Les machines deviendront-elles l’égale de l’homme ?

Je viens de terminer la première saison de Terminator – The Sarah Connor Chronicles, une très bonne série qui relate le combat d’une poignée de résistants contre la rebelion menée par les machines.

Science-fiction ? Pas tant que ça, surtout quand on voit ce que les machines sont capables de faire de nos jours. Ne ratez surtout pas la séquence (35 s. à partir de début) où la bestiole se fait méchamment bousculer mais parvient à rester sur ses pattes :

Autant je suis sidéré par les progrès réalisés en matière de robotique, autant cette vidéo me met mal à l’aise. Cela doit surement venir de l’aspect à la fois fragile et terriblement menaçant de ce robot (à mi-chemin entre biche et mouche géante).

Bref, les questions qui me travaillent en ce moment sont les suivantes : Jusqu’où irons-nous ? A quoi ressembleront les robots dans 10-20-30 ans ? Quels progrès auront été réalisés en intelligence artificielle ? A quoi vont bien pouvoir nous servir ces robots de plus en plus perfectionnés ? Le jeune John Connor aura-t-il une relation avec Cameron dans la saison 2 ?

33 commentaires sur “Les machines deviendront-elles l’égale de l’homme ?

  1. Grandes questions, et je hasarderais à répondre à une seule : Le jeune John Connor aura bien une relation avec Cameron dès la saison 2. Évidemment, le terme de « relation » sera ici à explorer.

    :-)

  2. et comme c’est des recherches à destination de l’armée américaine, imaginons un peu ce que ça donnerait si la technologie était prête : des espèces de chiens robotiques qui patrouillent Baghdad équipés de fusils… c’est vraiment proche de Terminator, sauf que dans Terminator les robots ne savent pas viser et peuvent manquer leurs cibles.
    A priori la décision de tirer devrait être prise à distance par un humain qui contrôlera par caméra, on l’espère en tout cas.

  3. Il y a 50 ans les écrivains imaginait un robot faisant la cuisine ou le ménage à domicile. Or c’est le phénomène inverse qui s’est produit ; les robots sont dans les usines pour fabriquer les produits déjà prêts à consommer.

    Je pense que la robotique sera complètement différente des romans de science fiction, utilisée plus dans le domaine scientifique ou médical, en chirurgie ou dans les cas d’handicap. Donc avec une intelligence articifielle très modérée par rapport à ce qu’on imagine. Il y a une raison assez simple pour expliquer cela ; le coût d’une telle technologie est très importante.

    Par contre l’informatique et l’électronique seront de plus en plus présent, que ce soit en domotique ou accompagnant la vie quotidienne, par exemple les textiles intelligents.

  4. Pour la reflexion sur les différences hommes/machines, voir ou revoir AI de steven spielberg … car au fond, ne sommes nous pas que des machines ultra sophistiquées ? (d’ailleurs la série a finalement plus à voir avec le film de spielberg qu’avec les films de Cameron ;o)

    Sinon concernent l’évolution de la robotique, il va falloir aussi se pencher sur les progrés fait dans nanotechnologies.

  5. Je suis d’accord avec Rémian, bien sûr que l’avancé de ce genre de technologie fais peur car nous avons déjà imaginé des scénarios catastrophes grâce aux films (Terminator, AI) ou par la lecture de livres (La proie, M. Crichton). Mais nous pouvons aussi faire de bonnes choses avec une telle technologie, et je rejoins les dires de Rémian. Toutes inventions, choses ou découvertes ne sont pas par définition bien ou mal, c’est la manière dont on les utilise qui est importante. « Le côté obscur » est présent partout .. looool
    Je pense et j’espère que l’humanité sera assez intelligente pour créer des lois et imposer des limites lorsque viendra le temps où les machines feront partie de nos quotidiens comme elle le fait déjà avec l’éthique génétique… :D

    —————————————————————-
    Sans agents intelligents, le web sémantique peut être mis à la poubelle …

  6. bambi revient … et les chasseurs ont intérêt à commencer à courir ;)

    entre un lance pierre et une bombe atomique, seule la vitesse de destruction varie, mais dans les mains d’un cinglé, on arrivera au même résultat.

    par contre, avec un moteur moins bruyant et moins de balancement, on arrivera à un moyen de locomotion pour paraplégique assez intéressant :)

  7. Je pense que nous traitons des problèmes majoritairement à notre dimension et que l’intérêt d’un robot est qu’il nous ressemble, ou disons qu’il traite ces mêmes problèmes (un lave-vaisselle ne nous ressemble pas, mais on pourrait imaginer une plus grande efficacité s’il nous ressemblait, en tous cas moi je l’imagine avec mon lave-vaisselle un peu nul). Finalement je pense que le robot qui nous ressemble le plus c’est encore nous-même: le problème de la vaisselle c’est que ça nous ennuie parce qu’elle nécessite notre attention tandis que marcher par exemple ne demande aucun effort (pour certains la conscience est nécessaire pour les gestes les plus simples, mais il s’agit de troubles cérébraux). C’est à dire qu’il ne s’agit qu’une question de programme. On pourra sans doute un jour télécharger le programme « lave-vaisselle » dans le cerveau pour laver la vaisselle sans s’en rendre compte, en lisant ou en regardant un bon film en même temps.

    Avec un peu d’imagination on n’est pas obligé de se restreindre à la vaisselle et s’apercevoir que cette solution est largement généralisable. Après il y a les questions habituelles: qui programme ? qui achète ? quel modèle économique ?… des problématiques sociales et la politique continuera de servir. Moi c’est comme ça que je vois les choses.

  8. Aaah… Si des robots pouvaient cultiver, construire, nettoyer, aller bosser à notre place, on serait débarassés du salariat ? On aurait plus de temps pour nous ? Est-ce qu’on serait plus heureux ?
    Ou bien on réaliserait qu’en définitive, ça aurait très bien pu se faire sans robots ?

    (Garçon, remettez-m’en une)

  9. EN soi, elle a l’air un peu conne cette bestiole. Toutefois, je reconnais que sur la phase du coup pied et celle du verglas, la réaction de la bête est impressionnante. On ne voit pas bien l’intérêt de la machine en question, mais par contre, au vu de ces images, on a comme le sentiment qu’on a franchi une vraie étape dans le domaine de la robotique. Le côté mal à l’aise, à mon avis, n’est pas dû à la vidéo en soi mais plutôt à la projection qu’on se fait de là où on devrait en arriver.

  10. @Laurent et Abstrait
    On en arrivera à rien du tout: les problématiques humaines profondes ne sont pas liées à la technologie. Au niveau de l’intérêt… ben on voit bien l’intérêt d’une machine à 4 roues, une machine à 4 pattes est bien plus performante.

  11. @Abstrait qui ne voit pas l’intérêt de la machine en question : ok, alors faisons une petite liste d’usages intéressants :
    – test d’un itinéraire de recherche dans des gravats (après un tremblement de terre, une attaque terroriste…)
    – transport de matériel et de personne dans ces mêmes conditions.
    – idem pour du secours sanitaire ou humanitaire en conditions difficiles (zone de combat, population touchée par un épidémie qui menacerait des équipes humaines, jungle, etc.)
    – et plus généralement transport et exploration (drone au sol) en conditions difficiles.

    Comme le dit ropib juste au-dessus de mon commentaire : cela élargit tout simplement le champ des possibles que l’on connaît avec les véhicules à roues et même à chenilles.

    Bien sûr, il y a aussi tout un tas d’usages possibles et peu souhaitables. Comme pour tout.

  12. @ropib : « On en arrivera à rien du tout: les problématiques humaines profondes ne sont pas liées à la technologie. »

    Ben justement, ce genre de machine dans un cadre militaire pose des questions nouvelles : d’un coté il n’y a plus de pertes humaines et ça aide à avoir le soutient de la population du pays hostile; de plus il y a moins de chances de dérapage aussi puisque celui qui déciderait de faire tirer la machine ne serait pas directement menacé.

    D’un autre coté, ça rend l’action virtuelle, et pour une occupation c’est la garantie de perdre sur le plan politique.

    Pour aller attaquer ponctuellement dans des villages ou zones montagneuses par contre, ça peut être redoutable. Comme il n’y aura certainement plus vraiment de guerres de front, c’est pas étonnant qu’il y ait du budget pour ce genre de recherches.

    @françois : c’est « marrant », la semaine dernière un ami me parlait d’un robot de ce genre que les américains envisageaient de poster à la frontière mexicaine.

  13. @Etienne : L’article que tu sites est en anglais, et a pour seul point commun la vidéo. D’autre part, Fredcavazza est dans mes RSS, et pas l’autre :p

    Peter a dit :
    « par contre, avec un moteur moins bruyant et moins de balancement, on arrivera à un moyen de locomotion pour paraplégique assez intéressant :)»

    C’est marrant, tu décris exactement un moyen de locomotion utilisé dans un bouquin que je suis en train de lire, L’Âge de diamant de Neal Stephenson, comme on peut le voir sur la couverture du livre de poche. Mais il n’est pas utilisé seulement pour les paraplégique, mais pour tout le monde (et est très pratique dans la nature, pour franchir des obstacles, etc.)

Laisser un commentaire