Une très belle démonstration d’objet ambiant

Les objets ambiants connaissez ? Mais si enfin, vous avez forcément entendu parler de cette pendule qui affiche la météo de la bourse. Pour faire simple, disons que les objets ambiants sont des objets de la vie quotidienne mais qui propose une touche d’intelligence en réagissant à un événement ou un état donné.

Prenons un exemple concret : une porte dont la poignée serait rouge si elle est vérrouillée ou verte si elle est ouverte :

Exemple de poignées intelligentes

Très sympa, et un peu plus intuitif et utile que les précédentes tentatives de portes intelligentes dont InternetActu nous a déjà parlé. (via Information Aesthetic)

Un commentaire sur “Une très belle démonstration d’objet ambiant

  1. sympathique mais pas suffisant! seule les femmes vont s’y retrouver: un daltonien ne peut faire la différence (et donc pas mal d’hommes…) il manque donc un élément graphique/physique pour faire la distinction! les feux rouges sont efficaces de par la position des feux et donc de leur utilisation en dehors du contexte de couleur – sauf la nuit vous allez me dire :)

  2. Mais oui elles étaient bien tes portes Hubert, le seul problème c’est qu’il fallait LIRE sur la porte => aucune innovation par rapport à un simple panneau Libre/Occupé.
    Par contre je rejette l’objection de François : En tant que daltonien notoire, j’arrive à distinguer sans problème les deux états. Et puis si les couleurs sont trompeuses, on peut toujours opter pour la solution suivante : allumé = libre, éteint = occupé.
    L’idée innovante est ici d’associer l’état de la porte à son interface (la poignée).
    /Fred

  3. J’entends. Ton idée est intéressante. C’est l’interface elle-même qui doit être « objet d’ambiance » ou d’interaction et non l’objet pour lui-même (comme c’est bien souvent le cas avec les gri-gri de bureaux).

  4. C’est vrai qu’utiliser la poignée pour indiquer son propre état (qui est lié à celui de la porte évidemment) tend vers une intégration telle qu’on la retrouve dans des interfaces complexe comme en informatique.

    
    

    PS: attention néanmoins au degré de daltonisme mais aussi au type: il y a différentes variations de cette pathologie qui impliquent différentes perceptions selon les gammes de couleurs. bon, je dis ça, je ne suis pas daltonien, c’était une boutade :)

Laisser un commentaire