Mes réflexions autour de Silverlight 2 et du MIX08

Suite à une série de billets publiés sous forme de compte-rendu, je me livre maintenant à une analyse à froid de la stratégie de Microsoft sur les interfaces riches et sur Silverlight en particulier.

Silverlight est là pour durer

Au vue de l’ambition et des moyens qui sont engagés par Microsoft, il est clair que les interfaces riches est un créneau (marché ?) que Microsoft veut investir durablement. Traduction : ils mettent le paquet pour réussir.

Ce n’est donc pas un hasard si Silverlight est proposé dans les mises à jour de Windows, le déploiement doit se faire rapidement.

Deux leviers de différenciation

Pour rattraper son retard sur Flash, Silverlight doit trouver sa place dans un marché un quête d’un second souffle. Microsoft a donc choisi de miser sur deux critères de différenciation : La vidéo HD et les applications d’entreprise.

Le premier car ce créneau est encore quasi vierge (du coup Adobe contre-attaque avec son initiative HD Video). Le gros partenariat avec NBC pour la retransmission des J.O. devrait jouer un rôle important dans l’évangélisation de Silverlight auprès du grand public.

Le second car Adobe a du mal à pénétrer ce marché et que Microsoft dispose déjà d’une très importante base de clients et de développeurs (lire à ce propos un billet de l’année dernière : Réflexions autour de Silverlight). La mise à disposition d’un ensemble de composants standards d’interface (boutons, menus déroulant, champs…) est ainsi un premier pas vers une approche industrialisée du développement de RIA d’entreprise.

Un discours tourné vers les annonceurs

Force est de constater que Microsoft ne s’embête pas trop à séduire les utilisateurs, ce serait un chantier bien trop laborieux et inutile (surtout avec Deux sites qui se font concurrence : microsoft.com/silverlight et silverlight.net).

Microsoft préfère concentrer son attention sur les annonceurs en leur fournissant des outils qui facilitent la monétisation des contenus :

  • L’intégration native de la gestion des publicités au sein de l’environnement de développement (ad templates) qui permet de gérer l’apparition de bannières à des moments précis de la timeline ou sur déclenchement d’un évènement, de gérer leur comportement, d’afficher des bannières transparentes en sur-impression (ad overlay) ou encore de faire du tracking ;
  • La possibilité de faire du téléchargement progressif (progressive download) pour ne pas gâcher de la bande passante inutilement (améliorant ainsi les coûts d’exploitation) ;
  • La possibilité d’activer la gestion dynamique de la bande passante (adaptive streaming) qui permet de réduire la qualité d’une vidéo pour ne pas interrompre le streaming (et donc l’affichage des fameuses bannières).

Bref, vous l’aurez compris, ils ont pensé à tout et les annonceurs / agences ne seront pas sourds à ces outils très précieux.

Quid des outils de conception ?

Je ne sais pas pour vous mais j’ai la très désagréable impression d’être la troisième roue du carrosse. Je m’explique : pour faire un site web ou une application en ligne, vous avez besoin de trois types d’intervenants : les designeurs qui s’occupent du look&feel, les développeurs qui s’occupent de la programmation et de la viabilité technique, les architectes fonctionnels qui se chargent des aspects métiers et de l’utilisabilité.

Microsoft tout comme Adobe concentrent tout leurs efforts sur les designeurs et les développeurs, mais ne s’adressent pas du tout aux concepteurs. C’est très dommage, car ces trois métiers travaillent de concert et devraient partager le même environnement de travail.

Je rêve ainsi d’une plateforme unifiée servant à faire la conception graphique, technique et fonctionnelle d’une RIA. Une plateforme de conception où il serait possible de :

  • Créer des arborescences ;
  • Modéliser des processus métiers ou des parcours clients (sous forme de use cases) ;
  • Faire du prototypage rapide sur des écrans fonctionnels (appelé ça comme vous voulez : storyboard, wireframe…) ;
  • Décrire le comportement des interfaces et des différentes modalités d’interaction (des sortes de mini-specs).

Jusqu’à présent l’offre des grands éditeurs est inexistante sur ce créneau, il n’existe que des acteurs de niche comme Norpath ou Axure.

Pour l’instant je n’ai entendu que des rumeurs et bruits de couloir : une extension à la suite Expression pour Microsoft et un certain projet « bordeaux » chez Adobe (un outil à mi-chemin entre Fireworks et Thermo).

2008 sera une année décisive

Je suis intimement persuadé que 2008 va être une année charnière pour les interfaces riches où tout va se jouer en quelques trimestres. Les enjeux sont de taille et le web 2.0 se cherche un second souffle, la bataille s’annonce donc épique avec un probable point culminant pour les sorties officielles de Silverlight 2 et Flash 10.

En attendant, Microsoft (tout comme Adobe) poursuit son travail d’évangélisation et de séduction. Espérons qu’ils n’oublieront personne en chemin (cf. mon paragraphe sur les outils de conception).

29 commentaires sur “Mes réflexions autour de Silverlight 2 et du MIX08

  1. Personnellement, je pense que Silverlight va se planter en beauté, à la manière de leur moteur de recherche.
    En tant que développeur web, je n’ai aucune confiance en Microsoft : ils ne se préoccupent que de Windows alors que le Mac se renforce et que Linux prend de l’importance via les téléphones et autres mobile devices, les choix des administrations…

    Pour savoir ce qu’on peut attendre dans la durée de la part de MS, il suffit de voir : IE pour Mac (abandonné), Windows Media Player sur Mac (abandonné), MSN Messenger sur Mac (bloqué à une vieille version sans audio ni vidéo)…

    Et puis ils ont une image désastreuse en ce moment concernant la qualité de leurs produits, ils ont une philosophie qui va à l’encontre de celle du web : au final, je ne connais personne qui s’intéresse à Silverlight.

  2. Je suis tout à fait d’accord ; Silverlight bénéficie d’un appui monstrueux de la part de M$. Et d’après ce que j’ai entendu il y a presque un facteur de 10 entre la Flex team et la Silverlight team…
    En plus des gros partenariats commerciaux que tu cites, Microsoft s’engouffre dans un créneau que Flash a malheureusement laissé entrouvert : les terminaux mobiles (Nokia)… A MAX l’an dernier on attendait bcp d’Adobe à ce niveau qui n’en a rien fait ; à ça se rajoute la contre pub monstrueuse de Steeve Jobs à l’encontre du Flash Player…

    Par contre du simple point de vue technologie, Silv$ n’apporte pas grand chose. Les seuls avantages que je vois à Silv$ c’est la CLR qui y est portée + XAML que je considère comme une révolution en tant language descriptif UI (mais Flex 4 devrait là rattraper son retard, cf OpenFlux : http://code.google.com/p/openflux/)

    {Maz}

  3. @Fred : au fait tu es sûr que Flash 10 est prévu pour cette année ?

    @joey : hmm déployer du soft est différent de déployer des technos… Là avec Silv$ M$ s’est engagé à supporter ces plateformes – je l’imagine très mal dire dans 3 ans « bah finalement Silv$ / MACOS ça vaut pas le coup » – t’imagines les réactions de la communauté Silv$ ? Alors qu’arrêter le support de MACOS pour une version de MSN a bcp moins d’impact…

  4. Moi aussi, en tant que simple développeur (et amoureux du web), je n’ai aucune confiance en Microsoft et aucune foi en leur technologies. Mais notre point vue n’est pas représentatif de l’ensemble des mentalités et des acteurs. Au final, des aspects pratiques ou économiques peuvent faire émerger des techno même mauvaises. Avec les moyens qu’y met Microsoft, l’avenir de Silverlight n’est pas forcément si sombre.

  5. Pour moi développeur, Silverlight est l’outil que j’attendais parce qu’il me permettra de répondre à une demande en RIA croissante, sans que je n’aie à repartir de zéro dans une autre technologie.

    L’expertise que j’ai atteinte dans des outils de développement comme Visual Studio, le langage C#, la technologie .NET… est le fruit de plusieurs années de travail.

    Repartir depuis zéro et tout réapprendre sur les technologies Adobe ?
    Pitié. Il en faut pour tout le monde : bienvenue à Silverlight.

  6. @ Joey > Je t’engage à lire les comptes-rendus de l’édition 2008 du MIX. Microsoft fait beaucoup d’efforts de redorer son blason notamment sur le plan de la communauté des développeurs et même dans l’open source.

    Difficile pour l’instant de juger lequel de Silverlight ou de Flash est le meilleur, toujours est-il qu’en l’état ces deux plug-in (et les techno qui vont avec) ciblent deux publics : les designeurs et les développeurs (chacun essayant de « chasser » sur les terres de l’autre).

    @ Laurent > « je n’aie à repartir de zéro dans une autre technologie », voilà, tu résumes toute la stratégie de Silverlight

    /Fred

  7. « En attendant, Microsoft (tout comme Adobe) poursuit sont travaille d’évangélisation et de séduction ».
    –> Petite faute d’orthographe

    « En attendant, Microsoft (tout comme Adobe) poursuit SON TRAVAIL d’évangélisation et de séduction ».

  8. Il ne faut pas oublier :
    – l’interopabilité : Microsoft a fait un partenariat avec Novell pour le faire marcher sous linux…
    – le coté libre de droit et la pour les 2 technos c’est mort.(gratuit et communautaire)
    Même si novell va sans doute intégrer dans moonlight ( IDE opensource de Mono) le support de designer silverlight. Ce n’est pas franchement libre.
    Et puis il ne faut pas oublié le HTML5 qui lui est un standard qui n’est pas propriétaire comme ces techno et qui va ajouter pas mal de chose en standard.
    Et pour finir que dire de XUL…

    Bref, Microsoft et Adobe sont 2 acteurs de choix mais je pense que la surprise viendra de là où on ne l’attends pas…
    Le pognon ne fait pas tout, on l’a vu avec des technos comme Ruby on rail qui sont devenue très rapidement très utilisé grace au bouche a oreille du web.

  9. Aujourd’hui beaucoup de développeur flash ont un passif en graphisme, ou une expérience professionel avec des graphistes. L’ergonomie étant une branche plus apparentée à la communication visuelle, cela offre donc un plus au développeur flash aujourd’hui.

    Silverlight s’adresse clairement au dev’ pur et dur. .Net et C# n’étant pas encore particulièrement intégré dans la conception traditionnel par les agences de communications, je vois mal leur développement massif dans l’immédiat.

    D’autre part, air permet à des dev’ web de faire des RDA, ce qui offre des applications de conception totalement différentes à ce que l’on a l’habitude de voire en desktop application. Cela démontre bien que la logique d’un développeur n’est pas du tout la même que celle d’un graphiste ou d’un dev’ spécialisé en RIA.

    @duff
    Html5 oui, mais quand ? Qui plus est, je ne pense pas qu’on arrive avant un moment au même niveau d’intéractivité qu’avec une bonne application flash avec cette technologie.

  10. je dis pas que html5 va tout renverser.
    Je dis juste que ces techno sont es techno proprietaire qui coute chere et que le monde open source nous a fait quelques surprises ces dernier temps donc je ne serais pas surpris que finalement autre chose émerge.

    Pour info, Mono a fait un silverlight basic qui tournait en seulement 21 jours.
    http://tirania.org/blog/archive/2007/Jun-21.html

  11. Tu as raison de souligner, Fred, que ces outils cherchent à mixer design et développement et oublient l’information architecture et avec elle le modèle et donc la stratégie visée par ce que l’on veut faire. C’est compliqué, pas rigolo et contraignant, donc pas la priorité au stade de la séduction. Moi aussi j’en suis désolé.

  12. @fred> Je t’engage à lire les comptes-rendus de l’édition 2008 du MIX. Microsoft fait beaucoup d’efforts de redorer son blason notamment sur le plan de la communauté des développeurs et même dans l’open source.

    j’ai éclaté de rire en lisant cette réponse. tu joues les candides ou tu y crois vraiment ?
    Tu connais les déclarations de Balmer à propos de Linux ? Tu as vu leur stratégie avec OpenXML ? Tu ne vois pas que d’un coté ils avancent un IE 8 standard et de l’autre une plate-forme propriétaire ? Etc. etc.

    Quant au coté technique, tu te trompes quand tu dis que « flash c’est pour les designers », du reste ça fait un moment qu’en allant bosser dans des boites de comm et de design ponctuellement (je suis freelance), je vois une séparation claire et nette des métiers : le code est fait en AS objet par des développeurs, le graphisme par les DA et graphistes et il n’y a pas de mélange des genres.
    Et quand c’est du Flex, il n’y a vraiment aucune différence avec un projet informatique classique.

    Mais je suis d’accord avec tout ce qui a été dit : c’est une stratégie globale, c’est fait pour les développeurs liés à MS qui ne développent que sous Visual Studio – et il y en a beaucoup, et ils seront très content d’avoir ce genre de techno sous la main… pour faire des intranets ou du 100% Windows.

    MS cherche d’ailleurs à s’appuyer sur la paresse de certains qui les empêche de voir ce qui se fait ailleurs une fois installés dans leur Visual Studio, comme ils l’ont montré avec leur récente distrib gratuite pour les étudiants.

  13. @duff
    Encore une fois je réitère, html5 n’est surtout pas pour tout de suite.

    Je crois que tu fais l’amalgame entre open source et gratuité ^^. Flash pourrais passer un jours en open source, mais le logiciel d’authoring continuera de coûter quelque chose.

  14. En ce qui me concerne étant developpeur web… Je n’apprecie guère flash et silverlight…si vous connaissez javascript et que vous voulez creer une interface riche je vous conseil la librairie ext2 (extjs.com). Je pense que ce sont les technologies libre qui s’imposeront … Combien de developpeur connaisse javascript par rapport a flash ou silverlight…?

  15. @ Joey > Ce n’est pas tant la paresse des développeurs que celle des DSI qui font le choix de rester chez MS (ou IBM / Java) et de ne pas s’ouvrir à d’autes environnements de développement.

    Je vois plutôt d’un bon oeil la possibilité pour des milliers de développeurs , »otages » des choix de leur patron, de pouvoir réaliser des RIA au sein même de l’entreprise.

    /Fred

  16. Bravo le sectarisme et le troll à gogo joey, je pensais que le niveau sur ce blog été un peu plus élevé …
    Bienvenue à silverlight, la concurrence ça n’a jamais fait de mal !

  17. @Olivier: à terme, Silverlight devrait s’appuyer sur du C# (ou autre), transformé en Dynamic Runtime Language (DRL), puis compilé (JIT) en natif.
    C’est un peu l’équivalent de l’ActionScript de Flash qui… ben en fait j’en sais rien :-} Moi qui aie une sainte horreur de Javascript, tu penses si ça m’arrange bien !

    @Joey: En principe, Silverlight est destiné à être porté sur toutes les multiplateforme et tous les navigateurs. Tu parles d’écrire du « 100% Windows » alors qu’il y’a pourtant la possibilité d’écrire du code Silverlight intégré dans des pages écrites en PHP servies, par exemple, par un Apache.

    Franchement, en plus de trouver tes commentaires aggressifs, je trouves qu’ils sont ni informés, ni très respectueux de ce qui se fait chez le voisin.

Répondre à Fred Cavazza Annuler la réponse.