Révélation exclusive : bloguer n’est pas mon métier

Voilà un petit bout de temps que je réfléchis à écrire ce billet de mise au point sur mon statut et surtout sur mon quotidien professionnel. Car au vu des messages et nombreuses sollicitations que je reçois, il doit y avoir une confusion sur mon activité professionnelle principale.

Voici donc une révélation exclusive : Je ne suis pas blogueur mais consultant, je gagne ma vie en vendant des prestations de conseil et de formation.

Aussi surprenant que cela puisse vous paraître, je ne gagne rien avec mes blogs, ce sont des outils de travail qui me permettent d’acquérir de la visibilité et de partager mes idées. Cette activité de blog m’occupe 3 à 4 heures par jour depuis 5 ans, et pour rentabiliser cette veille intensive, je propose mon expertise sous différentes formes :

  • Des missions de conseil (benchmark concurrentiel, audit de faisabilité, stratégie communautaire…) ;
  • Des missions de conception (arborescence, cas d’utilisation, parcours-client, storyboard…) et de refonte ergonomique ;
  • Des missions d’évangélisation (formation, séminaire interne, conférence…).

Dans tous les cas de figure, ces prestations sont facturées. Et oui, le monde professionnel est ainsi fait et il faut bien vivre. Le principe d’un consultant, c’est qu’il se rémunère en mettant à disposition son expertise, c’est en quelque sorte son modèle économique à lui.

Mon fond de commerce à moi est de conseiller et d’accompagner les entreprises, toutes les entreprises : les grands comptes, les PME, les startups, les agences… J’ai fait le choix de partager une partie de mon expertise sur mes blogs pour en faire ma vitrine professionnelle, tout ceci étant gratuit et sans publicité. Mais la finalité (et vous vous en doutez bien) c’est de réaliser des missions, de séduire des clients.

Or je constate depuis ces derniers mois la tendance très désagréable de voir ma casquette de blogueur éclipser le reste de mon activité. A écouter et lire ce qui se dit j’ai vraiment l’impression de ne plus être qu’un blogueur, le type sympa a qui l’on peut tout demander, celui que l’on tutoie, celui qui doit toujours être disponible pour une interview, un avis ou une conférence.

Donc pour résumer : je suis avant tout consultant indépendant, c’est mon métier. Bloguer n’est qu’une activité para-professionnelle.

Pour en savoir plus sur ce que je propose, je vous invite à consulter cette page : Mon offre.

Voilà, j’espère que le message est passé et qu’il n’y aura plus d’ambigüité sur mes motivations et sur mon statut.

37 commentaires sur “Révélation exclusive : bloguer n’est pas mon métier

  1. C’est l’hopital qui se fout de la charité … désolé j’adore cette expression

    Bloguer quand on est consultant indépendant, c’est pas para professionnel, c’est ton marketing ;-) Est ce que tu serais devenu consultant indépendant sans ton blog?

    Le problème n’est pas la visibilité mais la capacité à convertir cette visibilité en missions… simple problème de conversion ;-)

    Pour ma part, consultant c’est mon hobby ;-)

  2. Ce post est le bienvenu pour recadrer un peu les choses, tu as raison de le faire et je trouve que c’est une approche très saine. C’est vrai qu’un des travers du 2.0 est de penser que tout est gratuit. C’est déjà un pari très important de partager toute cette expertise, de « donner » ton temps, c’est donc normal que tu en sois récompensé.

  3. C’est le risque à courir… un site / blog très fréquenté fait tout de suite « tilt » dans la tête des responsables de com de diverses entreprises.

    Une personne qui arrive à réunir une certaine quantité d’utilisateurs / lecteurs et une personne à contacter idéal pour diffuser de la publicité ciblée

    Et on est bien d’accord que même si ton blog tappe large, il est possible de faire un espèce de « profil type » des lecteurs donc ciblage précis

    Au fait :Ne cède pas à la pub :) c’est un des rares endroits ou l’on peut encore surfer sans se faire envahir par des 3/4 de page de pub à la con avec 1 fois sur 2 un sale son qui sort si t’as les enceintes allumées ^^ :)

  4. Par dessus le blogueur, le consultant, par dessus le consultant, des petits pulls en laine.
    Non mais sérieusement, j’ai adoré te voir en presta avec tes petits pulls en laine, succès garanti (sérieux, professionnalisme…) ! Depuis je fais pareil et ça marche !

  5. C’est la rançon du succès sans doute. Au bout d’un moment ton image finit par t’échapper et les autres jettent un regard sur toi qui est différent de celui que tu pensais projeter. C’est sans doute inévitable et quelque part, l’EGO du bloggueur – donnée incompressible ?? – y est sans doute pour quelque chose. Ceci étant, je suis bien d’accord sur le fait que blogguer en soi n’est pas le but, mais un moyen.

  6. Mais le fait de passer 4 à 5 heures par jour en travaillant sur ce blog implique que c’est presque une activité à temps plein…sur une journée de 24h, il ne reste plus beaucoup de temps pour vivre (dormir, manger etc), se reposer et travailler en tant que consultant…

  7. Peut-être vendras tu ton blog à un média, adossé à un contrat pour le pérenniser. Et là tu auras réaliser une affaire sans doute plus belle que 5 années de consulting full-time.

Répondre à franck perrier Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.