Google veut accélérer le développement des Chrome Apps

Depuis ses débuts, Google a toujours misé sur les technologies web et a été un fervent défenseur des applications en ligne. Il existe bien des applications Google que l’on installe sur son ordinateur (Picasa, Sketchup…), mais elles sont anecdotiques. Google avait fait sensation en 2009 en annonçant le lancement de ChromeOS, un système d’exploitation pour les chromebooks reposant sur un noyau Linux, mais avec une interface 100% web. Traduction : un ordinateur sur lequel on ne peut pas installer de logiciels et où tout se passe dans le navigateur, en l’occurrence Chrome. Un choix très avant-gardiste que j’ai eu l’occasion de commenter (Avec Chrome OS, Google parie sur le CloudBook et La fin de l’ordinateur individuel est programmée). Quatre ans après, ce choix s’avère payant, car les chromebooks représentent maintenant plus d’1/5 des ventes d’ordinateurs portables : Google’s Chromebooks Have Hit Their Stride.

acer_chromebook_c720

Le problème est que si tout le monde est d’accord pour dire que ces machines proposent un rapport qualité / prix imbattable, leur utilisation en mode hors connexion est très hasardeuse. Non en fait pour être exacte, les termes généralement employés sont : « sans une connexion internet, un chromebook est un gadget complètement inutile« . Pour pallier a cette faiblesse, les équipes de Chrome ont travaillé d’arrache-pied pour améliorer la gestion du mode hors connexion. Le résultat sont les Chrome Apps, des applications web qui fonctionnent hors-ligne, en d’autres termes : des applications en ligne qui se comportent comme des logiciels (cf. What Are Chrome Apps?). Vous noterez d’ailleurs que ces Chrome Apps ne sont pas uniquement réservées aux Chromebooks, mais à tous les ordinateurs qui utilisent Chrome (Google transforme son navigateur en environnement d’exécution avec les Chrome Apps). Vous pourriez me dire qu’une application en ligne fonctionnant sans connexion ne pourra jamais réellement remplacer un « gros » logiciel, mais là encore, Google a réfléchi à la question (Tous vos documents bureautique consultables directement dans votre navigateur).

Google cherche donc à faire de Chrome le coeur de son écosystème. Mais le problème est que pour qu’un écosystème informatique soit viable, il faut un minimum d’applications et de développeurs. Dans ce contexte, il semblerait que Google soit en train de travailler sur un certain nombre d’outils pour leur simplifier la tâche. L’infatigable François Beaufort a ainsi repéré en fin d’année dernière un projet d’environnement de développement de Chrome Apps : Google building Spark, a Web-based development tool. Le projet Spark est donc un IDE (Integrated Development Environment), un ensemble d’outils permettant aux développeurs de créer beaucoup plus facilement des applications pour Chrome.

google-spark

Cet environnement de développement présente deux particularités intéressantes :

Dart, Polymer, Spark, Native Client… force est de constater que Google ne ménage pas ses efforts pour séduire la communauté des développeurs et imposer sa vision d’une informatique plus « légère ». Et puisque l’on parle d’alléger l’outil informatique, comment ne pas évoquer Android, le système d’exploitation mobile de Google. Figurez-vous qu’avec les Chrome Apps, ils ont réussi à faire la liaison entre les deux OS : Google is building Chrome apps support for Android and iOS, beta release coming as soon as January 2014. Une autre équipe est en train de finaliser un mécanisme de portage des Chrome Apps pour qu’elles puissent être exécutées sur un terminal Android, toujours par l’intermédiaire de Chrome.

Les Mobile Chrome Apps sont donc l’arme secrète de Google pour révolutionner les concepts de logiciel et d’application mobile. En d’autres termes : plutôt que de développer une application pour un terminal ou un système d’exploitation spécifique (PC, Mac ou Android), vous pouvez utiliser les Chrome Apps pour déployer des applications web partout où vous le souhaitez. « Arme secrète » est vraiment le bon terme, car les équipes de Google se font très discrètes sur ce chantier. En cherchant bien, il est possible de trouver quelques informations (Chrome DevTools for Mobile: Emulate and Screencast), mais il n’y a qu’une seule personne qui communique ouvertement là-dessus : Porting Chrome Packaged Apps to Mobile using Cordova.

J’imagine que cette discrétion est due aux nombreuses difficultés techniques que les équipes devront résoudre afin de stabiliser les Chrome Apps et l’environnement de développement Spark. Pour mémoire, je vous rappelle que la fondation Mozilla s’était aventurée il y a peu de temps dans un chantier similaire avec Bespin, rebaptisé plus tard SkyWriter et finalement fusionné avec le projet Ace (Mozilla Skywriter has been merged into Ace).

Tout ceci est encore un peu complexe à comprendre et soulève de nombreuses difficultés techniques. Mais c’est le prix à payer pour pouvoir exploiter dans de bonnes conditions des applications en ligne sans connexion. C’est le prix à payer pour réinventer l’outil informatique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s