Après les UGC, les MUGC et les UGW ?

2006 à été l’année du web 2.0 et des contenus générés par les utilisateurs (UGC pour User Generated Content). Le Time Magazine en a même fait sa couverture en élisant les internautes comme Personnalité de l’année 2006.

Oui mais voilà, il faut savoir relativiser :

Bref, autant de signes qui me font dire que les User Generated Content ne méritent pas forcément la valeur qu’on leur attribue.

Mais rien de grave puisque la relève est déjà là avec les Mobile User Generated Content et les User Generated World.

Je vous conseil donc de surveiller de très près tout les services qui exploitent les contenus générés à partir de terminaux mobiles qui introduisent une notion de spontanéité voir des contextualité : les services de publication et de consultation de vidéos (YouTube Mobile, Moblr…), les indicateurs sociaux en situation de mobilité (avec les clients mobiles pour Twitter), les services mobiles de proximité comme DodgeBall

Je vous recommande également de vous intéresser à ce qui se passe du côté des univers virtuels avec bien évidemment Second Life dont la croissance est entièrement assurée par les membres et avec d’autres univers virtuels en préparation comme ceux d’Atari (Atari Gets Into the User-Created Online World Game), de Sony (Habbo Hotel + PS3 = Sony Home) ou encore de Lego.

C’est sur ce dernier point que nous allons voir les choses les plus intéressantes, puisque ces univers virtuels vont permettent aux utilisateurs d’exprimer leur créativité dans un environnement beaucoup plus vaste et avec bien moins de contraintes. Imaginez alors ce que cela pourra donner avec des univers entièrement open source à l’image des projets Croquet, OpenSource Metaverse, Uni-verse ou encore Daimonin

Un commentaire sur “Après les UGC, les MUGC et les UGW ?

  1. A l’instar des tout premiers UGC qu’étaient les pages persos gratuites (ou pas) aux tous débuts d’internet (1992 ?), on pourrait bien arriver à ça : « Un espace virtuel gratuit de 1500m2 pour chaque nouveau Freenaute inscrit »… Encore une fois, y’aura-t-il un genre de « W3C » pour les univers virtuels ? Quels seront les futurs principaux acteurs pour leur hébergement ? Quid de leur normalisation, de leur interopérabilité ? Des outils ? Je suis persuadé qu’on se dirige très doucement vers quelque chose d’énorme, et que nous pourrions voir pousser un Web « alternatif » en 3D avant qu’on aie eu le temps de s’en apercevoir. En attendant, je suis impatient de jouer aux Legos !

  2. Oui, beaucoup de déchets dans la blogosphère comme tu dis, mais également beaucoup d’internautes qui maîtrisent pas ou mal ces nouvelles technologies… Ce clivage entre spectateurs et spectacteurs n’est pas près de se résorber. Quel pourcentage des internautes maîtrise réellement le « 2.0 »? L’éparpillement de l’audience sur les nombreux blogs existants (et pas forcément actifs plus de quelques semaines) n’aident en rien. Elle accentue justement cette distance entre une poignée d’internautes à la pointe de l’actualité web et le reste qui incorpore peu à peu les nouveaux usages. La valeur des UGC n’est pas pour autant, selon moi, à remettre en question. Il faudra du temps pour trouver un web réellement participatif. En attendant, le développement de communautés par affinités mais surtout par niveau de maîtrise des nouveaux outils s’accentue.

  3. Je ne vois vraiment pas en quoi la spontanéité du contenu va améliorer la qualité de ce que l’on retrouve sur internet… ni la diminution du spam d’ailleurs. J’ai du mal à discerner le lien entre la première partie du billet et la seconde en fait.

  4. Les déchets du web existaient bien avant la tendance 2.0, ne serait-ce que sur des pages personnelles ou des posts dans des forums. De même que dans la presse il y a des torchons et d’excellents magazines. Le tout est de se rapprocher des contenus auxquels on a le plus d’affinités et le reste faut pas s’en occuper. Ce que je veux dire c’est qu’il ne faut pas culpabiliser l’UGC, comme certain le voudraient, prétextant qu’il contribue à l’appauvrissement du web. Il n’en est rien, c’est bien le contraire qui se passe avec les nouveaux projets qui arrivent. Cependant suite à la suggestion de Laurent, je me demande effectivement si les univers virtuels et autres metaverses ne vont pas constituer un web alternatif, le web vivra sa vie de web et les metaverses feront de même de leur côté, deux mondes disctincts avec son public. A méditer.

  5. tout cela n’est, ni plus, ni moins la traduction de la vie d’un produit. grosse croissance, stabilité, decroissance et stabilisation. idem pour les acteurs : peu, plei, de plus en plus de plein, un peu moins, beaucoup de moins et quelques restants. Il y aura toujours des nouvelels choses, d’abord utilisées par queques personnes avant une démacratisation. quelques déchets (beaucoup ici car il est plus aisé de tester un produit car moins couteux). Alors, dire que MUGC sera l’avenir….. quand et pour qui, a quel moment ? Il y aura les early-users, qui feront certanement le ménage et les users normaux, qui utiliseront. web2, web3, … pffff … web tout court, qui évolue, grandit et s’affirme. Voilà. Il faut être enjoués des nouveautés, mais laisser un peu le temps au monde de les digérer. time to market …. .

  6. les blogs commencent a renter dans la maturité les déchets sont nombreux ( il faut rentrer dans blogger avec le nez bien pincé) comme les pages perso de toute une époque a quoi ressemblent aujourd’hui « myspace » et les petits frères !!

    l'web 2.0 est devenu comme le web 1.0 une affaire de sous ( il faut faire  un truc et  se faire racheter au plus vite) la relève arrive et  va suivre le même chemin

    bref le web reste un éternel adolescent que aime repeter les bêtises … :-)

Laisser un commentaire