Mariage réussi entre RIA et web analytics avec RIA Tracker

Jusqu’à présent les interfaces riches étaient vues comme des boîtes noires qu’il était impossible de tracker. Les professionnels étaient donc très réticents à employer des technologies RIA d’envergure du fait de l’impossibilité de mesurer l’activité.

Aujourd’hui encore je ne m’explique pas cette lacune dans la mesure où la quasi-totalité des outils de tracking fonctionnent avec des marqueurs en javascript, pourquoi ne pas créer des marqueurs équivalents en ActionScript ? Bref, RIA et analyse d’audience ne font pas bon ménage.

Heureusement que certains innove comme l’équipe de tKaap avec son RIA tracker, « la première technologie de tracking dédiée aux applications riches« . D’un point de vue technique cette solution n’utilise pas de base de données mais uniquement des logs au format texte (pour faciliter l’intégration et/ou la manipulation des données). Cette technologie est pour le moment en phase de test sur la très impressionnante interface de Galaxy (une sorte de viewer amélioré pour Dailymotion).

Les données sont ensuite représentées dans un beau tableau de bord :

riatracker

Voici donc une très bonne initiative qui pourrait apporter un début de réponse à ce problème récurrent de la mesure d’audience. Reste à savoir comment s’intègre les données de cette solution au sein d’outils plus matures comme Webtrends, Omniture ou Google Analytics.

Encore une fois, pour moi la clé du problème n’est certainement pas la multiplication des outils mais plutôt l’extension des capacités des outils existants. Même s’il est possible de faire beaucoup de choses avec les custom reports, il est de la responsabilité des éditeurs d’apporter des solutions ou au moins des tentatives…
Bref, j’espère que ce RIA tracker va faire évoluer l’écosystème des web analytics dans le bon sens.

6 commentaires sur “Mariage réussi entre RIA et web analytics avec RIA Tracker

  1. Ben en l’occurence, il n’y a jamais vraiment eu de problèmes à suivre et mesurer l'(inter)activité d’une RIA ou d’un site flash quelqu’il soit, sauf peut-être à l’époque où les plateformes de stats étaient encore purement dans une logique de pages et d’analyse de logs apache, mais ça date déjà ça :).
    Flash permet depuis ses débuts d’invoquer des fonctions JS, il suffit donc d’un simple appel de la fonction appropriée (urchinTracker(« actionASuivre ») p.ex. pour GA) pour enregistrer une action de l’utilisateur, ce qu’on soit sur du GA, du webtrends ou autre. Du coup, quand on voit la facilité d’implémentation d’un suivi GA et tout ce que ça offre derrière, je m’interroge quand même sur la pertinence qu’il y a à proposer une énième alternative technologique.

    Le véritable défi à mon sens consisterait plutôt à s’interroger sur la pertinence des modèles de mesure usuels, leur transposition à l’univers des interfaces riches, l’analyse et la visualisation des résultats, là où peut-être il y a encore des choses à faire… Mais cela, j’en suis convaincu, est certainement davantage dépendant du contexte (i.e commerce électronique B2C, B2B, applicatif métier, outil d’infomation, action marketing…) que d’un choix technologique (i.e flash, html, autre). Je pense donc que si l’on veut absolument développer des outils de mesure qui soient plus efficaces en étant davantage spécialisés, c’est plutôt verticalement que devra s’opérer cette spécialisation qu’horizontalement.

Répondre à Frédéric CAVAZZA Annuler la réponse.