Haut-débit : les usages changent, changeons avec eux

Ça y est, la bascule est faite : plus d’1 français sur 2 est connecté à l’internet par haut-débit. C’est l’institut Médiamétrie et son observatoire multimédia qui nous révèle qu’en septembre 2004, 3 829 000 foyers était équipé d’un accès internet haut-débit, soit 50,1 % des foyers connectés.

Que doit-on en conclure ?

  1. que la France à rattrapé son retard sur ses voisins allemand, anglais, scandinaces…
  2. que la France dispose des offres d’accès les plus compétitives d’Europe (d’autant plus avec l’arrivée de l’ADSL 2+)
  3. que les français s’équipent en matériels performants

J’ai l’intime conviction que le marché de l’internet en France est entré dans une phase de maturité. Maturité pour quoi ?

  1. pour des services plus performants (prenons comme exemple Google qui bouscule les services de webmail avec son Gmail)
  2. pour une expérience en ligne plus riche (comprenez par là qui plongent l’internaute dans un univers émotionnel plus dense où les valeurs d’une marque sont mieux véhiculées)
  3. pour des contenus plus attractifs (c’est à dire qui innovent, comme les blogs)

Toutes ces améliorations ont un point commun, elles demandent beaucoup de bande passante, et ça tombe bien, les français en sont équipés ! Je ne rentrerais pas ici dans le débat du Flash ou pas Flash (voir Java ou pas Java), je souhaites juste attirer votre attention sur un phénomène réel : l’avènement du haut-débit qui amène avec lui de nouvelles habitudes et de nouveaux usages. Puisque les usages évoluent, évoluons avec eux : partons à la conquête de ces nouveaux usages, proposons des interfaces plus riches, des services plus innovants et des expérience plus riches. Vive le haut débit !

Un commentaire sur “Haut-débit : les usages changent, changeons avec eux

  1. on ne peut pas vraiment dire que les blogs soient des innovations apportées par le haut-débit, ni que Gmail est un signe de maturité d’internet *en France*, mais dans la globalité on a en effet l’impression que les diverses utilisations basiques du réseau passent dans les moeurs, comme des habitudes de tous les jours et non plus un gadget.

  2. Evoluer, oui, c’est inévitable. Mais en fait, je reste encore choqué par la première affirmation : "plus d’1 français sur 2 est connecté à l’internet par haut-débit." Cela veut dire qu’aujourd’hui encore, près de 50% des internautes sont ENCORE en modem 56k ?!?! Wow, je ne m’y attendais pas.

  3. Et oui, vu comme ça c’est vrai que c’est surprenant. Les 49,9% de français qui utilisent encore un modem 56K doivent être des utilisateurs occasionnels, voire inactifs (moins d’1 connexion par mois). En tout cas je leur souhaite bien du courage. Pour répondre à John : non, il n’y a pas besoin d’avoir une connexion haut-débit pour consulter un blog. Cependant, on peut quand même y voir un rapport indirect puisque q’un blog n’a d’intérêt que s’il est consulté régulièrement. Qui dit connexion régulière, dit intensification de l’usage, et donc pousse innévitablement les internautes à s’équiper en connexion haut-débit. Je vais donc reformuler et dire que c’est l’intensification des usages (au travers de nouveaux services ou d’innvoations) qui favorise l’adoption du haut-débit… à moins que ce ne soit l’inverse… Bref, tout ça pour dire que le paysage internet français est dans un dynamique de forte croissance et de maturation. Nous ne pouvons que nous en réjouir. /Fred

  4. Il me semble également raisonnable de citer Free qui je le pense y est pour beaucoup dans cette (r)évolution. De plus, je vis actuellement dans un pays où le tout privatisé domine, grosse galère pour une simple installation téléphonique car il faut tirer des cables: donc un gros merci aussi à France Telecom qui grâce à son monopole d’un autre temps nous a tout de même permis de rattraper ce retard. Il est en effet beaucoup plus rapide et simple d’installer des SLAM sur un réseau existant que de tirer des cables à tout va.

  5. Oui, enfin faut se méfier de l’affirmation "plus d’1 français sur 2 est connecté à l’internet par haut-débit". C’est faux : c’est la moitié des foyers internautes qui sont au haut débit. Ce qui fait environ 15% des foyers en France. D’autre part, la moitié d’internaute qui reste (les 15% de foyers restant les 30% abonnés à internet) sont sans doute au 56k en parti parce qu’ils sont forcés : que ce soit dans les campagnes ou dans certaines villes, l’ADSL n’arrive pas encore partout. J’ai des amis dans la campagne à côté de Lyon qui ne peuvent pas avoir la moindre offre ADSL (on s’y attend), mais c’est aussi le cas pour d’autres amis en banlieue parisienne, dans le val d’oise (certaines parties de la villes peuvent, d’autres non, trop éloignées). Tout ça pour dire qu’avec 50% es internautes au 56K, le temps de l’allégement des pages n’est pas encore révolu.

  6. Oui Emeric, de même ce comptage ne tient pas compte de la population d’internautes qui se connectent depuis leur lieu de travail : certains sont connectés en permanence, d’autres ont des débits très faibles, d’autres encore subissent des restrictions d’accès. Le débat sur ceux qui ne peuvent pas bénéficier du haut-débit est un débat sans fin. Quand un verre est à moitié rempli, libre à toi de le considérer comme à moitié vide. Étant de nature optimiste, je le considère plutôt comme à moitié plein. Ma conclusion est que si le temps du tout haut-débit n’est pas encore arrivé, nous sommes rentré dans une ère de choix : soit l’on décide d’essayer de contenter tous les utilisateurs parce que l’on y est obligé (services publics) ou parce que c’est un positionnement (portail…), soit l’on décide de privilégier la part d’internautes qui a fait l’effort de s’équiper et l’on mise sur un levier de fidélisation fort. Je ne suis pas en train de dire que le choix est simple à faire, mais il va se faire ressentir de façon toujours plus forte. /Fred

  7. Au niveau développement de site, on voir arriver des jeunes qui n’ont pas connu les restrictions due au faible débit. Ils ne sont donc pas avares de codes et d’images aux poids affolants. Mais si on tend vers le haut débit pour tous, pourra t on un jour les blamer. Et nous qui tachons d’optimiser encore, passerons nous pour des has been. :p

  8. Mais non solo, ne t’imquietes pas, tu ne risque pas de passer pour un has-been. A la limite pour un perfectionniste, mais ce n’est pas si grâve, non ? /Fred

  9. Cherchant à répondre en particulier au post de Raphael qui s’étonne de constater que la moitié des français surfent au 56k… En réalité, ils y sont contrainds car FT refuse de les rendre éligibles à l’ADSL… Pour preuve : parcourez notre site http://adsl.bruyeres.free.fr/ Nous luttons depuis 3 années pour obtenir l’ADSL malgré plusieurs pétitions et une couverture médiatique massive… «  »Nous sommes en 2005 après Jésus Christ. Toute la Gaule est occupée par les Commutateurs ADSL….Toute? Non! Un village (Bruyères le Châtel 91680) peuplé de non éligibles ADSL, échappe encore et toujours aux mailles du tout numérique… Et la vie n’est pas facile pour les internautes des camps retranchés de Hautdepitum, 56kmaximum, Deconnectionregulum et Numerusfractum… »

    
    

    Venez réagir et contactez nous sur http://www.adsl-91.org/

Laisser un commentaire