Les préférences des utilisateurs ? C’est pour les nuls !

Voilà en gros le message que nous livre l’article suivant publié sur le site YourTotalSite : User preferences are for sissies. L’auteur adopte en effet un point de vue extrême puisqu’il part du principe que donner aux utilisateurs d’un site ou d’une application en ligne la possibilité de définir leurs préférences relève plus de l’incompétences du concepteur que d’un besoin réel. Son argumentation part du postulat que la somme des instructions est inversement proportionnelle à l’utilisabilité. En gros, plus il y a d’instructions à lire et moins l’interface est intuitive et facile à utiliser. Et cela est également valable pour les préférences : c’est déjà assez déroutant pour un utilisateur d’appréhender et de comprendre le fonctionnement d’une interface, alors s’il faut en plus qu’il définisse des préférences, c’est trop !

L’auteur enfonce le clou et conclu qu’implémenter un système de préférences illustre la paresse du concepteur qui reporte une partie de la charge de travail sur le dos des utilisateurs. Plutôt dur comme jugement… mais au moins ça ouvre de belles discussions. Et vous, vous en pensez quoi ?

Un commentaire sur “Les préférences des utilisateurs ? C’est pour les nuls !

  1. Je n’ai pas (encore?) lu l’article de Garett (excellent site) mais je suis à moitié d’accord avec lui. Je pense que les utilisateurs novices n’aiment pas se retrouver avec des tas d’options qu’ils ne comprennent pas. Les power-users en revanche aiment pouvoir paramètrer plus finement leurs applis (ya qu’à voir le succès des extensions firefox). Dans certains cas (handicap visuel par exemple) on ne peut échapper à des options de paramétrage (taille du texte, notamment). Au concepteur de faire la part des choses entre les contraintes d’un utilisateur lambda (s’il est possible d’en dresser le profil…) et certaines catégories d’utilisateurs ayant des contraintes d’utilisation particulières (malvoyants, personnes naviguant uniquement au clavier…).

  2. Effectivement, je pense que c’est une bonne discipline que de se dire que si un site ou une application en ligne nécessite un manuel ou des explications, c’est qu’il y a un problème. Deux choses cependant me perturbent : – bien souvent, lors de la conception d’une interface, le commanditaire ne vous laisse pas le choix et vous impose une multitude d’informations et de boutons à faire impérativement figurer sur l’écran. Après tout, le client est roi, et vous vous retrouvez obligé de faire des acrobaties pour tout faire rentrer dans l’interface ; – d’un autre côté, les utilisateurs en lisent JAMAIS les instructions. Et c’est vrai, je l’ai constaté à maintes reprises… J’ai donc un avis mitigé sur le sujet. /Fred

  3. Quand je monte dans une voiture neuve par exemple, je règle les rétroviseurs à ma hauteur, la distance du dossier et du siège par rapport au volant et aux pédales, etc… Je "définis mes réglages"! Une fois fait, je suis à mon aise et je contrôle parfaitement ma "machine". Si Garett, ou d’autres, préfèrent perdre ce contrôle… Autant calibrer l’être humain à sa naissance, alors.

  4. Hum… je pense Helveto que tu es en train de comparer l’incomparable : – Tous les humains sont physiquement différents (taille, corpulence…) et il parait impossible de concevoir un siège convenant à tous les conducteurs ; – Conduire une voiture est une activité dangereuse, on peut provoquer des accidents ; – Avant de prendre le volant, il faut passer un permis de conduire (c’est obligatoire). Voilà quelques points qui différencient les conducteurs des internautes qui : – ne mettent pas leur vie en danger ou celles des autres en cliquant sur le mauvais bouton ; – ne sont pas obligé de suivre une formation avant de se saisir de leur souris. Par contre, tous les internautes ne disposent pas des mêmes facultés visuelles (mal-voyants et non-voyants) et moteurs (utilisation de commandes vocales…). Voilà pourquoi l’auteur de l’article émet une réserve à sa position dans les commentaires du billet. Il semble bien en effet que l’accessibilité mette tout le monde d’accord : les utilisateurs ayant recours à des modes de consultation alternatifs DOIVENT pouvoir configurer le site en fonction de leur handicap, ou plutôt le site DOIT ETRE EN MESURE de supporter les modes de consultations alternatifs. On en revient toujours au même point : si le concepteur a bien fait son boulot, les utilisateurs ne devraient pas avoir à configurer eux-mêmes le bazar. /Fred

  5. Je pense que tout programme se doit d’être simplissime d’apparence tout en étant tout à fait utilisable, mais permettre une personnalisation totale par un simple menu "Préférences" (ou via des fichiers éditables "à la main", pour les plus fougueux :o) ) afin de justement contenter ceux qui ne sont pas des novices.

Laisser un commentaire