Crocs = Tong 2.0

L’été s’achève et pour ne pas faire une reprise trop rude, je vous propose (une fois n’est pas coutume) un sujet léger. Il est ainsi temps pour moi de faire le bilan de 3 mois d’utilisation intensive de l’invention de l’année : les Crocs. Non, il ne s’agit pas d’un gadget technologique ni du dernier service en ligne collaboratif, mais d’une paire de chaussures.

Crocs

 

C’est en lisant un article de Fast Company que j’ai été intrigué par ces drôles de godasses : à mi chemin entre sandales et sabots, ces chaussures sont tout simplement révolutionnaires par leur technicité et modularité.

Il faut savoir que les Crocs sont des sandales moulées dans une résine de synthèse aux propriétés remarquables : ultra légères, très souples et très résistantes à l’usure, à l’eau de mer, à la transpiration, aux bactéries… Et en prime, elles sont thermo-formables : les semelles épousent petit à petit la forme de vos pieds à l’aide de la chaleur qu’ils dégagent.

Les essayer c’est les adopter : on se sent à la fois très libre et bien maintenu. L’accroche est exemplaire et la sangle de talon peut être dépliée selon les besoins : avec la sangle pour conduire et sans la sangle pour la plage.

Rajoutez à cela un look inimitable, des couleurs très sympas, une distribution sélective et vous obtiendrez la plus belle success story des chaussures depuis Nike. La société Crocs est ainsi cotée au NASDAQ depuis l’an dernier. Autre preuve de leur succès : il existe des sites de fans et de détracteurs.

Si la mode était (encore) aux tongs brésilienne cette année, l’été prochain sera aux couleurs de Crocs. Seule petite ombre au tableau, elles sont encore extrêmement mal distribuées en France : très peu de boutiques et quelques rares sites web proposent un ou deux modèles parmi une large gamme. Et puis quel dommage de devoir payer 45 euros pour une paire de chaussure qui vaut en réalité 30 dollars aux Etats-Unis.

En tout cas si vous ne l’aviez pas déjà compris, moi je suis fan. Et je peux vous assurer qu’avec mes Crocs aux pieds, je suis une vraie star au Yatch Club de St Mandé !

Un commentaire sur “Crocs = Tong 2.0

  1. Oulala non ça marchera jamais on dirait les chaussures de sécurité que les cuistos ont dans la restauration, mais en pire. Je parie contre toi : on n’en parlera plus l’été prochain (ou alors uniquement dans l’Homme Moderne).

  2. C’est un peu comme si j’avais découpé mes bottes de maternelles… A ranger avec les chaussures de Depardieu :p

  3. En belgique, on en vends chez AS Adventure (je ne sais aps si il y a ces magasins en France). Pour être honnête, j’adore pas la design, mais vu la description que tu en fais, j’en essayerai à l’occasion.

  4. Pour ma part, je ne me soucie pas de savoir si ça fait un véritable carton…Je trouve ça laid. C’est comme si tu cautionnais le succès d’un truc comme la star accademy…et que tu en déduisais que c’est « bien » puisque succès il y a ! CQFD :)

  5. Où peut on trouver ces chaussures à Paris? J’ai vu un modèle pour femme qui n’a pas l’air trop laid…! mais commander sur Internet semble exclu lorsque l’on ne connait pas les équivalences de tailles!

  6. Bah, c’est pas tellement plus moche que les Birk ou les Scholl supposées très fashion, non ? Et ça semble nettement plus pratique. Donc pourquoi pas (enfin, pas pour moi !).

  7. Pouark. C’est juste ignoble. Quand on voit comment je m’habille moi, on comprend ce que c’est que le style. ;-)

  8. Héhé, surpis de voir ça ici ! Je m’en suis acheté une paire le mois dernier du coté d’Aix-en-Provence (en jaune – elles existent en une dizaine de couleur). Mais par contre, je me les suis acheté uniquement pour les utiliser dans mon jardin : ça faisait longtemps que je cherchait des pompes résistantes, qui ne craigent pas la flotte et faciles à enfiler pour aller jusqu’à ma boite aux lettres ou dans ma pelouse sans avoir à enfiler mes chaussures à chaque fois. Je m’en sers comme « pentoufles d’extérieur » quoi, et elles restent toujours dehors, devant ma porte. Très pratique pour cet usage et dans l’ensemble, je trouve aussi que c’est un très bon produit. À noter que la lanière qui maintient le talon sur la photo, peut se rabattre pour un usage en sabot, sans maintient du talon. Par contre, sortir avec dans la rue, ça me brancherai moins mais c’est une question de gout ou de contexte. PS : je reprendrais bien une petite tasse de thé… ;-))

  9. Ah ben oui, là je dois faire un peu décalé après l’excellent lien de econsultant (que je n’avais pas vu ;-) Bon ben va pour une 33 Export alors !

  10. C’est super laid, mais je peux vous dire que ça fait un carton ici au Canada… tu en vois sur plusieurs styles de personnes, les enfants, jes ados, les adultes, au début j’ai vraiment cru que c’etait pour les gens qui voulaient des especes de sandales pour marcher dans l’eau comme ont les enfants sur les plages, mais non tu vois des nenettes en ville habillée fashion qui portent ça … j’adhère toujours pas, mais faut avouer qu’on en voit de plus en plus, et pour 29$ Can !

  11. C’est de la chausse 3.0 : le 1.0, les Birkenstock le 2.0, les Ugg Et maintenant les Crocs Madonna va-t-elle les adopter ?
    Blague à part : c’est très fort. Quand on songe que Dior s’est débrouillé pour se planter sur le revival de la Moonboot… :)

  12. Flo, tous ces jolis noms et ce « réchauffage de Moonboot » me rappellent cette courte mais excellente BD de Gérard Lauzier « La pantifle » (1979, « Tranches de vie T5 – Paris sera toujours Paris »), dans laquelle un fabricant de pantoufles fait appel à une boîte de marketing-publicité pour doper ses ventes. Ces derniers n’ont rien changé au produit, mais l’ont nommé « Pantifle »… Extrait: « Messieurs les créatifs, grâce à vous dans quelque mois, cette pantoufle somme toute assez banale sera devenue une Pantifle, un phénomène de civilisation ! »

Laisser un commentaire