Vers une extra-opérabilité des univers virtuels avec Myrl

200… c’est le nombre de plateformes virtuelles en cours d’exploitation ou en préparation. 200 plateformes virtuelles, ça veut dire 200 avatars et 200 identifiants / mots de passe. Un vrai cauchemar et surtout un frein au développement de nouveaux univers.

Heureusement, Myrl est là pour apporter un début de solution à cette dispersion. Lancé la semaine dernière, ce service a pour ambition de devenir l’agrégateur de vos identités virtuelles, une sorte de sur-couche sociale aux différents univers virtuels. Pour faire simple, ce service vous apporte une vue synthétique de vos différents avatars et de votre activité virtuelle (on parle de Virtual Newsfeed, cf. Myrl Launches to Open Beta Promoting Outeroperability between 19 Virtual Worlds).

myrl_myarea

 

19 univers virtuels sont pour le moment pris en charge par le service : Second Life, There, Lively, Habbo, Entropia Universe, Kaneva, IMVU, Twinity… Pour l’instant le service est toujours en beta, de ce fait l’intégration avec les différents univers virtuels est plus ou moins poussée : plutôt plus pour Second Life et There, plutôt moins pour les autres.

myrl_worlds

 

Ce service propose ainsi un accès direct aux différents univers que vous fréquentez déjà, mais aussi une procédure d’inscription simplifiée aux autres univers. Nous sommes donc dans une tentative d’extra-opérablité et non d’interopérabilité (lire à ce sujet : Outeroperability or interoperability?). En ce sens, Myrl est plus proche de services comme ClaimID ou Naymz que d’OpenID qui gère la délégation d’authentification.

Vous avez en plus la possibilité d’accumuler des points (myrl) pour pouvoir voter pour élire les meilleurs endroits ou manifestations (cf. Connecting virtual worlds with Myrl).

myrl_votes

 

Myrl adopte donc une approche « soft » de l’interopérabilité comparée à des initiatives plus ambitieuses comme OGP (cf. New order).

Voici donc une excellente initiative qui va très certainement simplifier le quotidien des gros consommateurs d’univers virtuels. Il introduit de plus une dynamique sociale tout à fait intéressante : à mi-chemin entre Ziki et FriendFeed.

Nous pourrions même y trouver un support intéressant pour les marques qui souhaiteraient relayer les différentes opérations d’une campagne menée sur plusieurs univers par un groupe d’ambassadeurs virtuels. Ce serait en quelque sorte un moyen de faire du Virtual Brandstreaming.

Et vous, c’est quoi votre Myrl ?

3 commentaires sur “Vers une extra-opérabilité des univers virtuels avec Myrl

Laisser un commentaire