Connaissez-vous le Failure Marketing ?

Il y a quelques temps, je vous parlais du très bon livre Defensive Design for the web, un livre consacré à l’amélioration des messages d’erreurs et autres points critiques pour aider les utilisateurs en perdition. A ce sujet, le livre commençait très fort avec comme première phrase Let’s admit it: things will go wrong online, qui peut se traduire par Admettons-le : les choses finiront par aller mal sur le web. Et c’est généralement vrai, sur internet le moindre incident prend des proportions folles : une page d’accueil inaccessible pendant 1 heure et c’est la fin du monde du type on peut mettre la clef sous la porte (alors que la majeur partie des services ne France sont fermés entre 12 H et 14 H !), une réponse qui tarde à venir et c’est le mail incendiaire qui est envoyé en copie au directeur… Ce genre d’exemples on en a tous des tonnes.

Sur le principe des cellules de crise, je vous propose de découvrir le Failure Marketing. Selon l’inventeur du concept, l’idée de base est qu’une entreprise peut se servir de ses échecs et de ses erreurs pour renforcer sa relation clients. Allez donc voir le blog consacrer à ce sujet : www.failuremarketing.com. Vous y trouverez entre autre une étude de cas du site Photoway, et puis tant qu’on y est, allez également voir sur le site Web Affinity pour une autre étude de cas sur LDLC.

Au fait, c’est pas Ghengis Khan qui disais que l’on apprend plus de la défaite que de la victoire ?

Laisser un commentaire