Le PC est mort, vive le PC !

Saviez-vous que le premier ordinateur personnel a été lancé en 1964 par Olivetti ? Le Programma 101 est encore considéré comme la machine qui a révolutionné l’informatique. Mais ce n’est vraiment qu’en 1981 que l’on commence à parler de PC, dans le sens Personal Computer, avec le lancement de l’IBM PC propulsé par MS-DOS. Vous connaissez la suite de l’histoire avec l’irrésistible ascension et le règne sans partage du couple Windows / Intel (Wintel pour les intimes) pendant plusieurs décennies.

Nous sommes maintenant en 2014 et l’avènement des smartphones, tablettes et autres terminaux alternatifs sonne le glas des PC (La fin de l’ordinateur individuel est programmée). Il ne faut pas être devin pour comprendre que la firme de Redmond ne parviendra pas à inverser la tendance et que son déclin sur le marché des ordinateurs personnels est irréversible. Et pourtant Microsoft reste très méprisant vis-à-vis de la concurrence : Microsoft mocks the Chromebook in a new video ad for its anti-Google ‘Scroogled’ campaign.

L’arrogance affichée par Microsoft semble déplacée, car ils se retrouvent dans une situation très délicate, clairement dans une position de faiblesse (L’écosystème numérique de demain est en train de se construire avec Google, Apple et Amazon). Du coup les constructeurs essayent de faire le pont entre les deux mondes avec des produits hybrides sans aucun intérêt (Putting Windows and Android on the same PC doesn’t solve anyone’s problems). Outre ces produits anecdotiques, nous commençons également à voir apparaitre des offres alternatives beaucoup plus intéressantes comme ce PC nomade sous la forme d’une grosse clé USBThis Dongle Is Dell’s Idea Of A New Kind Of Corporate PC That Should Make Microsoft Nervous.

dell_wyse

L’idée est que vous ayez la possibilité d’emmener vos applications et fichiers dans votre poche et que vous puissiez vous brancher sur n’importe quel ordinateur ou écran pour retrouver tout votre environnement de travail : Dell Ships First Secure, Managed Ultra-Mobile Cloud-Access Device. Mais ne vous emballez pas, car si cette clé USB embarque tous les composants nécessaires pour en faire un ordinateur individuel, elle est propulsée par Android, le système d’exploitation mobile de Google. Certes, il est possible d’accéder à votre environnement de travail avec un émulateur Windows, mais ce n’est quand même pas l’idéal, d’autant plus qu’il faut visiblement un minimum de configuration au niveau du S.I. pour faire tourner l’offre PocketCloud.

pocketcloud_android

Vous noterez qu’il existe des équivalents natifs pour Windows grâce à l’offre Windows to Go, comme le DataTraveler Workspace de Kesington.

kingston-datatraveler

L’idée d’utiliser Android pour accéder à vos applications et fichiers Windows est quand même un peu tordue. J’imagine que si Dell lance cette offre, c’est qu’ils ont de bonnes raisons de penser que le couple Wintel est réellement en fin de vie. D’ailleurs ils ne sont pas les seuls, puisque HP propose un ordinateur professionnel tout-en-un qui tourne également sous Android : In Another Bad Sign For Microsoft, HP Aims Its New Android PC At The Enterprise.

hp-slate-21-pro-android

Le problème est qu’Android a été conçu pour les terminaux mobiles avec un écran tactile et en situation de mobilité (pas dans un contexte de productivité). Le système d’exploitation du XXIe siècle est donc plus à chercher du côté de ChromeOS et des Chromebooks qui font un tabac avec 21% de parts de marché sur le segment des ordinateurs portables : U.S. Commercial Channel Computing Device Sales Set to End 2013 with Double-Digit Growth).

share-of-unit-slaes-us

Du coup les constructeurs s’intéressent de près au filon, et plus particulièrement sur des niches verticales où les verrous psychologiques sont plus faciles à faire sauter, à savoir les étudiants : Dell Unveils Its First Chromebook, An 11-Inch Portable Designed Specifically For Education.

Annoncé il y a déjà plusieurs années, le développement de ChromeOS est dans un premier temps passé par des offres d’entrée de gamme sur des ordinateurs portables, mais les choses sont en train de changer : With Chromebooks A Success, Google Adds Focus On Chromeboxes. Fort de son succès sur le marché grand public, le système d’exploitation de Google est en train de se réorienter vers le marché professionnel avec l’aide de constructeurs de renom : HP veut imposer ses Chromebox en entreprise.

hp-chromebox

Équiper les employés avec des machines uniquement capables de faire tourner un navigateur web ? Une idée pas si folle, surtout dans un contexte où les DSI peinent à renouveler les licences Windows / Office (le ROI est difficile à justifier) et où de plus en plus de logiciels bascules dans les nuages (Salesforce, Adobe Marketing Cloud, Oracle…). L’informatique low-cost va-t-elle s’imposer comme la nouvelle norme en entreprise ? Très certainement, car l’idée a de quoi séduire les gestionnaires de gros parcs informatiques : conserver les écrans  /clavier et ne remplacer que l’unité centrale. Toujours est-il que le géant Intel y voit un second souffle salutaire : Mini-desktops are a rare bright spot in a shrinking PC industry, says Intel.

Mais outre l’argument du prix, c’est la facilité d’installation et d’administration, ainsi que l’intégration native avec Google Apps qui font de l’ombre aux ordinateurs vieillissants qui encombrent les bureaux, d’autant plus avec des machines qui approche de la barre des 150 € : Meet the Asus Chromebox, a $179 fanless mini-desktop.

asus-chromebox

Sommes-nous en train d’assister au grand retour du client léger, un concept qui a fait long-feu aux débuts d’internet ? Très certainement, du coup les constructeurs déclinent des machines sous ChromeOS à toutes les sauces :  LG’s Chromebase all-in-one brings Chrome OS to Web kiosks.

lg-chromebase

Microsoft ne devrait pas se moquer, car nous sommes réellement en train de vivre les dernières heures du PC façon Wintel pour assister à sa renaissance avec le couple ChromeOS / ARM. Certes, il y aura toujours l’argument de la compatibilité, mais celui-ci commence à faire long-feu : Tous vos documents bureautiques consultables directement dans votre navigateur. Pire : dans un sursaut de lucidité, Microsoft commence à assurer ses arrières en faisant rentrer le loup dans la bergerie : Strange bedfellows, Microsoft could bring Android apps to Windows et Google partners with VMware to let Chrome OS users access their Windows desktops, data, and applications.

Non, vous ne rêvez pas : l’obsession du nouveau CEO de Microsoft pour le cloud le pousse à envisager de faire tourner des applications Android sur Windows, et inversement de faire tourner des solutions de virtualisation sur ChromeOS. Une nouvelle orientation qui doit faire grincer des dents à Redmond, mais qui semble logique dans la mesure où le marché se déporte des licences vers les offres en SaaS (Software as a Service). Le pragmatisme l’emporte sur la culture, une très bonne chose en fait.

Moralité : l’avenir de l’ordinateur personnel est aux offres dans les nuages… mais il vous faudra quand même un PC pour y accéder, simplement il ne sera plus propulsé par Windows.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s