L’adoption de NativeClient passera par les jeux… et la bureautique

Lancé à la fin de l’année 2008 en catimini, NativeClient évolue sous le radar depuis un certain nombre d’années. Plusieurs raisons expliquent le peu de moyens déployés par Google pour communiquer sur son produit : une technologie complexe à expliquer (donc des bénéfices difficiles à appréhender pour les non-initiés) et une crainte de voir se reproduire la déroute de Google Wave, qui était pour tant un produit exceptionnel. Bref, NativeClient est la technologie « révolutionnaire » de Google dont personne ne connaît l’existence, mais les choses pourraient bien changer par le biais d’une acquisition récente.

Si j’avais été très sceptique au lancement de NaCl (Native Client, la technologie RIA de Google qui risque de faire long feu), c’est que les conditions de marché n’étaient pas très favorables et que les équipes de Google n’ont pas non plus dévoilé une feuille de route parfaitement claire et cohérente. En résumé : l’intérêt de faire tourner du code natif dans le navigateur en 2008 était plutôt limité. Impression confirmée il y a deux ans lors d’un second lancement officiel (Pourquoi Google a deux ans de retard avec Native Client). Je vous rappelle qu’à cette époque nous étions en pleine montée en puissance des terminaux mobiles et que le gain de performance promît par NaCl pour les processeurs x86 n’était encore une fois pas très vendeur (HTML5 était nettement plus sexy).

Nous sommes maintenant en 2013 et les terminaux mobiles ont envahi le monde (smartphones, tablettes, ultrabook…). Quasiment la totalité des internautes est équipée de terminaux mobiles et les utilisateurs veulent accéder aux mêmes services qu’avec leur ordinateur, ils ont donc besoin de puissance et le récent portage de NaCl sur les processeurs de famille ARM prend tout son sens (Native Client support on ARM). Grâce à NativeClient, les développeurs ont donc la possibilité de créer des applications en code natif qui exploitent directement les ressources de la machine (processeur et puce graphique) sans déperdition de puissance. La promesse est belle, mais elle est difficile à tenir, car la puissance se fait au détriment de la simplicité. En d’autres termes, il faut être talentueux et motivé pour mettre en oeuvre la technologie et profiter de ses bénéfices. D’autres éditeurs ont fait la même promesse, mais il semble que NaCl soit mieux cadré et plus rigoureux (Google Chrome Native Client compared with plugin or extension).

La stratégie de Google a donc été dans un premier temps de mobiliser la communauté des développeurs de jeux pour démontrer l’intérêt de NaCl : Games, apps and runtimes come to Native Client. Un certain nombre de jeux et démonstrations techniques sont donc sortis ces derniers mois, avec des authentiques succès comme AirMech (cf. AirMech Review).

L'interface de AirMech sous Chrome
L’interface de AirMech sous Chrome

Il existe aujourd’hui une petite vingtaine d’applications disponibles dans la galerie et les avis semblent converger : NaCl ouvre de formidables opportunités, mais requiert de gros efforts (The Ins and Outs of Native Client et The trouble with Google Chrome’s Native Client). Qu’à cela ne tienne, ils ont tout prévu : Gaikai ported to Chrome Native Client, which is a bigger deal than it sounds.

Tout ceci est très intéressant, mais les jeux en ligne sont un marché limité, même si on l’étend aux terminaux mobiles. La seconde étape du plan de Google est maintenant de s’attaquer au marché des applications d’entreprise où il y a de bien plus grosses sommes d’argent en jeu : Google Ports Quickoffice To Chrome Using Native Client, Will Get Full Editing Features In About 3 Months. L’arme secrète de Google est donc de proposer un environnement « léger » de création et d’édition de documents bureautiques exploitant la puissance de NaCl et distribué sur iOS, Android et Chrome. Autant des réalisations comme AirMech permettent de crédibiliser NaCl auprès des développeurs d’application, donc une petite audience ; autant QuickOffice est la clé d’entrée ultime de Chrome dans le monde de l’entreprise.

L'interface de QuickOffice sous Android
L’interface de QuickOffice sous Android

J’ai toujours été sceptique quant au succès de NaCl, mais son portage sur les processeurs de famille ARM (qui équipent l’ensemble des terminaux mobiles) et cette future nouvelle version de QuickOffice changent carrément la donne. Je suis persuadé que la prochaine conférence Google I/O le mois prochain sera l’occasion de donner un second souffle à NativeClient et surtout de déployer un levier de différenciation imparable. L’enjeu étant bien plus important que des jeux en ligne plus rapides (un autre article en préparation sur ce sujet).

Un commentaire sur “L’adoption de NativeClient passera par les jeux… et la bureautique

  1. Je suis absolument d’accord avec ton point de vue! Je crois que ce n’est pas par hasard non plus que Google ait lancé un ChromeBook haut de gamme dernièrement. Plusieurs critique son prix élevé en donnant comme argument que 1300$ pour un navigateur c’est cher. Mais je crois que Google vise beaucoup plus grand et qu’en offrant des produits tel que QuickOffice avec NaCl, l’entreprise pourrait se laisser tenté si les performances sont au rendez-vous. Et c’est exactement ce que ce ChromeBooks Pixel offre. Un rapport qualité/prix/performance/entretiens optimal. Reste à voir si l’offre applicative sera au rendez-vous. Mais en regardant où Google s’en va, nul doute qu’ils aient bien réfléchis à leur stratégie.

Laisser un commentaire