A chacun sa puce RFID

Et bien voilà, c’est fait ! Les Etats-Unis viennent d’autoriser l’implantation de puces d’identification sur des individus : États-Unis: l’implantation de puces sous-cutanée autorisée sur des individus. Plus précisément, il s’agit de puces RFID (de la taille d’un grain de riz) qui sont utilisées dans le milieu hospitalier pour aider le personnel à gagner du temps. Concrètement : un patient rentre à l’hôpital, sur son autorisation, on lui implante une puce dans le bras avec son numéro de sécu dessus, lorsqu’il passe en soin, hop ! un coup de scanner et toutes les informations utiles sur le patient (groupe sanguin, pathologie, alergies…) sont rapatriées depuis une base de données. Selon l’article, les premiers clients seraient les personnes atteintes de la malades d’Alzheimer, de diabète, de troubles cardiovasculaires ou autres nécessitant des traitements lourds. Dans la mesure où c’est dans le cadre du milieu hospitalier, que les informations ne sont pas stockées dans la puce et que seuls les professionnels de santé concernés sont équipés du matériel pour exploiter ces puces, je suis plutôt favorable. Et vous ?

Un commentaire sur “A chacun sa puce RFID

  1. Heu, et avec une carte de type Vitale, ça marcherait pas aussi bien ? (carte implantée dans le portefeuille ou dans la poche, et non pas dans le bras…) Bob

  2. Si, c’est presque la même chose. Sauf que si une personne âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer doit être hospitalisée d’urgence, elle ne pense pas à prendre sa carte Vitale, et l’on se retrouve au point de départ. A savoir d’être obligé de faire une prise de sang pour déterminer le groupe sanguin ou dépister une allergie. La puce peut représenter à la fois un gain de temps et d’argent. Mais bon… tout ça n’est pas près d’arriver en France encore. Procédons par étapes : déjà le dossier médical personnel et on verra après pour cette histoire de puce… /Fred

  3. Sans vouloir vexer, je crains que la technologie ne soit pas autorisée pour rester confinée à l’hopital. Il a déjà été prévu de faciliter le suivi des SDF (aux states) par ces puces, avec tous les risques de flicage que cela comporte; par exemple lors des JO d’Atlanta les données du système de soin pour les plus démunis avaient été utilisées pour virer les SDF du champ de vision des (télé)spectateurs. Le gain pratique apporté est nul, un collier ou un bracelet code barre rendrait le même service et serait plus facile à enlever ensuite. Les risques sont considérables pour les libertés individuelles. Et ces puces sont lisibles par tout bon scanner, et pas "réservés aux personnels hospitaliers". Jusqu’à 20 mètres parait-ils. Il y a une version passeport à l’étude. fynl.free.fr/dotclear/ind…

  4. Ne nous fâchons pas ! Je reconnais qu’il est effectivement tout aussi efficace d’équiper un patient avec un petit bracelet. Dès qu’il sort de l’hôpital, il peut l’enlever. C’est sûr que je n’envisagerais pas de me faire implanter un puce RFID sous la peau lors d’un séjour en club "All inclusive", un petit bracelet suffit largement ;-) /Fred

  5. Je ne me fâchais pas :-) C’est le côté "c’est pour une bonne cause" qui m’a fait réagir un peu vivement. C’est comme pour le passeport RFID, l’apport pour la bonne cause est disproportionné par rapport aux problèmes amenés par ces techniques. J’avais regroupé les liens que j’avais trouvé sur le sujet il y a quelque temps. On y sentait déjà pointer la bonne cause. C’est là: fynl.free.fr/dotclear/ind… La puce sous-cutanée est en photo chez Weblogs P2P et NTIC: http://www.bucheron.net/weblogs/...

  6. Merci Yves pour ces liens. Effectivement, il y a un petit côté "c’est pour la bonne cause". On se rapproche ici des pratiques très liberticides du gouvernement américain pour la "bonne cause" anti-terroriste où les email et conversation téléphoniques sont surveillés. Mais bon, encore une fois, le billet a été publié dans la catégorie "Futurologie" parce que ce type d’application n’est pas prêt de voir le jour en France… /Fred

  7. Je tiens a rappeler quelque chose sur les liberté individuelles et medicales Les puces utilisées pour ce genre d’application sont des puces fonctionnant a 13.56 Mhz, ce qui implique que ce sont des puces dites a champs proches, 15 cm environ et pas 20m, de plus il existe des cryptage tres aboutis. Effectivement n’importe quel scanner paut lire une puce mais elle ne lui donnera des informations qui s’il y a identification de plus ces infos seront cryptés et donc seul le scanner du medecin pourra les lire.

Laisser un commentaire