Pour ou contre les sites de contenu en Flash ?

Oui je sais : Flash n’a jamais été conçu pour afficher du contenu textuel et en plus c’est super mauvais pour le référencement, l’accessibilité et même en terme d’empreinte carbone (votre processeur consomme plus d’énergie avec du contenu en Flash).

Il n’empêche que certains sites me laissent à penser que l’on peut dans certains cas avoir recours aux interfaces riches pour un portail de contenus.

Premier exemple avec le très vénérable Ultrashock (une communauté / place de marché pour les flasheurs). Ce sont principalement les pages d’accueil et de rubriques qui font appel à Flash pour ajouter de l’interactivité et du volume aux contenus. Vous noterez également l’utilisation de menus customisés si vous faites un clic droit avec votre souris :

ultrashock

 

Deuxième exemple avec Parleys, un blog gonflé à l’action script pour les développeurs Flex. Ici c’est surtout dans les possibilités de modification de l’affichage (modes grille et liste) et dans les effets de transition que l’usage de Flash est intéressant. Vous noterez également la grande souplesse d’utilisation sur un site qui marie parfaitement des contenus audio, vidéo, texte et diaporama.

parleys

 

Dernier exemple enfin avec le portail Where Life Connects de Linksys qui propose des cinématiques d’ouverture de page très spectaculaires (lire à ce sujet : Vive les transitions !).

WhereLifeConnects

 

Alors bien évidement il y a le rédhibitoire argument du référencement (quoi que : Adobe collabore avec Google et Yahoo! pour améliorer l’indexation de Flash) mais je pense qu’il serait intéressant de ne pas condamner des initiatives comme celles-ci car elles ont le mérite de (re)lancer le débat.

Non ?

21 commentaires sur “Pour ou contre les sites de contenu en Flash ?

  1. La navigation est plus fluide et les transitions de très bonne qualité mais comme tu le dis dans ton article, c’est un vrai obstacle pour le SEO. Et malgré la collaboration d’Adobe avec Google et Yahoo, il vaut mieux privilégier le texte.

    Après c’est surtout une question d’objectif et de moyens à allouer qui permettront de choisir entre les technologies à utiliser

  2. Petite remarque préliminaire (à ma visite des sites cités), deux des sites visent des gens qui utilisent Flash/Flex : le contenu en Flash apporte une crédibilité au site. « On ne raconte pas de bêtises, on en fait nous même ».

  3. Le fait que le web puisse un jour reposer à 100% sur une techno proprio est encore plus grave à l’heure où le monopole de Google représente une réelle menace.

  4. C’est sur que l’experience utilisateur y gagne énormément… Flash permet de faire tout et n’importe quoi (parfois peut-être un peu trop).

    Mais je ne pense pas que ce type d’intégration soit valable pour tous les sites car, outre le référencement impacté (probalement résolu dans peu de temps graçe à l’accord entre Google et Adobe), il y a des tas de problèmes lié à l’accessibilité.
    Utiliser complètement flash pour la réalisation d’un site c’est y fermer l’accès aux personnes souffrant d’un handicap. Ce n’est pas un problème pour un site parlant de flash, mais ça l’est un peu plus pour une banque, un site de presse, etc…

  5. Dans ces sites, je ne vois pas la plus-value du flash en terme d’interface. En ce qui me concerne, je ne sacrifierai pas le référencement, l’intéropérabilité et surtout l’accessibilité juste pour que mon site fasse « pouet-pouet ».

  6. Non il n’est pas question de faire un site en Full Flash (un seul fichier .swf) mais plutôt d’afficher et de gérer des blocs de contenus en Flash. Donc en théorie le référencement n’en souffre pas (trop).

    /Fred

  7. Ce qui est intéressant également, c’est la démarche de la FNAC pour les produits techniques car ils utilisent OpenLaszlo.
    Exemple :
    http://micro-informatique.fnac.com/sh61884/Ordinateur-portable/Par-marque/PC-portable-Asus

    On a une page avec ses différents menus qui sont en HTML (en haut de page et les menus sur les côtés), et le contenu au centre de la page qui est en Flash / OpenLazlo.

    Le contenu des pages est dupliqué (et donc disponible) en HTML, ce qui est donc utile au référencement.

    Je trouve que ça fonctionne plutôt bien, non ?

  8. Salut,

    Pour moi, le seul réel problème c’est que les sites en flash cherchent à – trop- innover en terme d’interface, or un des principes de l’ergonomie c’est de capitaliser sur les acquis.
    – trop – souvent, on cherche comment on doit naviguer dans le site.
    Pour le référencement, ok, mais alors pour l’accessibilité, il faudrait que les détracteurs fassent en sorte que leur propres sites soient totalement compatibles avec les handicapes. Car c’est pas le tout d’utiliser une techno qui permet de faire des sites accessible, encore faut-il le faire.

    dernière remarque, sur ultrashock, on remarque qu’ils ont utilisé le « deeplinking » qui permet d’utiliser les boutons suivant et précédent et même de mettre en favoris une « page » du site.

    Comme quoi, on peut le faire en flash, encore faut-il le vouloir.

  9. « C’est sur que l’expérience utilisateur y gagne énormément » …. Ne serait-ce pas l’inverse ?
    Avez vous déjà ouvert un manga qui respecte le genre ? Il commence par la fin… Troublant non ? mais comme tous les éditeurs ne respectent pas ce principe, on perd toujours du temps à deviner s’il faut commencer d’un coté ou de l’autre. Certains se sont même amusé à commencer du coté européen, tout en inversant la gauche et la droite sur chaque page… de plus en plus troublant. Et il ne s’agit que de suivre une histoire, pas d’intéragir avec le texte. L’une des forces du web, c’est de présenter une expérience utilisateur cohérente du fait de sa simplicité. Et pourtant HTML permet déjà des débordements. Qui n’a pas été tenté de cliquer sur un mot gras, souligné et bleu(*) qui ne menait nul part. L’utilisation de Flash ne fait que démultiplier les possibilités de débordement et de perte d’efficacité. Il est bon que les interfaces s’enrichissent, mais il faut laisser le temps aux utilisateurs de s’approprier les concepts. Flash n’encourage pas la simplicité et l’élégance. L’expérience utilisateur y perd finalement… même si c’est joli et excitant pour les spécialistes.
    (*) Oui, il existait un temps ou tous les liens étaient en bleu :-)

  10. Pascal V je suis totalement d’accord avec toi… C’est ce que je voulais dire par « Flash permet de faire tout et n’importe quoi (parfois peut-être un peu trop) ».

    Si on reste raisonnable, Flash permet d’offrir une experience utilisateur plus riche.

    Malheureusement on est souvent tenté d’ajouter une quantité effroyable de widget graphique (coverflow, cube 3D, curseur…) qui alourdissent parfois un peu trop la navigation et qui finalement perdent complètement l’utilisateur.

  11. Contre, le standard c’est SVG.Une technique utilisée sur Internet ne doit pas appartenir à une entreprise. Cela est un obstacle à l’universalité d’Internet.

    Je sais, il y a encore beaucoup de chemin à faire pour faire aussi bien que Flash mais je pense qu’il ne faut quand même pas négliger cette possibilité.
    SVG peut ou non fonctionner avec AJAX. J’ai d’ailleurs créé un jeu de tarot à 4 en réseau et en ligne avec AJAX et SVG : http://www.orvinfait.fr/tarot_test.php .
    A http://fredcavazza.wordpress.com/2006/01/19/flash-ou-ajax-les-differences-s-amenuisent/ il est montré qu’Ajax peut prétendre concurrencer Flash AJAX + SVG offre encore plus de possibilités.
    Ave SVG il est possible de créer ses propres polices de caractères. (mais cela n’est pas encore géré par Firefox mais par Opera et peut-être Safari)
    SVG a été intégré dans le test acid3 cela pourrait permettre à ce langage standard d’émerger.
    SVG est indexable
    SVG est comme le HTML une technologie du W3C alors que Flash est aujourd’hui la propriété exclusive d’Adobe.
    SVG 1.2 a des balises audio et video non encore disponibles dans les navigateurs actuels. Audio existe avec le plugin d’Adobe mais ce plugin est en cours d’abandon. Par contre il est possible d’ajouter la balise video de html5 dans un document SVG comme le montre l’exemple suivant : http://pecita.fr/ (en utilisant Firefox 3.1)
    L’auteur de cet exemple en parle ici
    http://www.svgfr.org/forum/?action=vthread&forum=3&topic=910#17
    Le site http://pecita.fr/ est en SVG.
    Firefox 2 gérait SVG très lentement ce qui me faisait conseiller Opera. Ce n’est plus le cas avec Firefox 3
    SVG progresse pourquoi ne pas prendre maintenant ce langage en considération?

  12. Il est intéressant de voir aussi l’exemple de la Fnac avec les produits techniques : ils ont utilisé OpenLazlo pour afficher les listes de produits dans la partie centrale de la page (le menu principal et les menus latéraux sont eux, en HTML).
    Le contenu est dupliqué en HTML, ce qui ne pose pas de problème pour le référencement.
    Cet ensemble mixte Flash / HTML est assez réussi, il est la preuve qu’on peut mixer intelligemment flash et contenus.

    Pour voir ce que ça donne :
    http://micro-informatique.fnac.com/sh63659/Ordinateur-de-bureau/Ecran/17-19?prid=2420907#_lzstateValue=gSortState%253D%253Bcomparator%253D%253BgGuideState%253D%253BgDisplayState%253DmagazineMarketing%253Bsort%253D%253Bpage%253D1%253Bfilter%253D0

  13. Pourquoi vouloir absolument choisir une techno quand on peut toutes les mixer intelligemment ? J’espère que c’est dans cette voie que s’engage le web de demain. :)

    Un exemple de site Flash réalisé par l’agence Mazarine.
    Ce site est un petit bijou en terme de d’accessibilité, de référencement et d’interopérabilité.
    Quand on veut (et quand on sait), on peut ! ;)

  14. Bonjour
    Je suis d’accord avec Francis, il suffit de bien faire les choses.

    Ps : Francis, il manque un lien pour ton exemple

  15. Bonjour,

    personnellement je suis contre quand cela n’est pas absolument nécessaire…

    En premier lieux car la compatibilité de ce genre de site avec les terminaux mobiles est inexistante.Moi qui surfe souvent avec mon PPC et opéra mobile je suis affligé de ne pouvoir accéder a certains sites du fait de boutons en flash par exemple; je ne parle pas de youtube et consorts mais de simples sites sur lesquels j’ai juste besoin de chopper une info que finalement je n’obtiendrai pas du fait de la presence d’elements en flash (boutons ou liens)…à l’heure ou les terminaux mobiles se développent fortement les sites en flash éliminent directement cette part d’audience pourtant grandissante…

    l’autre gros probleme est la consommation de temps CPU.
    Sur de petites bécanes, consulter un site en flash est un vrai calvaire, les ressources sont monopolisées et tout le systeme se met a lagger (sur un portable le volume sonore du ventilo devient inversement proportionnel à l’autonomie).D’autant plus que bien souvent la maniére dont les fonctions proposées sont affichées est certes trés jolie mais n’apportent rien en terme d’efficacité de l’interface par rapport à du html.
    Je n’ai également jamais comprit l’intérêt de diffuser (par exemple) des vidéos en flash plutôt que de les diffuser en streaming divX (ou autre), les ressources consommées sont sans commune mesure pour une qualité déplorable…
    L’aspect propriétaire de flash me gene aussi énormément.

    Flash : pourquoi pas quand quand on ne peut faire autrement, sinon préférer d’autres technos plus économes et compatibles…

  16. Voilà plusieurs années maintenant (depuis 2001) que je m’occupe de Tintin.com ( http://www.tintin.com ). A l’époque, nous avions choisi Flash pour ses atouts indéniables : poids (les images vectorisées pouvaient être présentées en grand), animation (nous étions à l’époque des gif animés et la vidéo balbutiait), intégration audio, choix libres des typos, facilité de mise en page et présentation identique quelque soit la plateforme ou le navigateur. Ces avantages sont concurrencés aujourd’hui grâce à la généralisation du haut débit, des CSS ou encore de l’AJAX. Reste quelques atouts pour Flash selon moi au niveau de l’animation et des possibilité de mise en page.
    Mais développer en Flash c’est aussi avoir des possibilités d’intégration et d’intéractivité plus poussées en utilisant Flash Media Server par exemple (pour la vidéo ou les applications multi-utilisateurs), de déployer des applications sur le bureau avec AIR ou sur le mobile avec Flash Lite. Tout ça avec un même langage – ce n’est pas négligeable.
    Le gros défaut de Flash réside en fait dans le référencement. J’attends de voir ce que va faire Adobe avec Google mais à mon avis il n’y aura pas de miracle.
    Enfin, pour ce qui est des interfaces riches, qu’elles soient faites avec un outil ou un autre n’a que peu d’importance. Cela demande seulement une réelle expertise en ergonomie et un budget conséquent.

  17. Juste pour info … on arrive aujourd’hui à référencer assez facilement des sites en flash (deep linking et + si affinités !!!)

    Après le débat est toujours le même , utiliser le bon outil à bon escient (pas sur de l’orthographe la)

Répondre à Pascal V Annuler la réponse.