Standards de conception et conventions de présentation

Le dernier édito de Jakob Nielsen aborde un sujet houleux : les standards et conventions de présentation (The Need for Web Design Standards). Dans cet article, l’auteur nous fait très justement remarqué que des standards de présentation se sont développés de facto et sont aujourd’hui une réalité (logo en haut à gauche, panier d’achat en haut à droite…). Non seulement ces standards rassurent les utilisateurs qui retrouvent leurs marques de sites en sites, mais en plus, ils les aident à surfer plus vite et plus efficacement. Là où ça se corse, c’est quand il est question d’étendre ces conventions de présentations à d’autres éléments d’une interface, car il est tout de suite beaucoup plus dur de trouver des dénominateurs communs.

J’ai un avis partagé sur le sujet : d’un côté je suis persuadé que les conventions ont du bon et que les utilisateurs ont besoin d’être rassurés et de retrouver les éléments principales plus ou moins aux mêmes endroits pour se sentir à l’aise. L’exemple du Minitel est là pour nous le rappeler : la nature rudimentaire du Minitel obligeaient les concepteurs de sites à utiliser toujours les mêmes interfaces de navigation (boutons Envoie, Suite, Retour, Sommaire, Guide…). D’un autre côté, le web est grand et il faut bien un peu d’originalité pour se démarquer et ressortir du lot. En fait, la réponse à la question standards ou originalité doit trouver sa réponse dans la nature de l’activité du site web. Quand vous vous appelez Harley Davidson, que vos motos sont 3 fois plus cher et 3 fois moins fiables que des motos japonaises, soigner son image de marque est un impératif. Par contre, quand vous proposer un service banalisé (développement de photos en ligne, vente de livres ou de CD…) vous n’avez aucune raison de sacrifier la simplicité d’utilisation sur l’hôtel de l’originalité.

Voici donc ma conclusion : Dans la mesure du possible, mieux vaut éviter les intro Flash qui déchirent et les typos ultra-modernes dernier cri que personne n’arrivent à lire à part le designeur sur son écran 28 », sauf si la valorisation de l’image de marque est un impératif qui prévaut sur tous les autres aspects. Bref, à moins que vous travaillez dans l’univers du luxe, je vous recommande de vous inspirer de conventions de présentations qui existent comme celles présentent sur des sites comme Web Design patterns ou Web Design Practices. Et pour ceux qui souhaite une ressource en français, il y a toujours les très bon articles d’Amélie sur Ergolab (Ergonomie de la page d’accueil entre autres).

Un commentaire sur “Standards de conception et conventions de présentation

  1. A écouter J. Nielsen tous les sites se ressembleraient. Aucune originalité, tous conçus de la même façon. Tape 1 pour ouvrir la porte, tape 2 pour dire bonjour, tape 3 pour faire une pirouette. *** soupirs! *** Je le trouve assez excessif et vieux jeu. Il ferait bien de mettre un peu de vie sur son site tout pourri graphiquement. Il a pas encore compris qu’on peut faire joli sans pour autant que sa page ne pèse 300 ko. Il attend quoi pour adopter le template du vainqueur: http://www.mikepick.com/neilsen/ ? C’est le genre de type qui est encore a dire qu’il faut mettre les liens en bleu alors qu’une mise en évidence, d’une couleur contrastée est parfaitement assimilée à un lien par le visiteur. Enfin, je vais pas m’étendre sur le sujet. Il a de tres bonnes idées mais souvent il s’enferme dans ses petites habitudes sans ouvrir son champ d’action.

  2. Raté, j’ai laissé mon commentaire sur le mauvais post. Il s’agissait du post « De l’importance des données dans une maquette fonctionnelle » du 18 août 2004.

Laisser un commentaire