >n’a pas encore été dévoilé.

    C’est ça le problème? A quoi servent-il?

    Dès le départ l’internet a permis de communiquer. Le web a permis de transmettre du texte, de l’image, de l’information. EN 10 ans, ça s’est amélioré niveau qualitatif et quantitatif mais c’est le même principe qu’au début.

    Par contre l’univers 3D, quel est son but actuellement?

    Par exemple, le grand public pouvait être repoussé par le web a ses débuts car :
    – il trouvait pas l’info
    – l’info était trop peu disponible
    – l’info ne l’intéressait pas.

    Tout ces points on été améliorés.

    Mais pourquoi les gens sont repoussés actuellement par l’univers 3D :
    – on s’y ennuie.
    – il n’y a rien à faire

    Et j’imagine vraiment pas comment améliorer ça. A moins de créer des jeux et autres animations… Bon après la techno de 3D temps réel via l’internet a son intérêt pour certaines applications mais c’set qd même très ciblé ou bien demande une avancée technologique et une immersion loin d’être disponible et qui aura des barrières d’entrée financière niveau hardware.

  4. @john > 100% d’accord et convaincus que les univers 3D auront un intérêt réel pour le plus grand nombre le jour où nous aurons une  » réalité alternative mettant en éveil tous leurs sens ».
    Pour le moment les univers 3D ont toujours essayé de singer la réalité avec des pauvres polygones pointus et des mapping récursifs à grosses pixels. C’est vrai, la techno évolue, et dans 20 ans peut-être nous aurons des rendus à peu près photoréalistes. Mais cela ne résoudra pas la qualité spatiale des espaces… Mais ça c’est une autre histoire.
    Pourquoi ne voit-on pas apparaître des univers 3D immersifs totalement détachés du réel et de ces contraintes constructives, des sortes d’univers alternatifs qui n’ont rien à voir avec notre univers euclidien ?
    SL ne crée pas de nouveaux espaces, il réplique (mal ) nos lieux réels qui deviennent alors des sortes de non-lieux vide, froid et triste…
    Si qqun à des liens de « téléportage » vers de beaux espaces sur SL, je suis preneur.

  5. Hello Fred,

    Je ne suis pas un afficionados de Second Life mais avais passé quelques dizaines d’heures sur le 2ème Monde de Canal. C’était en 1997. Initiative de Le Diberder. Et en lisant ton billet et les commentaires, je vois que même si Second Life est mondial / que le Ht débit est là / que sans doute le marché est plus important…on se pose à peu près les mêmes questions : l’animation, les problèmes techniques de montée en charge…

    Je voudrais avoir ton point de vue sur la pertinence ou non de comparer Second Life au 2ème Monde :-)

    A +

    /Olivier ;-)

  6. Tiens Fred as tu un site qui liste les applications probables d’un univers 3D dans le futur?

    Au fait ds les univers 3D, il y a 3Dvia lancé par Dassault système. POur le moment c’set juste une collection d’objet ou de petites simulations mais vu l’expérience du groupe dans le domaine, on peut penser qu’ils vont pousser le truc un peu plus loin.

  7. Objectif à mort ^^
    Alors mon post le sera tout autant.
    En tout cas pour moi ça ne fait aucun doute, on utilisera bien un système similaire à l’avenir, mais Second life n’est ni l’instigateur ni la continuité de cet ensemble. Son ergonomie, sa stabilité, sa sécurité, son look et son côté « user friendly » lui font défaut et ce, même avec les éventuelles améliorations de la roadmap.
    La hype SL retombe déjà et un ou plusieurs successeurs vont prendre le relai. Peut-être allons-nous voir un nouveau standard virtuel apparaitre.
    Pour l’instant ce n’est vraiment pas une plateforme digne de 2007…

  8. Et Sony Home qui parie sur une expérience très intuitive et immersive, très vie réelle ? C’est vrai que la Playstation 3 part mal mais de là à ne pas lister cet univers virtuel…

  9. Bonjour,

    Second Life (ou plutôt le concept d’univers vituels en 3D) explosera en terme de fréquentation et d’intérêts financiers quand trois conditions seront réunies :

    – il est nécessaire pour s’ouvrir, pour expérimenter et donc murir que l’univers soit ouvert. Par ouvert, j’entend que chacun puisse construire sa zone, y intégrer ses propres règles, que l’achat de terrain soit peu onéreux. Sans ouverture pas d’expérimentation et point de maturation.

    – il est nécessaire que les performances techniques de nos machines augmentent pour permettre une 3D bien plus esthétiques qu’elle ne l’est à l’heure actuelle.
    Le monde de Second Life est encore bien trop laid pour que la 3D présente un quelconque intérêt.

    – il est enfi nécessaire que les universités et écoles forment plus de spécialiste 3D. Il y a une pénurie de ce côté.

    Une fois que ces trois conditions seron remplies alors nous pourrons enfin créer un avatar à notre image, essayer en ligne vêtements et accessoires et enfin les commander directement depuis Second Life. Nous pourrons assister à un vrai cours de cuisine, aller regarder sur la place la reconstitution d’évènement historique et finalement filer sur notre ile World of Warcraft.

    Second Life et les univers 3D ont un avenir et c’est évidemment à observer mais il est encore bien trop tôt. Par contre le jour où tout cela sera en place, alors on pourra vraiment parler de Web deuxième version.

Laisser un commentaire