3 raisons pour publier un blog ET une newsletter

Le site MarketingProfs nous propose un article très intéressant qui vient alimenter ma théorie sur la complémentarité entre blog et newsletter : Three Reasons to Publish an E-Newsletter AND a Blog. L’auteur y dévoile les raisons suivantes :

  1. un blog n’est pas un e-mail (ici s’opposent deux logiques : push et pull) ;
  2. un blog est un outil de publication instantané (un billet se rédige et se publie en 5 minutes. De plus, on peut dans le même laps de temps le corriger ou le mettre hors ligne) ;
  3. les moteurs de recherche adorent les blogs (ce qui n’est pas forcement le cas des newsletter qui échappent complètement à leur processus d’indexation).

Voilà, reste à trouver le bon plug-in pour publier une newsletter hebdomadaire à partir des billets de la semaine… Une idée ?

Un commentaire sur “3 raisons pour publier un blog ET une newsletter

  1. Très bonne idée (encore;) … cela permet en plus de synthétiser les articles publiés. Je vais y réfléchir mais tu as une idée de la fréquence de publiation : 1/semaine, 2/mois 1/mois ?

  2. La complémentarité est assez évidente, pourtant, il me semble important de la relativiser. Avec la généralisation du haut débit et la diminution d’utilisation du mail, le format site en ligne/RSS est en train de prendre le pas sur la forme Newsletter qui a longtemps prévalu (au détriment, comme vous le dites de l’indexation). Il faut aussi relativiser cela avec les audiences d’une newsletter et d’un site et les "taux de retour" de l’un et de l’autre. Pour ma part, je pense qu’il est plus important aujourd’hui d’avoir un site d’actualité qu’une lettre d’information. Et cela risque d’être encore plus vrai demain.

  3. Je suis allergique aux newsletters, et nombre d’internautes supplémentaires le deviennent chaque jour. Maintenant, si les blogs n’ont jamais eu de plugin newsletter, c’est pour une raison simple : les syndications RSS. A quoi sert une newsletter quand l’utilisateur peut s’abonner à un fil d’actualité, et recevoir dans sa boite mail le flux RSS comme s’il s’agissait de mail (Merci Thunderbird)? Bien sûr, le RSS parait plus obscure à l’internaute basique qu’une newsletter. Une simple page d’explication sur ce qu’est le RSS et à quoi sert t’il suffit dans la majorité des cas à faire adopter son utilisation.

  4. Ah, oui… Il y a beaucoup d’outils bien plus spécialisés et bien plus complets, mais nous proposons à la Fing un petit outil assez simple, qui permet justement de réaliser une lettre d’info en récupérant le fil RSS de son site (et d’autres pourquoi pas) et en permettant d’aménager à votre guise les infos dans une lettre. Ca s’appelle Vcoop : http://www.vcoop.net

  5. Concernant l’utilité / la complémentarité d’une newsletter sur un blog, je ne dirais qu’une seule chose : le client est roi ! Laissons aux utilisateurs décider de la façon dont ils vont "consommer" les billets : en consultant le site, en s’abonnant au fil RSS ou en s’abonnant à la newsletter. Comme dit le proverbe "Le bloggeur propose, le lecteur dispose" (ou un truc dans le genre…) Vcoop m’a l’air intéressant, mais c’est payant ! Laurent, si tu as le temps et la motivation, il existe une initiative pour un plug-in Dotclear (plus d’infos sur le forum). /Fred

  6. Effectivement, le client est roi, et il est préférable que l’utilisateur décide de quelle maniere il va consommer l’actualité. MAIS (car il y a un mais ;)), je pense que le RSS et la newsletter sont 2 concurrents d’un seul et même mode de consommation du site : celui d’un « abonnement » continu à de l’information. Quand j’utilise Thunderbird, rien ne distingue un flux RSS d’une newsletter. Les 2 arrivent dans ma boite aux lettres, me donne l’information de la même manière et sont mis en forme en HTML. Seulement je n’ai pas donné mon adresse email à un site qui ne me donne aucune visibilité sur ce qu’ils vont en faire, et je peux me desinscrire comme je le souhaite. Et c’est également cet avantage qui devient un inconvénient pour les clients : ne plus avoir d’adresse email ne leur permet plus de campagne d’emailing, ou même de revendre leur base de donnée collecté par ce biais. (Je ne suis bien sur pas à l’abri d’une campagne marketing diffusé dans ce flux RSS.) Finalement, la seule problématique est une problématique purement marketing. Faire un flux RSS c’est un peu laissé la main à l’utilisateur et être totalement transparent sur le but final de la difusion de ce contenu. Et soyons réalistes, la transparence sur les informations collectées n’est pas vraiment au gout du jour. Le RSS fait peur aux « marketeux » car pour que l’utilisateur fasse la démarche de rentrer un flux RSS dans son lecteur RSS, il faut que l’information soit de qualité et utile. Conclusion : « Simplifions l’internet », encourageons la transparence et le contenu de qualité : ADOPTER LA SYNDICATION RSS ! :)

  7. Bonne analyse. Si je résume tes propos : adopter les fils d’actualités RSS c’est dire non au marketing direct « sauvage » et dire oui au « vrai » marketing relationnel, celui où les 2 parties (client et annonceur) y gagnent ? /Fred

  8. Laissons les comportements changer à leur rythme. La NL présente un vrai confort, c’est de l’info synthétisée, moins brute que le flux rss. Et l’audience est encore là. 3 nouveaux abonnements / jours en moyenne pour la NL de l’agence où je bosse.

  9. Réponse à Fred : Tu as compris mon point de vue. Avec le RSS, une relation de confiance s’installe entre le client et l’annonceur. Le client a fait la démarche de s’abonner à un contenu qui lui parait utile et le fait de ne pas laisser d’adresse email est une démarche de transparence de la part de l’annonceur. Rien n’empeche de la diffusion de contenu marketing par ce biais, le RSS n’est qu’un simple format de fichier. Dans le cas de blog, le RSS est généré à partir des billets publiés. Mais rien n’empêche un développement spécifique pour manager le contenu de ce flux, et proposer un fil RSS qui synthétise les billets (ca c’est pour Reza ;)) ou même qui diffuse de la publicité pour des opération marketing direct. Seulement les choses sont claires, aucune adresse email n’est difusée et on met l’utilisateur au centre du système d’information. Enfin, le RSS répond aussi aux problématique de spam et de virus que l’on recoit tous les jours, ce qui permettra peut-être une adoption plus rapide par l’internaute de base.

  10. un développement spécifique pour manager le contenu de ce flux, et proposer un fil RSS qui synthétise les billets comment-comment ? Qu’est-ce que c’est que ce truc ? Il existe déjà des systèmes qui permettent de publier plusieurs flux RSS (avec l’intégralité des billets, seulement les xx premiers caractères ou juste un le titre). Est-ce à cela que tu penses ? Bon en tout cas pour moi la combinaison gagnante ça serait : un site avec de la publicité ciblée non-intrusive, du type AdSense ; un flux RSS pour ceux qui ne s’intéressent qu’à l’info brute (sans pub) ; une newsletter qui aggrège les billets de la semaine pour ceux qui ne savent pas se servir des lecteurs RSS. /Fred

  11. En fait je pousse mon raisonnement jusqu’au bout. Aujourd’hui les newsletter servent souvent à faire du marketing direct la plupart du temps. Je dis donc juste que TOUT ce qui est fait avec des newsletter, campagne d’emailing peut être fait avec un flux RSS , qui n’est juste qu’un standard de formatage de fichier. On peut donc avoir tout un tas d’outils pour en faire ce que l’on souhaite. En fait mon argumentaire va dans le sens ou le RSS est un remplacant complet de la newsletter. Après libre à l’annonceur d’en faire ce qu’il veut, au final c’est l’utilisateur qui décidera si le contenu est assez important pour rester abonné. La newsletter ne sers plus à rien, on peut même générer plusieurs flux RSS (synthèse de la semaine, billet complet, flux par thème, avec pub, sans pub, etc) et laissé le choix à l’utilisateur. Pour ce qui est de l’utilisateur qui ne sait pas se servir de lecteur RSS, une simple page d’explication suffit, voir meme un lien vers wikipedia ;).

  12. J’interromp ce fil avec une question utilisateur, connaissez vous une application (à la différence d’un site) reader de rss qui permet de trier non pas par source mais par dates sur les sources choisies. Auj. j’utilise le plugin de trillian et celui de firefox (sage), aucun n’offre cette fonctionnalité… merci de vos lumières. ps.:notons les efforts en matière de design de notre fred national ;)

  13. Mais bien sûr qu’il existe des reader pour trier par dates. En fait, le mieux serait que tu utilises les outils qui sont fait pour ça (FeedReader, FeedDemon…) et non des plug-in pour Trillian. Sinon, je te recommande vivement Bloglines (un lecteur RSS en ligne) qui sait très bien trier par dates et tout et tout… /Fred

  14. Il existe aussi BotABlog, mais comme Bloglet, cela n’envoie pas vraiment une lettre d’information, mais un mail à chaque fois qu’on poste un nouveau billet. C’est peut-être là d’où vient notre relative incompréhension. La lettre d’information n’est pas un mail automatique. Elle nécessite du travail de mise en forme, etc. Comme je le disais il y a longtemps, cette forme là peut-être souvent bien plus lourde à gérer qu’un site pour des résultats plus que relatifs. Maintenant, tant que les outils les plus communs (Outlook, IE) n’importeront pas les flux de manière transparent comme le font déjà les outils Mozilla, la lettre d’info aura encore quelques adeptes : mais alors qu’il y a quelques années encore la lettre d’information était un support fort de fidélisation par rapport au site, je pense que cette tendance va s’inverser avec la généralisation des flux. Et je suis assez d’accord sur ce que dit Madk sur la différenciation marketing de ces supports.

  15. Voilà une très bonne prévision de la part d’Hubert. Nous allons très certainement assister à une généralisation du support des flux RSS dans les logiciels de messagerie (au passage, des outils de messagerie instantanée comme Trillian le propose déjà). De ce fait, les utilisateurs vont progressivement adopter les flux RSS au détriment des newsletters. A ton avis Hubert, c’est pour quand la bascule ?
    /Fred

  16. Puis-je répondre que ça dépend de Microsoft ? :)) De l’intégration de RSS dans les outils de messagerie et de navigation. De la vitesse de démultiplication du Spam qui fait chuter l’usage du mail et le réserve de plus en plus à un cadre restreint de contacts… D’un autre côté, ça dépend également des audiences et de leur répartition (sites, fil, abonnés). Le jour où le fil fait plus d’audience que votre nombre d’abonné, il est temps d’envisager des changements radicaux. Et actuellement, les abonnements aux fils RSS ont un taux de progression incomparablement plus élevé que les abonnements e-mail :) Sur certains types de publics, de sujets… La bascule est déjà largement accomplie et les sites/lettres qui n’ont pas évolués périclitent au profit de nouvelles sources. La bascule est un moving wall.

  17. Le RSS c’est super, mais il ne faut pas oublier que 95% de la population ne sait utiliser que le mail. Les Newsletters PDF par mail, c’est encore ce qui se fera de mieux pendant de nombreuses années, sauf bien sur si vous ne vous intéressez qu’aux 5% de « geeks » que nous sommes.

Laisser un commentaire