YouTube dans une impasse ?

A en croire les spécialistes, YouTube serait dans une situation très inconfortable :

  • le succès phénoménal de ce service engendre des frais d’exploitation exorbitants (on parle de 100.000 $ par jour pour l’hébergement et la bande passante) ;
  • les grandes sociétés de production commencent à réclamer des droits d’auteur sur les millions d’oeuvres pillées et détournées (à l’instar de Universal Music Group) ;
  • le prix de vente est complètement délirant (1,5 milliard de dollars).

Mark Cuban, un milliardaire de l’ancienne nouvelle économie, vient ainsi de déclarer dans un article de News.com : seul un abruti pourrait racheter YouTube (Only a ‘moron’ would buy YouTube). Selon ce dernier, si YouTube est encore en ligne c’est parce que les avocats des majors attendent un rachat avant de déclencher un déchaînement juridique. En d’autres termes : poursuivre YouTube en justice coûterai aujourd’hui beaucoup d’argent pour pas grand chose (puisque cette société n’a quasiment rien en fonds propres), par contre dès qu’un repreneur se sera fait connaître, alors là… ça risque d’être un festival de procès et autres démarches juridiques.

Moralité : la vrai valeur de YouTube ce n’est pas 1,5 milliard de dollars, mais plutôt 1,5 milliard de coups de pied au cul !

Un commentaire sur “YouTube dans une impasse ?

  1. Excellent, faut que je forward ça à Rodrigo avant qu’il se prenne lui aussi 1,5 milliards de baffes (même en ancien Franc, ça fait beaucoup) ;-)

  2. Je dois dire que je suis en effet assez curieux de voir quelle en sera l’issue. Les premières intérrogations à propos de Youtube étaient de savoir comment ils pourraient arriver un jour à générer du cash pour couvrir ne serait-ce que leur facture mensuelle d’environ un million de dollar rien qu’en bande passante, mais je pense qu’on a largement dépassé ce stade actuellement. D’une part, les majors installés qui pourraient disposer des fonds nécessaires pour s’offrir Youtube ont déjà tous un service comparable, et d’autre part comme le souligne Mark Cuban, un éventuel acquéreur aurait fortement intérêt à budgeter une gagnotte conséquente en vue des procès que tous les observateurs anticipent. Wait & see…

  3. À ce sujet, lire le billet de Fred Wilson, VC spécialisé dans les petites sociétés de haute technologies qui suit YouTube de près depuis les touts débuts: http://avc.blogs.com/a_vc/2006/10/is_it_really_je.html Au fait, le prix de vente n’est PAS de 1,5 ou 15 milliards de dollars. YouTube n’est PAS à vendre pour le moment. Ce n’est pas parce qu’un soit disant spécialiste en finances est cité par un magazine réputé pour ses grossières exagérations boursières affirme que la valeur d’une entreprise est de « X » que ses propriétaires peuvent recevoir un chèque le lendemain. La valeur réelle d’une entreprise dépend uniquement de ses ventes effectives. Pour le moment, YouTube ne vaut donc pas grand’chose. Le reste, c’est de la spéculation, du même type que ce qui a provoqué l’éclatement de la bulle de 2001. :)

  4. les grandes sociétés de production commencent à réclamer des droits d’auteur sur les millions d’oeuvres pillées et détournées (à l’instar de Universal Music Group) Merci de continuer à faire passer le message comme quoi il s’agit de pillage… En vérité, il s’agit plutôt d’une pub monstrueuse pour leurs artistes, leurs produits, et le gain en retour est énorme ! Un exemple : chercher toutes les vidéos sur Shakira avec le titre « my hips don’t lie » et vous allez voir à quel point les fans sont prêts à s’investir, à reprendre la chanson et au final…. ça se vend mieux !

  5. Si vous avez des vidéos à faire héberger quelque part allez chez Google ou Yahoo, leurs services ont moins de chances de fermer du jour au lendemain… Deux questions derrière tout cela : 1) Les business entièrement basés sur la manipulation de contenu (collecte ou pillage) ont-ils de l’avenir hors rachat sous moins de 18 mois ? Je mets encore les moteurs de recherche à part, qui apportent une vraie valeur ajoutée à ces contenus qu’ils rendent accessibles (pour le moment..) 2) Toujours cette question générale nous concernant tous : quid de nos données, confiées à une myriades de services à l’identité floue, au modèle douteux et aux vues tout sauf altruistes ? Allons-nous croire encore longtemps que, vraiment, sur Internet tou est gratuit ? Tant qu’un système n’a pas de modèle clair, ça pue. ;) Bonne soirée.

  6. Je suis tout à fait d’accord avec ElDiablo, ca leur fait une pub monstre! Ils croient que cela leur est négatif, mais ils ont tout faux.

  7. Je sais bien que ça devient tendance d’annoncer l’éclatement des bulles, mais YouTube est surtout un repassage de plat de l’histoire et ça me rapelle furieusement Napster et autres sites P2P du même genre à la même époque. À jouer avec la propriété intellectuelle on se brûle et j’espère que d’autres (suivez mon regard) ont su éviter de jouer les apprentis sorciers. Pour le reste, l’avenir des services 2.0 grand public se joue sur l’évolution du marché de la pub. À ce titre, j’invite chacun à lire ce que dit Rupert Murdoch qui, que je sache, n’est pas le premier venu en terme de business en ce domaine…

  8. A mon avis, Nico, les majors instrumentalisent la loi en leur faveur pour gagner de l’argent d’une manière hypocrite. Ce ne sont pas les quelques chansons diffusés sur Youtube qui empêcheront les amateurs d’acheter les albums entiers des artistes qu’ils apprécient. Les 1,5M de coups de pieds au cul, c’est bien les majors qui les méritent.

  9. Wooow Fred Cavazza qui partage la même opinion que moi !!! je n’ai plus l’impression de parler tel Don Quichotte face aux moulins à vents de Communiquant et Bozzos (Guy Kawasaki CC 2.5 ;op ) de la nouvelle Bulle ;) ~laurent >>> Vpod, c’est pas Youtube, c’est du Publishing pas du Distributing, sans oublier que derrière, tu as une équipe de modération pour ne pas avoir les soucis de vidéos « illégales »…

  10. @ ElDiablo : effectivement, la frontière est fine entre pillage et publicité virale. Je pense néanmoins que les majors vont de plus en plus favoriser les publications « officielles » à l’image de la chaîne dédiée à POaris Hilton sur YouTube. Il n’est pas exclu que les opérateurs de sites de partage de vidéos comme YouTube ou DailyMotion craquent face aux hordes d’avocats et finissent par signer des « partenariats forcés » avec les majors (pour avoir des chaînes dédiées à leurs artistes) ou avec les studios (pour avoir des chaînes dédiées aux bandes annonces, teaser et autres vidéos bonus). /Fred

  11. @ Michael et Alexis > Effectivement, il est toujours bon de rappeler que l’engouement autour du web 2.0 n’est en rien comparable avec celui de la fin des années 90 : YouTube n’est pas à vendre les montants des transactions sont pour le moment dérisoires à l’échelle des marchés financiers (quelques dizaines de millions de dollars pour FlickR, Writely ou JumpCut) les rares montants de rachats démeusurés (Skype et MySpace) sont déjà rentabilisés (ou en passe de l’être). Moralité, il n’y a de bulle que dans la tête des jaloux qui n’ont pas sû profiter de la première vague spéculative. … … … … Bon en fait moi aussi je suis un peu dégouté de ne pas avoir pû m’enrichir lors de la première bulle, mais j’essaye de garder du recul ;-) /Fred

  12. >Moralité, il n’y a de bulle que dans la tête des jaloux qui n’ont pas sû >profiter de la première vague spéculative. Il me semble bien d’ailleurs que ce sont les braves boursicoteurs qui ont « payé » la facture boursière de la bulle 1.0 (en général, mais seulement sur le marché des TIC). Au final, c’est toujours pareil : très peu de réussite ! Les meilleurs (ou les plus malins) gagnent…

  13. Bonjour >Fred >1. YouTube n’est pas à vendre -> tout est à vendre sur le Web 2.0 >2. les montants des transactions sont pour le moment dérisoires à l’échelle des marchés financiers (quelques dizaines de millions de dollars pour FlickR, Writely ou JumpCut) -> certes, mais ça créé des vocation (ce qui est positif) >3. les rares montants de rachats démeusurés (Skype et MySpace) sont déjà rentabilisés (ou en passe de l’être). -> possible, en attendant pour MySpace on verra le bilan pub dans 5 ans avant de parler de rentabilité, Skype ayant du souci à se faire niveau concurrence à moins qu’Ebay ne devienne (rachète) opérateur telecom. >Moralité, :)
    Malheureusement je ne pense pas qu’il n’y ait que des jaloux du newbiz, pour rappel l’éclatement de la bulle Internet avait fait grimper à 20% le taux de chômage dans l’informatique en France, soit le double de la moyenne nationale. Les catastrophes sont alors sociales, les marchés s’en remettent. A+

  14. Mmmh D VDA pour Myspace : il me semble que Murdoch a payé ca 580M$ en gros et rien que le deal avec Goog, va presque doubler les revenus ( goog va payer 900M$ en cash pour etre le partenaire exclusif Fox ( donc my space notamment ) bref, pour moi, myspace est un bon invest :-) et dans 5 ans, je veux bien parier que cela le sera tjs :-) here : Google vient de signer un contrat de 900M$ sur 3 ans avec News Corp., propriétaire (entre autres) de MySpace. Google fournira la publicité contextuelle AdSense ainsi que son outil de recherche au géant des sites communautaires… L’accord porte sur la grande majorité des sites de Fox interactive Media (News Corp.) incluant MySpace.com, ign.com, scout.com, fileplanet.com, direct2drive.com et bien d’autres. Le montant de 900M$ cash sera payé sur 3 ans (entre 2007 et 2010), le partenariat débutant au début du quatrième trimestre 2006 et finissant au second trimestre 2010. De son côté, Fox s’est engagé sur certains objectifs de croissance de trafic. Fox prévoit d’atteindre les 100 millions d’utilisateurs ce mois-ci. Ce partenariat va doper sérieusement les revenus de MySpace qui sont estimés à 350 millions USD par an.

Laisser un commentaire