Les machines deviendront-elles l’égale de l’homme ?

Je viens de terminer la première saison de Terminator – The Sarah Connor Chronicles, une très bonne série qui relate le combat d’une poignée de résistants contre la rebelion menée par les machines.

Science-fiction ? Pas tant que ça, surtout quand on voit ce que les machines sont capables de faire de nos jours. Ne ratez surtout pas la séquence (35 s. à partir de début) où la bestiole se fait méchamment bousculer mais parvient à rester sur ses pattes :

Autant je suis sidéré par les progrès réalisés en matière de robotique, autant cette vidéo me met mal à l’aise. Cela doit surement venir de l’aspect à la fois fragile et terriblement menaçant de ce robot (à mi-chemin entre biche et mouche géante).

Bref, les questions qui me travaillent en ce moment sont les suivantes : Jusqu’où irons-nous ? A quoi ressembleront les robots dans 10-20-30 ans ? Quels progrès auront été réalisés en intelligence artificielle ? A quoi vont bien pouvoir nous servir ces robots de plus en plus perfectionnés ? Le jeune John Connor aura-t-il une relation avec Cameron dans la saison 2 ?

33 commentaires sur “Les machines deviendront-elles l’égale de l’homme ?

  1. @joey
    L’usage de ce genre d’engin sur un champs de bataille éventuel ne changera pas grand chose. Bien sûr la guerre semblera virtuelle à la télévision, mais c’est déjà le cas. Dans la réalité il y a des gens qui meurent, et pire encore: il s’agit de l’objectif poursuivi. Ainsi on pourra symboliser l’affrontement autant qu’on voudra il ne s’agira que d’étapes supplémentaires (peut-être bienvenues) pour en venir à l’affrontement physique. La violence symbolique ne peut être acceptée que jusqu’à un certain point. Evidemment l’usage de telles machines peuvent être intéressantes dans le cadre de conflits contre des ennemis bien moins avancés au niveau technologique mais là encore ceux-ci auront quand même tendance à mieux choisir leurs cibles, je veux dire… c’est ce qui se passe.

  2. Dernièrement des chercheurs ont crée des robots qui évoluent de génération en génération, une histoire d’algorithme génétique, pas bien compris.

    Mais l’important, c’est qu’on proposait aux robots de la nourriture, en fait un produit qui rechargeait leurs batteries et l’autre qui les déchargeait. Et fait intéressant, on a pu voir certains robots tendre des pièges aux autres en leur indiquant une nourriture comme bonne alors que c’était un piège, le tout sans que cette stratégie n’ait été programmé préalablement.
    L’article finissait en disant que malgré tout, certains robots avaient eu le comportement inverse et avertissaient leurs congénères des pièges.

    On peut aussi penser que dans le futur, nous serons plutôt des hybrides et que faire la séparation entre homme et machine sera un peu superflu. Imaginez un homme avec sa capacité de raisonnement mais avec la capacité de traitement et la rapidité d’un ordinateur, même actuel. ça ferait énorme. Cependant, on perdrait, en gagnant en intelligence et en raisonnement, encore de notre humanit ou plutot de notre animalité. Car qd je regarde les animaux, je les trouves bien plus naturels et respectueux que nous, les humains. A croire que la conscience et l’intelligence nous pousse toujours finalement vers le calcul et le vice.

  3. @John
    La rapidité du cerveau est tellement grande par rapport à un processeur qu’il ne s’agit même psa du même ordre de grandeur. Nous sommes impressionnés par les ordinateurs car ils savent gérer de manière déterministe des problèmes déterministes, ce en quoi nous ne sommes pas forcément performants.
    Au sujet des robots qui trompent ou qui collaborent de nombreuses études biologiques ont été menées sur le thème des stratégies de jeu, des populations stables et autres. En fait on peut considérer que déjà les mollécules agressent et collaborent dans un milieu chimique, et l’apparition de la vie ne serait pas grand chose de plus. Il n’y a donc pas particulièrement quelque chose de différent chez l’humain et même la morale peut s’expliquer. Si « l’homme vrai » est une référence culturelle plus ou moins universelle, comme le rapport franc à la nature des animaux, il s’agit sans doute d’un jugement sur l’abstraction de la problématique des articulations entre groupe et individu, intime et publique, signifié et signifiant… « l’homme blanc » étant souvent accusé de fétichisme. Ca ne veut pas dire que les contraintes sociales ne sont pas tout de même universellement des conditions d’existence.

  4. Rappelons que nous devont le terme « robotique » à Isaac Asimov, père de la notion de robot. Ce même a fondé les trois loi de la robotique :

    – Première Loi : Un robot ne doit pas porter atteinte à un être humain ni, en restant passif, laisser cet être humain exposé au danger.

    – Deuxième Loi : Un robot doit obéir aux ordres donnés par un être humain sauf si de tels ordres entrent en contradiction avec la Première Loi.

    – Troisième Loi : Un robot doit chercher à protéger son existence dans la mesure ou cette protection n’entre pas en contradiction avec la Première Loi ou la Deuxième Loi.

    Des lois profondément humaniste. Ces lois seront elle appliqué un jours ?

  5. Bonjour,

    C’est drôle, j’ai revu Terminator 2 hier et je tombe sur cet article aujourd’hui. Je me passionne pour les notions de cerveau global actuellement et je ne me souvenais pas que ce film était à ce point en avance.

    Ce n’est pas tant la perfection robotique qui interpelle, que le notion d’éveil de la conscience au sein d’une machine suffisamment complexe. La relecture des ouvrages de neurosciences des années 80 (Changeux, Edelman) ou du surprenant Howard Blum nous montre que ce n’est pas une vue de l’esprit, au sein d’une machine (ou d’un réseau) suffisamment complexe et riche en connexion. A condition bien sûr d’avoir des fonctions neuronales (renforcement par l’expérience, oubli, adaptation, connexions par milliars). Heureusement, je pense que nous en sommes encore très très loin.

    L’enrichissement des réseaux sociaux et la sortie des farces facebookienne sera une toute première étape.

  6. Argh !! ca veut dire que l’épisode final de la saison est sorti il faut à tout prix que je le voie !

    C’est clair que la « terminatrice » est vraiment sexy, on sait plus trop si on doit fantasmer sur elle ou si il faut la considérer comme un robot à forme humaine sans sentiment.
    la vidéo met vraiment mal à l’aise surtout quand on voit ce robot se déplacer dans un milieu naturel, cela fait contraste, et c’est très dérangeant, et menaçant de voir cette mouche sur patte se déplacer comme si elle était dans son milieu naturel

  7. Tout chien a un maître ! Qui est le maître de Big Dog ? Et question suivante, maintes fois posée en SF, qu’est-ce qui se passe si on perd le contrôle ? C’est le risque en introduisant du vivant dans les machines … les fameux cyborgs.

  8. @ropib > je ne te parle pas de regarder la guerre passivement derrière un écran.
    Je ne sais pas si tu as vu il y a quelques mois la vidéo de la BBC de deux chasseurs en Irak, qui ne savent pas trop si le camion au sol est une cible ou non, et finalement tirent et tuent un convoi humanitaire.
    Mais vu à travers un petit écran, et en n’ayant qu’un bouton à appuyer sans même viser directement, c’était très net dans la vidéo : ça leur donnait un détachement complet par rapport à ce qu’ils faisaient. Et même une fois qu’ils apprennent qu’ils ont détruit un convoi civil, la seule réaction c’est « on est dans la merde, on va se faire engueuler ».
    Tuer des innocents ? Ouais bof, c’était qu’un camion de 3cm sur un écran, c’étaient pas vraiment des gens…

  9. On dirait un âne. Avantage : Dans le cadre d’une expédition, cette machine est pratique pour porter des charges. Elle peux remplacer le chameau dans le désert, le chien de traineau aux pôles.

    Autre avantage remarquable c’est que si la chose vient à tomber, nous humains pouvons rire aux larmes sans aucun scrupule ; Lorsque c’est l’un de nos congénères qui se retrouve en position de déséquilibre souvent nous somme pris d’une envie de rire plutôt gênante ; Ici pas de soucis.

    C’est un poil bruyant pour être un animal de compagnie ; Mon chat ronfle parfois (si, si) mais là tout de même c’est trop. Pour la chasse peut être ?

    Il n’en demeure pas moins que comme toute création humaine, cette machine sera ce que nous allons en faire : Une bonne chose, (assistance humanitaire en zone sensible) ou la pire des choses (un truc pour la guerre par exemple).

  10. Je sus du même avis que toi, c’est l’aspect horrible de la bête qui dégoute, mais c’est quand même un beau joujou, elle rest sur ses pates même quand on la pousse.

    Moi je dit bien joué au créateur de la mouche robotisé.

  11. C’est assez impressionnant la façon dont ils arrivent à gérer les pattes bien que c’est probablement des « morceaux choisis » et peut être qu’en réalité il se ramasse lamentablement la plupart du temps.

    Ca reste quand même complètement mécanique (gestion des mouvements) donc pas un si grand pas je trouve je serais beaucoup plus impressionné(effrayé?) par des programmes complètement virtuelle sur un pc mais qui montrerait un début d’autonomie.

    Par contre le son qu’il fait est franchement atroce je l’ai coupé au bout de 5 secondes.

Répondre à JOhn Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.