Attention à l’arbre qui cache la forêt

Depuis le temps que cette idée me trotte dans la tête, voilà qu’un rédacteur courageux jette un pavé dans la marre à ma place : The Slippery Slope of Standards. Dans ce billet, l’auteur nous explique que les standards du web (XHTML, CSS, accessibilité…) sont une réelle opportunité pour les développeur souhaitant améliorer la qualité de leur code… mais n’améliorent pas forcément l’expérience utilisateur d’un site. En d’autres termes, passer un site aux standards du web ne le rend pas meilleur. Sauf dans le cas particulier des utilisateurs ayant des handicaps, qu’un site soit conforme aux standards W3C n’apporte pas grand chose de plus aux visiteurs. Et l’auteur de nous rappeler qu’il serait très dangereux de tomber dans une logique de conception centrée sur les standards et non pas centrée sur les besoins des utilisateurs.

Et il a bien raison le bougre. A l’époque folle de l’internet, c’était la course aux fonctionnalités. Plus un site ou un service en ligne proposait de fonctionnalités et mieux c’était… pour les concepteurs, mais pas pour les utilisateurs. L’ajout de nouvelles fonctionnalités était plus dicté par une possibilité technique que par une nécessité. Concrètement, on le faisais parce que c’était possible et non parce que les utilisateurs l’avaient demandé. Charge à la campagne marketing de recruter les utilisateurs potentiellement intéressés par ces fonctionnalités. Mais cette période est révolue, non ? … NON ? Allez… avouez-le, vous aussi vous avez été impressionné, grisé, aveuglé par le potentiel des standards. Vous aussi, un jour ou l’autre vous avez été tenté d’implémenter une technique CSS sur un projet autre que votre site perso ou votre blog. Même moi j’avoue avoir pêché par optimisme et m’être comporté comme un ayatholla des standards.

Voilà pourquoi il est préjudiciable de concentrer son attention sur l’arbre (les standards web) qui cache la forêt (les véritables besoins exprimés par les utilisateurs).

Un commentaire sur “Attention à l’arbre qui cache la forêt

  1. Pas tout à fait d’accord… Le respect de standards a selon moi des incidences sur l’expérience utilisateur d’un site: L’utilisation des feuilles de style permet d’allèger le code XHTML dans chaque page et donc d’accélèrer l’affichage de celles-ci ce qui en définitive améliore l’experience des utilisateurs du même site. Les feuilles de styles favorisent également la maintenance d’une même mise en page sur l’ensemble du site ce qui évite de perturber les internautes. Enfin, se conformer aux standards du Web peut donner aux pages Web une meilleure visibilité dans les moteurs de recherche. L’information structurelle présente dans les documents conformes simplifie l’accès aux informations par les moteurs de recherche et permet ainsi une meilleure indexation. Et, trouver rapidement une information participe également à une bonne expérience utilisateur. Certes… cela ne suffit pas (et de très loin) pour procurer une bonne expérience utilisateur mais je pense qu’il est faux de dire que le respect des standards et l’expérience utilisateur sont deux préoccupations totalement séparées. Voilà.. Benoit

  2. Benoît, je vais me permettre de reformuler : Utiliser les standards permet : – d’améliorer l’expérience des bien-voyants (en diminuant le délai de chargement et la visibilité dans les moteurs de recherche) mais pas de façon spectaculaire. – d’améliorer grandement l’expérience des mal ou non-voyants. Concrètement, les standards sont une condition nécessaire mais pas suffisante. Le message caché de ce billet est de mettre en garde contre les dérives potentiels : ce n’est pas parce que l’on peut faire telle ou telle prouesse technologique avec les CSS 2.1 qu’il faut nécessairement le faire. Les standards ne sont qu’un moyen d’atteindre un objectif. L’objectif étant de satisfaire les besoins exprimés par les utilisateurs et non de flatter l’ego ou l’ambition d’un développeur. Le W3C ne doit pas dicter les conditions de réussite d’un site au détriment des besoins réels des utilisateurs. Encore une fois, par expérience je sais qu’un projet de site web n’est qu’une série de compromis. On ne doit pas sacrifier la simplicité d’utilisation au profit d’un code valide (dans la mesure du possible). /Fred

  3. Je pense quand même que le compromis est possible : si l’on passe le temps nécessaire sur la conception, avec un point de vue centré sur l’expérience utilisateur, rien n’empêche de choisir de respecter par la suite au max les standards afin d’alléger les pages et améliorer le référencement. Je ne vois pas d’exemple concret où l’utilisation des standards nuirait à l’expérience utilisateur (hormis d’exclure le flash par exemple). En fait, le risque, c’est quand, dans un cadre professionnel, on accorde plus de temps et d’argent à l’application des standards qu’à la conception. Cela dit, on peut espérer qu’utiliser les CSS proprement sera de moins en moins un obstacle pour les développeurs.

  4. Effectivement, tu as mis le doigt dessus. Dans certains cas de figures, l’utilisation de technologies non-accessibles est à proscrire si les mal et non-voyants sont dans le coeur de cible. Mais dans d’autres cas, ces technologies apportent un confort d’utilisation sans pareil. Je pense notamment à des services comme GMail ou Bloglines qui font une utilisation massive de javascript (donc qui ne sont pas accessibles) mais qui procurent une souplesse d’utilisation inégalée. De même, j’ai déjà fait référence au site de Laszlo System qui propose des interfaces en Flash d’une efficacité redoutable. Mon coeur balance donc entre richesse fonctionnelle et accessibilité. A moins que… peut-être que des technologies comme XUL (qui permet de faire du client lourd) vont apporter une réponse… /Fred

  5. Qui peut le plus, peu le moins. Un site qui respecte les standards n’exclu aucun navigateur (exception des ancêtres), aucune personne, quelque soit son matériel, son accès, ses capacités, etc. L’idée est l’essence même du concept Internet: l’universalité, l’accessibilité pour tous sans distinctions. "j’ai déjà fait référence au site de Laszlo System qui propose des interfaces en Flash d’une efficacité redoutable" Peux-tu m’en dire plus?

  6. Ah oui je vois, effectivement ça reste très intéressant et ouvres des possibilités impossible ailleurs. Ca me rappelle le site Collab ( http://www.collab.nl/index2.html ). Sur la partie droite tu as une colonne avec un chat instantanné. Si t’as une webcam, il suffit de cliquer sur l’image du dessus, de changer les settings pour tes infos perso et le plus fort… tu cliques sur "Expand Chat Panel" et c’est toute la fenêtre qui coulisse. Tu vois tous les autres chateurs en temps réel (son compris), tu peux dessiner dans un espace public, etc. Je trouve ça génial au niveau interactivité.

  7. Effectivement, les exemples sont nombreux. A partir du moment où une interfaces plus riche répond aux besoins EXPRIMES par les utilisateurs, je ne vois pas pourquoi s’en priver. On peut éventuellement prévoir une version dégradée pour les utilisateurs qui ne rentrent pas dans le coeur de cible. /Fred

  8. Hum… Est-ce qu’il n’y a pas ici un confusion sur le fait que les standards XHTML, WAI, etc… ne proscrivent pas les techniques que vous évoquez : ils posent en revanche comme contrainte d’offrir systématiquement une expérience de navigation aussi complète que possble, quelles que soient les techniques supportées côté utilisateur. Le W3C a d’autre part engagé depuis longtemps une réflexion très précise sur ce sujet. Voir les travaux du Device Independence Activity Group, et notamment : – http://www.w3.org/TR/2003/NOTE-a... – http://www.w3.org/TR/2003/NOTE-d...

Laisser un commentaire