État des lieux de l’internet mobile en France en 2012

Si vous lisez ce blog, c’est que vous êtes déjà au courant que l’internet mobile a profondément modifié les habitudes des internautes ainsi que les réflexes de consommation. La mobilité est une véritable tendance de fond. OK, mais tendance de fond comment ? Pour vous aider à bien appréhender l’ampleur de l’internet mobile, je vous propose trois documents sortis récemment qui apportent des précisions très enrichissantes.

Il y a tout d’abord le Mobile Industry Atlas qui dresse un tableau complet des acteurs de la mobilité :

Vous conviendrez que ça fait beaucoup d’acteurs, mais surtout que le marché est maintenant parfaitement structuré en segment et sous-segments.

Nous avons ensuite la très complète étude de l’agence Dagobert : Etat des lieux du mobile en France.

Voici en synthèse les points-clés de cette étude :

  • 85% des Français possèdent un téléphone mobile (soit 55M) ;
  • Il y a 26 M de smartphones en France (donc un taux de pénétration de 40%), avec 73% de mobinautes ;
  • 13 M de mobinautes sont considérés comme très actifs ;
  • Les smartphones sont principalement utilisés pour prendre des photos, consulter ses emails et le web, écouter de la musique, utiliser la carte, jouer et interagir sur les réseaux sociaux ;
  • 22% des mobinautes ayant effectué une recherche de proximité ont acheté en magasin ;
  • Les 3/4 des mobinautes utilisent leur smartphone en magasin.

Cerise sur le gâteau : l’étude est complétée par une série d’études de cas.

Il y a enfin le remarquable rapport Mobile Megatrends qui apporte une vision très éclairante sur le marché.

Voici une synthèse des tendances identifiées dans ce rapport :

  •  Une comoditisation du marché avec l’apparition de smartphones low-cost ;
  • HTML5 est universellement reconnu comme LA solution d’avenir pour les applications mobiles, mais elle est loin d’être adoptée par tous, car elle souffre encore de lacunes (heureusement de nombreuses solutions multi-plateformes sont là pour faciliter le déploiement des applications mobiles hybrides) ;
  • Le marché des applications mobiles est tellement prolifique que les développeurs ont accès à d’innombrables outils pour faciliter leur tâche ;
  • Le succès du Kindle Fire d’Amazon a prouvé sa la viabilité des tablettes low-cost ;
  • La bataille va se déporter sur le quatrième écran (ordinateur > smartphone > tablette > TV), les marques devront donc construire leur stratégie en ayant en tête les TV connectées ;
  • Les accessoires pour smartphones et tablettes ont un très gros potentiel ;
  • Le rôle des opérateurs téléphoniques a été complètement bouleversé avec l’avènement des places de marché d’applications ;
  • Il ne faut pas sous-estimer les usages liés à la voix (VoIP, Siri…).

Avec ces trois documents, vous devriez avoir une vision bien plus précise de la maturation du marché, des acteurs et des usages. Si vous avez d’autres études intéressantes, merci de les mentionner dans les commentaires.

Laisser un commentaire