La domination d’Android menacée par les cloudphones et Aliyun ?

L’informatique dans les nuages est présentée comme la prochaine révolution informatique. Si le stockage dans les nuages est maintenant devenu la norme pour les applications en ligne, les systèmes d’exploitation allégés comme Chrome OS peinent encore à trouver leur marché, malgré une offre très cohérente. J’ai déjà eu l’occasion de vous expliquer que les cloudbooks sont l’avenir de l’informatique individuelle. Par contre, il est surprenant que ce concept n’est pas été appliqué aux smartphones. Ceci vient incontestablement du fait que Google (l’éditeur de Chrome OS) préfère se concentrer sur Android. Mais c’était sans compter d’autres acteurs de la mobilité qui ont décidé de sauter le pas.

Il y a tout d’abord Mozilla qui est en train de finaliser son système d’exploitation dans les nuages (Mozilla à la conquête des smartphones low cost avec Firefox OS) et qui vient de publier une vidéo plutôt convaincante :

Comme vous pouvez le constater, ça fonctionne bien. Même si de gros progrès ont été réalisés avec HTML5, le choix d’utiliser une interface entièrement en HTML limite tout de même le type d’applications que l’on peut installer sur un cloudphone, notamment les jeux qui sont pourtant un gros secteur. Ceci étant dit, avec deux acteurs majeurs (Android et iOS) et trois mineurs (Windows Phone, BlackBerryOS et Symbian), je vois mal comment le marché pourrait absorber un nouveau système d’exploitation mobile. L’approche de Mozilla a donc été de se concentrer sur les marchés émergents, là où les acheteurs se contenteront parfaitement des applications traditionnelles (téléphone, messagerie, photos, contacts, calendrier…), des applications sociales (Facebook, Twitter…) et d’applications de productivité pour les entreprises (gestion de projet, reporting…). Toutes ces applications peuvent être réalisées en HTML5, de même que des jeux pas gourmands en ressources.

La messe est-elle donc dite avec le duopole Android / iOS pour les marchés développés (qui propulsent respectivement presque 400 M et 500 M de terminaux) et un OS mobile alternatif pour les pays en voie de développement ? Pas tout à fait, car le marché Chinois est en train de se réveiller et de nous apporter des grosses surprises comme Aliyun, le système d’exploitation mobile développé par le géant Alibaba. Annoncé il y a deux mois, ce nouveau venu compte bien s’imposer sur un marché en pleine explosion : Alibaba Mobile OS Appears in Pictures, Showing Aliyun as a Cloud-Based Future.

L’écran d’accueil de Aliyun

Pourquoi donc Alibaba, une place de marché BtoB, développerait son propre OS mobile ? Pour trois raisons :

  • Pour faire barrage à Android qui a su convaincre de nombreux fabricants chinois comme ZTE, Haier et Huawei, ainsi que des acteurs du web eux-mêmes (China’s 5 Hottest Homegrown Smartphones) ;
  • Pour imposer son navigateur mobile et stopper ainsi l’ascension de  UCWeb, un navigateur mobile chinois qui totalise près de 75% de parts de marché (UCWeb Dominates China Mobile Browser Race) ;
  • Pour emboiter le pas d’Amazon et de la stratégie de Jeff Bezos, dont le CEO d’Alibaba (Jack Ma) est un grand fan.

Ne parlant pas chinois, je me contente donc des avis déjà publiés par les correspondants locaux qui sont visiblement plutôt positifs sur ce nouveau système d’exploitation mobile dont il est très difficile de savoir s’il est oui ou non directement dérivé d’Android.

Exemples d’applications mobiles sous Aliyun

Outre le fait qu’Alibaba est un acteur très puissant avec des moyens financiers colossaux, le plus inquiétant dans cette histoire est que Alyum se positionne comme un concurrent de Firefox OS (avec une interface en HTML), mais également d’Android car il est possible d’installer des applications. Aliyun dispose ainsi de son app store où se côtoient des applications en ligne et des applications Android (on distingue ainsi des titres phares comme Angry Birds, Temple Run ou Eternity Warrior).

La place de marché d’applications d’Alium

Se pourrait-il qu’Aliyun ai trouvé le compromis parfait avec un OS hybride ? Il y a des chances, et ceci est d’autant plus disruptif que les premiers terminaux de grands constructeurs sont déjà là :  Acer Launches Aliyun OS Phone as China’s E-Commerce Giant Challenges Android. Un authentique coup de tonnerre dans l’industrie qui a forcé Google a monter au créneau et remettre en cause ses accords avec Acer pour les forcer à abandonner : Acer cancels smartphone launch with Alibaba at last minute.

Le premier smartphone de Acer propulsé par Aliyun

Je pense ne pas me tromper en disant que la situation est bien plus grâce que l’on ne pense, surtout pour Google qui se serait bien passé de ce nouveau concurrent. La firme de Mountain View va ainsi devoir composer sur le créneau des smartphones low-cost avec la concurrence d’Amazon (dont nous sommes toujours en attente d’un smartphone), de Mozilla et maintenant de Alibaba qui a visiblement les dents très longues : Alibaba to launch English version of Aliyun OS this month, tablet by November.

Même si le marché est colossal (Did you hear that? A billion smartphones shipping by 2016), cette nouvelle concurrence asiatique risque de bouleverser la donne. Si je reste confiant dans la capacité de Google à maintenir un rythme d’innovation élevé pour conforter la domination d’Android, il me semble évident que les parts de marché de Apple vont irrémédiablement se tasser, d’autant plus que le tout nouveau iPhone 5 n’est visiblement pas compatible avec la 4G des opérateurs européens.

Un commentaire sur “La domination d’Android menacée par les cloudphones et Aliyun ?

Laisser un commentaire