Sony ouvre le v-commerce dans Home et travaille sur un concurrent de Second Life

Visiblement Sony est en train de prendre une sacrée longueur d’avance sur ces concurrents en investissant massivement dans les univers virtuels.

Faisons le point sur la situation de Sony Online Entertainment :

En plus de tout cela, je vous propose de prendre connaissance des deux articles suivants :

La nouvelle a de quoi surprendre, surtout que ce futur FreeRealms sera compatible PC mais également PS3. Le principe serait de proposer un monde virtuel accessible gratuitement où il serait possible de compléter des quêtes (comme dans WoW), de se balader et de faire des rencontres (comme dans SL) et de chat dans des environnements 3D (comme dans IMVU). Bref, ce FreeRealms se présente donc comme un pot-pourri de ce qui a fait le succès des différentes plateformes 3D.

Le modèle économique reposerait sur les micro-transactions réalisées au travers des boutiques « officielles« . J’ai hâte d’y être…

Un commentaire sur “Sony ouvre le v-commerce dans Home et travaille sur un concurrent de Second Life

  1. La quantité n’est pas la qualité : le seul MMO de Sony qui a vraiment bien marché c’est Everquest. Star Wars Galaxies est aujourd’hui maintenu en vie sous respiration artificielle, suite à de longs mois d’une conduite du jeu très critiquée par les joueurs, Everquest 2 n’a pas très bien marché car World of Warcraft est arrivé entre temps et a capté une grosse part de l’audience des adeptes de MMO Heroic Fantasay, Matrix Online est anecdotique. Vanguard, leur produit le plus récent (sorti il y a quelques mois) n’a visiblement pas marché aussi bien que prévu, puisque des regroupements de serveurs (synonymes de serveurs sous-peuplés) ont eu lieu très récemment.

    Concernant Pirates of the Carribean Online, je n’ai pas connaissance de la participation de SOE dans le projet – c’est un jeu édité par Disney.

    De même, Club Penguin n’a pas été racheté par Sony mais par Disney.

    Bref, si on fait abstraction des deux informations erronées de l’articles, et si on élimine les produits qui ne marchent pas terrible, il reste juste le projet Home, dont le succès est fortement lié au succès de la PS3 (succès qui est actuellement fortement mis en question, cf. les faibles ventes de PS3 en comparaison avec la Wii de Nintendo sortie à peu près au même moment), et FreeRealms. Mais vu la façon dont SOE s’est planté avec StarWars Galaxies, Everquest 2 et Vanguard, on peut être dubitatif quant à sa capacité à peser à nouveau sur le marché des MMO avec ce nouveau titre.

  2. D’accord mais ne sous-estimons pas les ressources (humaines, techniques, financières) de Sony de même que sa capacité à capitaliser sur des licences en or (Pirates des Caraïbes…).

    Peut-être qu’ils performeraient un peu mieux s’ils étaient en mesure d’assurer une compatibilité entre les univers (un mage niveau 20 d’Everquest = un capitaine niveau 10 de Pirates).

    /Fred

  3. Pirates des Caraïbes ce n’est pas Sony, c’est Disney.

    Sony a obtenu les droits de distribution de Pirates of the Burning Seas ; ce n’est pas la licence Pirates des Caraïbes.

    Quant aux deux licences dont SOE est effectivement éditeur :
    – Star Wars : le jeu a fait plus de mal que de bien à la licence, et il est fort peu probable que LucasArts renouvelle l’expérience du MMO avec Sony. Star Wars Galaxies a été très mal géré par Sony.
    – Matrix : Sony a racheté Matrix Online pour une bouchée de pain parce qu’il est rapidement apparu que le jeu faisait un bide

    Ce n’est pas vraiment ce que j’appelle de la capacité à capitaliser sur des licences. Dans un cas, c’est un fiasco (alors que la licence a un potentiel énorme : un MMORPG Star Wars ça devrait être au moins aussi populaire que World of Warcraft, vu l’attrait de la licence dans le monde entier). Dans l’autre, c’est une récupération opportuniste et qui n’a pas vraiment apporté quoi que ce soit au marché des MMO.

    Les vrais leaders du marché des MMO sont les nouveaux venus dans le domaine, comme Blizzard, ou les coréens, avec Guildwars par exemple.

Laisser un commentaire