L’invasion des magazines photos en ligne

Décidément la presse n’en finit plus de se réinventer. Pour faire face à la baisse généralisée des ventes de papier nous assistons à la naissance d’un nouveau type de magazine en ligne : les photo-magazines. Particularité de ces sites : une ligne éditoriale orientée lifestyle et beaucoup de photos très qualitatives. Dans les faits, ça donne des sites comme Flipgloss, le dernier de la bande :

La page daccueil de Flipgloss
La page d'accueil de Flipgloss

Vous apprécierez les « unes » que l’on peut parcourir en mode coverflow sur la page d’accueil ainsi que l’effort notable pour proposer une mis en page agréable. Au niveau des pages intérieures, les articles sont en fait des diaporamas avec des photos en pleine largeur (ou hauteur) et du contenu associé :

Une page intérieure de Flipgloss
Une page intérieure de Flipgloss

Il est évident que ce type de site ne se préoccupe pas trop de l’accessibilité ou du temps de chargement mais de touye façon est-ce que les pendants « papier » de ces magazines en ligne se souciaient d’utiliser du papier recyclé ? Non pas réellement car l’objectif ici est bien de faire rêvé, et ça marche ! Plus d’infos ici : Flip Or Bust? FlipGloss Debuts Glossy Digital Photo Magazine.

Autre exemple avec Wonderwall publié par MSN :

La page daccueil de Wonderwall
La page d'accueil de Wonderwall

Là encore nous avons assez peu de texte et des photos dans tous les sens. Vous noterez au passage l’improbable barre de défilement latérale pour naviguer dans le site, sûrement une métaphore pour nous rappeler le geste du feuilletage des pages. Finalement une assez bonne idée car l’impression de « survoler » les sujets est bien présente. (via Paid Content)

Plus proche de chez nous, nous avons également le magazine français Ykone qui vient de voir le jour :

La page d'accueil d'Ykone
La page d'accueil d'Ykone

Bon… c’est moins spectaculaire et dense que les magazines US mais l’intention est là. (via Heaven)

Une tendance intéressante mais finalement je me demande s’il ne serait pas mieux d’encapsuler ce type de magazine dans des parutions plus étoffées comme les diaporamas de L’Express ou ceux de MenStyle.

16 commentaires sur “L’invasion des magazines photos en ligne

  1. Je doute que le public papier se retrouve dans ce type de site, je persisterai à croire que le blog offre un format plus propice à ce type de lecture

  2. Bonjour. Merci d’avoir mentionné Ykone ! Bien qu’Ykone possède des grands albums photos, le site a vocation a proposer bien plus que des images avec notamment la première encyclopédie de la mode, composé de près de 1000 articles sur les créateurs, marques, tendances.

  3. Indirectement, ce billet pose une grande question celle de l’avenir de la presse papier en général, sera-t-elle en voie de disparition?
    Mes arguments : la publicité sur Internet pèsera 106 milliards de dollars en 2011 et l’exemple du groupe de presse américain Tribune, qui édite plusieurs quotidiens influents comme le Los Angeles Times et le Chicago Tribune, se trouve au bord de la faillite.

    Entre autres j’aime bien le menu sur Ykone.

  4. En France existe aussi ce webmag photographique qui tourne bien dans la profession :
    http://purpose.fr/

    L’avenir de la photo sur le web est aussi et certainement à chercher du coté de projet comme celui des POM : http://fr.wikipedia.org/wiki/Petit_objet_multim%C3%A9dia ou l’excellent MediaStorm : http://mediastorm.org/

    Voir aussi, Voyage au bout du charbon, un webdocumentaire réalisé par un photojournaliste sur le site du Monde.fr :
    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/visuel/2008/11/17/voyage-au-bout-du-charbon_1118477_3216.html

  5. Je ne vois pas trop le rapprochement entre les 2 premiers sites et Ykone. Ykone semble etre bien plus qu’un diaporama photo. tu as vu la quantité de texte ?

  6. TOUT DANS L’EMBALLAGE … Rien dans le contenu !
    après des journaux gratuits fait de brèves … Des photos et des titres … pas mal le futur de la lecture selon certains :D
    Manque les titres « Texto » ! Qui se lance ? ;) TF1 ?
    Bientôt on ne vas plus acheter que les boites sans rien dedans :D

  7. @CAVAZZA > je suis d’accord avec toi, le format blog n’a rien a voir avec l’expérience offerte par ces magazines photos en ligne.

    @ MAX > « plus propice à ce type de lecture », le public cible de ces sites ne cherche pas à lire mais à voir; de plus, un blog serai moins fashion, moins hype, trop de mots, une compréhension trop lente; ce type de public veut du rapide.

    D’ailleurs à son paroxysme, l’expérience serai de jeter le magazine juste après l’avoir feuilleté.

    N’a tu jamais vus une de ces femmes allumer une cigarette, elles la mettent à leur bouche, penchant légèrement la tête pour remettre leur fameuse mèche rebelle, puis jettant la cigarette à peine allumée : oui c’était juste pour le fun, pas vraiment pour fumer.
    Et bien là, c’est peu la même chose, tu regardes rapidement puis tu passes a autre chose : enfin un service qui leur permet de ne pas perdre de temps avec les futilités des magasines classiques.

  8. Llib Etag + 1
    exactement c’est une autre expérience;
    bien sur, le contenu est important mais attention tout le monde sur le web n’a pas besoin de lire, d’analyser, de comprendre. nombreux ne recherche que le plaisir d’une bonne photo et d’une bonne présentation;

  9. Hello Frédéric,
    On est justement entrain de se creuser la tête sur le sujet pour refondre nos diapos photos totalement sous-valoriser dans leur formats actueles et tenter de trouver le bon mix entre une rubrique « photo-magazine » et la pub à caser…car dans les exemples que tu donnes où est la pub ?? + dès que tu encapsules dans un header type site de news comme lexpress.fr, ça perd tout de suite de la classe…
    Sophie

  10. Les visiteurs sont blasés de presque tout, et même les top models sur papier glacé finissent par lasser et agacer car le tout est trop formaté. Ce qui est laid ne fait pas vendre, certes, mais ce qui fait rêver reste à « ré-inventer. » Ces flipmagazines manquent de créativité pour réussir à nous surprendre, et après quelques pages feuilletées on a comme envie de « sortir » de cet espace virtuel dont l’usage manque de souplesse et d’ergonomie.

Répondre à Luke Annuler la réponse.