Web 2.0 : de quoi avez-vous peur ?

Ce soir je déprime. Alors que j’étais plus qu’enthousiaste de l’accueil fait au projet Phénix, je n’avais pas encore vu les réactions très vives de certains :

Pourquoi tant de haine et de méfiance ? Je sais bien que chat échaudé craint l’eau froide mais quand même.

Avez-vous la mémoire courte ? J’ai connu deux ans de traversé du désert suite à l’effondrement de la bulle spéculative où les entreprises ne voulaient plus faire de sites web et je peux vous assurez que ça n’a rien de drôle d’alterner CDD et ASSEDIC. Durant cette période certains disaient même que l’internet allait disparaitre, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Le web et les services en ligne ont de nouveau la côte. Et à quoi le devons-nous ? Aux blogs, aux wikis, aux réseaux sociaux, aux folksonomies, aux innovations de Flickr, Technorati, GMail, Google Maps, Basecamp, JotSpot… tout ceux qui sont associés au web 2.0.

Je suis le premier à apprécier à sa juste valeur ce revirement de tendance et les sceptiques devraient en faire autant : éviter de critiquer ce qui va peut-être les faire vivre dans quelques années (mois ?). N’est-ce pas stimulant d’avoir l’opportunité de travailler sur de nouveaux projets ? Finalement, quand on y pense, c’est peut-être ça le web 2.0 : un nouveau départ, des services en ligne plus performants, des technologies plus matures, des entreprises qui ont à nouveau envie d’innover, d’expérimenter.

En tout cas je voudrais profiter de ce billet pour rassurer tout les sceptiques et les méfiants : les investisseurs ne sont pas des idiots, ils apprennent vite et ne reproduiront en aucun cas les erreurs du passé. Il n’y aura pas de seconde vague de spéculation. Juste un peu d’argent pour ceux qui ont osé prendre des risques et innover.

Bon allez, tout n’est pas perdu et visiblement je ne suis pas le seul enthousiaste : Le Web 2.0 à la française. Merci Cyril de me remonter le moral.

MAJ (29/09/2005) : Un très bon article d’InternetActu sur le sujet qui résume assez bien l’ensemble des points de vue : Qu’est-ce que le web 2.0 ?. (merci à Samuel pour le lien)

Un commentaire sur “Web 2.0 : de quoi avez-vous peur ?

  1. Tout le mal tourne autour de ce terme. Il est mal perçu par une catégorie d’informaticien, peut-être parce qu’il ne sort pas de leur bouche.

  2. Allons allons … Ce n’est pas bien grave. Toute nouveauté fait un peu peur, il fallait s’y attendre. Après avoir lu certains articles, il ressort que : certains sont agacés par le tapage autour du Web 2.0, car c’est encore un peu flou. il en ressort que certains « gourous autoproclamés » (non je ne citerais personne) semblent s’être appropriés le Web 2.0 en prêchant plus fort les uns que les autres. Ca énerve aussi, car c’est pas eux qui vont les pisser les lignes de code… ça va vite, très vite. Il va falloir mettre les bouchées doubles et encore bosser pour apprendre et maitriser les technologies induites par ce « nouveau » web. Ca aussi, ça agace aussi, parce que c’est encore la branche des développeurs qui va devoir se remettre en question. Il y’a aussi une part de snobisme dans certains articles. Donc tu vois, ce n’est rien de bien grave. L’initiative Phénix a été largement bienvenue, et je ne vois rien qui pourrait mettre des bâtons dans les roues. Ne prends pas tout ça trop à coeur, et passe une bonne nuit !

  3. Ce qui me dérange le plus, moi et de nombreux autres, c’est que techniquement parlant, le web 2.0, CE N’EST RIEN! Rien d’autre que de nouvelles utilisations de techologies existantes depuis longtemps. Rien qui ne justifie une telle appelation et la manière révolutionnaire dont, vous le premier, présentez certains services online qui pourraient exister depuis bien longtemps déjà. Ne serait-ce que ThinkFree: un applet java (ai-je besoin de vous rappeler l’année de création de Java ?), et une idée déjà exploitée il y’a quelques années. Je ne suis ni haineux ni méfiant (et encore moins contre des personnes en particulier, votre blog n’est pas désagréable à lire). Je suis réaliste. Pour un simple utilisateur, utiliser le terme de web 2.0, en parler comme la révolution d’Internet, et nous montrer la future interface de Yahoo (très jolie il est vrai), ça ne colle pas. Ce n’est pas l’évolution en soi qui dérange, elle est logique et utile, mais surdimensionnée par de trop nombreux propos. Mais peut-être est-ce tout simplement parce que je ne vis pas de l’Internet (je suis encore lycéen) que je me permets d’avoir un regard détaché sur les évolutions qu’il subit ?

  4. Tout d’abord merci Frédéric pour la fraicheur de ton blog. Même si j’ai tendance à partager ton entousiasme sur le web 2, je crois qu’il est également important de respecter ces contre-offensives. C’est tout l’intérêt des réseaux sociaux, d’offrir une tribune libre où tout les contre pouvoirs peuvent se faire entendre. Le fait de voir apparaître autant de levées de bouclier par rapport à tes propos montre bien la référence que représente ton blog (c’est le cadeau de consolation ;-)

  5. Je suis de plus en plus du même avis que Thanh y’a certains égos qui feraient bien de dégonfler, l’humilité, ne ferait pas de mal encore que pour certains j’ai peur que ce soit peine perdue… Dommage, y’a pas que du mauvais…

  6. Par rapport au commentaire de Jawad, ça me fait sourire : ce n’est que de la réutilisation de technologies qui existaient déjà depuis longtemps, oui mais n’empêche, les utiliser c’est déjà une révolution en soi. C’est l’usage qui fait la vraie invention, pas la technologie elle-même. Parce que si tu vas par là, XUL, XAML, rien de nouveau, c’est rien de plus que des dialectes XML. Sauf que sur le plan de la mise en oeuvre, du développement, donc de l’utilisation par le développeur, autant que du point de vue de l’utilisateur, ça change complètement la donne. Et dans un monde informatique qui évolue par ères à grands coups de révolutions (et je pèse mes mots), c’est important de savoir reconnaître la vague quand elle se pointe au lieu de la sous-estimer avant de se noyer. Remarquez, plus il y aura de gens avec un discours à la « Pfff ! Facile, j’aurais pu le faire ! », plus ça fera de boulot pour les visionnaires… Et je partage parfaitement l’analyse de L’Ours qui classifie très bien les web2-sceptiques. Par contre, il est vrai que je grince moi-même des dents à chaque fois que je lis ou utilise le terme Web 2.0, non seulement parce que je trouve que le numéro de version a été mal choisi au départ, mais aussi parce que comme toute dénomination commerciale, elle a perdu son contenu en route. Mais bon, si on veut « évangéliser » les masses, il nous faut une marque de fabrique, alors bon…

  7. Ca ressemble bien trop à Arrêtez de taper sur le super concept, vous allez faire fuir ceux qui peuvent nous donner du pognon. La dernière fois que je me suis réellement intéressé au sujet, ce que l’on appelait web 2 c’était une profonde refonte, réelle et pas marketing. Aujourd’hui on appelle ça le web sémantique. Mais sur ce nouveau web actuel (ajax, wiki, blogs, and co) il est identique à l’ancien. J’ai commencé à pratiquer l’internet quotidiennement en 1996, et il y a très peu de nouvelles choses maintenant par rapport à cette époque. Pour ceux qui ont l’intelligence de lire les documentations, c’est fondamentalement toujours la même chose. Quand aux outils, certes il y en a des nouveaux. Peu de révolutionnaire ou totalement innovants (une grande partie des outils actuels existait déjà avant le web grand public, lors de la préhistoire de la télématique française : j’ai nommé, ce bon vieux réseau Transpac X25, ce bon vieux langage videotex, et ces bons vieux terminaux minitel). Leur généralisation va de pair avec une certaine maturité… les pages perso d’hier (1995-98) étaient technologiquement moins matures que les blogs daujourd’hui, mais le fond (et rappelons que le fond est tout ce qui importe) est exactement la même chose. Le wiki a généralisé et rendu accessible (enfin, un peu) l’écriture à plusieurs mains, mais ça existait des années auparavant. Basecamp n’a pas inventé la gestion de projet. Flickr n’a pas révolutionné la mise en ligne de photos. Tous ces outils ont fait évolué la chose, mais s’arrêter arbitrairement aujourd’hui (et pourquoi pas hier ? et pourquoi pas demain ?) pour appeler ça web 2.0, je n’ai toujours pas compris l’intérêt – sans parler de la justification – de la chose. Ah si, pour certains banquiers intrépides et naifs peut-être ^^

  8. Amusante, celle « querelle d’experts » ! Ne pas oublier que ce qui importe (parfois) est la présentation d’un contenu et l’assurance que ce contenu aura un impact maximal. Amusant de voir sur certains forums les discussions sur l’utilisation de HTTPRequest pour trois fois rien (juste se faire plaisir techniquement). Amusant de voir que certains sites sont impossible à visualiser avec JavaScript désactivé (je désactive Js pour visiter certains sites mal foutus qui font planter ma souris, si quelqu’un peut m’expliquer ce qui se passe : merci) alors que 10% des internautes n’activent jamais Js. Amusant de voir que beaucoup de sites n’autorisent pas un grossissement des polices sans bousculer la mise en page jusqu’à rendre l’ensemble illisible, alors qu’il y a de plus en plus d’internautes à la vue défaillante (vieillissement de la population). Mon expérience sur un site avec feuille de style « grandes polices » : 30% des visiteurs l’ont utilisée (bon, ce n’était pas un site spécialisé « jeunes », c’était sur la constitution européenne). Amusant de faire télécharger un Js d’une centaine de ko, plus le reste alors que près de 50% des internautes en France ne sont pas connectés en ADSL. Amusant ces interfaces « enrichies » tout flash qui n’en finissent pas de charger et que l’on zappe, en fin de compte. Ou bien dont le mode opératoire n’est pas vraiment explicite et sur lesquelles on passe 10 minutes pour comprendre, faire quelques essais et s’apercevoir que c’est un beau petit exercice pour l’auteur mais sans intérêt réel pour l’utilisateur. Amusant, ce genre de catalogue ? J’y suis allé une fois, ce sera la dernière, car cela ne m’apporte rien en termes d’information et cela complique la navigation, c’est illisible… Comme en peinture, en sculpture ou en musique : l’art est de « faire passer quelque-chose » (un message, un sentiment, une atmosphère…) et non de faire ressentir à celui qui reçoit que l’on est techniquement très fort. La technique est au service de l’art, non l’inverse. Alors : qu’apporte le WEB 2 du point de vue d’une amélioration universelle (accessible, lisible etc… pour tous) de la qualité d’accès au contenu ?

  9. jcm, Je pense qu’une partie du problème vient de l’association douteuse d’AJAX avec le web 2.0. Tout ce qui est fait avec AJAX n’est pas forcément innovant et il est tout à fait possible de proposer des services incroyablement innovant sans avoir recours à AJAX (à l’image de JotSpot). La technique est au service de l’art. N’est-ce pas un peu restrictif comme vision ? J’aurais plutôt tendance à dire la technique est au service du métier. L’important est de revenir à des fondamentaux : pourquoi un site internet ? Comment un site web peut-il m’aider à mieux faire mon métier ou à mieux faire passer mon message) ? A partir de là, si utiliser des technologies avant-gardistes (Flash 8, ?AJAX, ROR…) ou des concepts novateurs (réseaux sociaux, folksonomies…) permet de mieux se différencier ou d’améliorer l’expérience des utilisateurs alors il faut foncer et ne pas se poser de questions. En ce sens, je rejoint l’avis de Thanh : c’est juste un problème de terminologie. Mais souvenez-vous que ce sont les enzymes gloutons qui font vendre, pas les molécules qui sont utilisées dans la lessive. /Fred

  10. Cette incompréhension vient du manque de culture de ceux qui critiquent. Le web 2.0 est autant un concept culturel que technologique, et ce phénomène est plus profond qu’il n’y paraît. Depuis que je fréquente les blogs, je trouve les forums et autres portails désuets…Une révolution est en cours, c’est sûr. Ceux qui ne prennent pas le wagon en marche risquent d’y laisser des plumes, car ces nouveaux usages peuvent bouleverser l’ordre établi sur le web…

  11. Faisons un raccourci un instant pour simplifier l’explication et assimilons « web 2.0 » à jotspot. Si j’ai la casquette chef de projet/décideur, je ne suis pas prêt de mettre mes données sur un site perdu au fin fond du net. C’est de mes données dont il s’agit c’est donc forcément, à un degré ou un autre, confidentiel. J’ai beaucoup plus intérêt à m’installer un wiki sur un des mes serveurs, ou un espace mutualisé à moi. Prenons GoogleMaps. Où est la réelle nouveautée ? Ben dans le fait de voir la Terre, pas plus ! Ajax c’est un joujou technique, rien de plus. Au final, où est la nouveauté ? Quel est l’intérêt pour l’utilisateur ? C’est bien d’avoir une direction où aller, de savoir vers quoi tendre, mais il faut arreter l’époque du chaussette.com => 100 patates ! Il ne faut pas oublier que malgrés le bruit qui est fait autour des standards et de l’accessibilité, leur mise en oeuvre reste encore marginale. Ces notions sont encore très loin d’être acquises. Tu n’imagines pas le nombre de web agencies qui vendent des sites soi-disant conformes et accessibles, alors qu’ils produisent 200 erreurs au validateur et proposent une alternative texte à tout le site. Quand je compare ce que je vois dans la vie (la vraie ™ ) et web2.0, je ne peux que me dire que c’est un doux délire de geek, pas plus.

  12. Continue Fred, ne te laisse pas impressionner par quelques messages négatifs de gens qui sont toujours prêts à critiquer. Beaucoup de (jeunes) blogueurs semblent décidément scotchés sur l’adage « on se crée en s’opposant »… Sinon : . L’appelation « Web 2.0 » vaut ce qu’elle vaut, ça n’a pas vraiment d’importance. Elle passera avec le temps, un peu comme le mot « nouvelles » dans « nouvelles technologies ». Mais pour l’instant, elle fixe les idées et suscite une vraie dynamique d’échange et d’innovation. C’est ça qui compte. . Tout ça n’a rien de « marketing », d’autant que personne ou presque, dans la vraie vie, ne sait ce que recouvre le « Web 2.0 ». Il faudrait être fou (ou informaticien) pour penser qu’une telle expression va aider à vendre quelque chose à des utilisateurs internautes lambda. C’est donc juste une expression pratique, pour nous qui baignons dans le Web depuis tous petits, pour regrouper un certain nombre de choses. . Quant à une seconde « bulle », je constate que ceux qui en parlent le plus sont aussi ceux qui n’ont pas vécu la première. Ce à quoi nous assistons aujourd’hui n’a pourtant rien à voir. Vivement le Web 3.0.

  13. Bonjour Fred, Juste un petit mail d’encouragement à une initiative qui je l’espere aura tout le succès qu’elle mérite. Cette conversation autour du terme « WEB 2.0 » est stérile, et ne mérite aucun intérêt particulier. L’intéret réel (pour moi en tout cas) est de comprendre et partager ce que chacun « place » sous ce terme comme évolutions majeures, intéressante ou nécessaires du web. (technos, concepts, utilisations…) Elles sont la, et difficile à cerner tout seul. Une occasion de les partager se présente ici et en plus, c’est en francais, ca change un peu. Merci

  14. Matthieu, Contrairement à ce que tu peux penser, les changements sont bien là : Gmail me permet de consulter mes messages, de les organiser et de les traiter en 3 fois moins de temps qu’avec Yahoo! Mail ; JotSpot te permet de partager, structurer et travailler dans un environnement complètement indépendant de ton poste d’utilisation, et toute simplicité et même en situation de mobilité. Et s’il s’agit juste d’un problème de confidentialité, il y a aussi SocialText ; Google Maps apporte un confort d’utilisation, une rapidité d’exécution et la possibilité d’être réutilisé (encapsulé) dans un autre service de façon beaucoup plus transparente que n’importe quel autre service de cartographie ; Netvibes me permet de syndiquer du contenu et des fonctionnalités en 4 fois moins de temps que Mon Yahoo! et dans une interface bien plus réactives. La liste est longue et si tu ne vois pas les changements c’est que ta vision est peut-être trop tournée autour des problèmes d’accessibilité. Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir. Sans mauvais jeu de mots ;-) /Fred

  15. …Netvibes me permet de syndiquer du contenu et des fonctionnalités en 4 fois moins de temps que Mon Yahoo! et dans une interface bien plus réactives… Une interface plus reactive… Mais sous le capot, quoi de neuf ? Absolument rien. Le web est toujours le web, il repose toujours sur un protocole client serveur, http…, et en dessous, c’est toujours la meme chose. Que des technologies qui existent depuis pratiquement 10 ans soit maintenant utilisées car utilisables grâce à la mise en oeuvre et le respect (plus ou moins) des standards par les navigateurs web ne vaut pas ce « Web 2.0 », qui n’est que du vent. Ce n’est pas le web qui évolue, c’est la facon de concevoir les sites. Et ce n’est pas du tout la même chose. Un web 2.0, ce serait un web qui permet de faire réellement du push, de tagguer les requetes, etc… Pas un web qui s’habille en haute couture au lieu de pret à porter. Autrement, le web 2.0, il existerai depuis que la mise en oeuvre de technologie telles que flash, java et XUL est possible. Quand au projet Phénix, vouloir fédérer les techniciens qui ont la volonté de travailler correctement, ca ne peut être qu’encourager. Seulement, le « pourquoi » de ce projet n’est pas le bon. Sans parler de l’aspect peu pro du site… Apres, il est vrai que commercialement et au niveau marketing, c’est vendeur.

  16. moi je souhaite réagir, pendant que vous débattez comme des gamins à savoir qui à raison et qui à tort, qui est de mauvaise foi ou qui ne l’est pas… le web c’est quoi ? 2.0 c’est quoi ? pourquoi essayer de quantifier quelque chose qui ne peut l’etre ? le web, si on suit ta logique devrait en etre au moins a sa énième évolutions!!! si a chaque nouveauté (css svg xml rdf rss xhttpmlrequest etc vtt tgv …) on devait étiquetter un web x.y on en finirai pas de débattre sur quel version correspond a quoi. ON fait du web, point final c’est juste pour faire style moi je suis hype moi je suis dans le coup !!! moi les gens comme ca, ca me fait vomir ! j’ai envie de leur chier à la geule, pardon je m’emporte mais plutot que de parler pour rien dire comme tu le fais si bien, tu devrais te préocuper de problemes plus important… Cordialement Keusta.

  17. Keutsa, Peu importe que cela fasse hype (ou pas), peut importe que cela t’incommode au point de te faire vomir (as-tu consulté un médecin récemment ?). Je préfère voir le côté positif des choses (des services plus performant, des interfaces plus riches…) plutôt que les côtés négatifs (problème d’accessibilité, sur-vente et exploitation de technologies déjà existantes…). La nouveauté fait peur, surtout pour ceux qui ont du mal à se remettre en cause. /Fred

Laisser un commentaire