Simplifions l’internet en V.O.

Il semble que l’accroche de ce site (Simplifions l’internet) a fait des émules. La preuve avec cet article publié sur Asterisk : Guidelines For An Uncomplicated Web. L’auteur y explique ainsi que les concepteurs ont tendance à privilégier la richesse fonctionnelle ou graphique au détriment de la simplicité d’utilisation. Il est en effet toujours bon de rappeler que l’on ne peut pas être compétitif dans tout les domaines et qu’il est généralement plus viable de se concentrer sur une solution simple répondant à un besoin précis. En tout cas c’est ce qui a fait le succès de sites comme Google (vous connaissez ?). Et l’auteur de nous abreuver d’une série de bons vieux conseils conseils comme : La meilleure solution est toujours la plus simple ou encore : Si vous avez le choix entre simple et compliqué, choisissez simple.

Visiblement d’autres bloggeurs se prêtent au jeu, à commencer par Emeric qui nous propose un superbe : Plus c’est simple, moins c’est compliqué. Bon allez, à mon tour de me lancer : C’est au pied du phare qu’il fait le plus sombre. (une invitation Gmail pour celui qui trouve le premier la relation entre ce proverbe et le thème du billet !)

Un commentaire sur “Simplifions l’internet en V.O.

  1. Dans ton sujet, tu exprime la notion qu’Internet est un savoir ou langage à part entière. Pour réussir à comprendre ce langage, et donc à s’y faire comprendre, par ces utilisateurs il est nécessaire de savoir prendre ce recul vis-à-vis de ce savoir à part entière afin de pouvoir l’exploiter de la meilleure façon, et je pense, en tout cas c’est comme ça que je perçois, que c’est ce terme de « recul » qui fait la liaison de ce beau proverbe du phare ; prendre ce recul permettra de vraiment saisir ce que « phare » (l’Internet) veut réellement réveler par sa lumière.

  2. Hum… très intéressant. Je rajouterais encore un petit proverbe pour illustrer ta notion de recul : l’arbre qui cache la forêt.
    Exemple 1 : arrêtons de nous chamailler pour savoir si l’on doit adopter une mise en page avec tableaux ou sans tableau (via CSS). L’important étant de s’assurer que l’information que l’on souhaite délivrer est accessible au plus grand nombre.
    Exemple 2 : Cessons de nous battre pour savoir si 5 est le nombre minimum d’interview pour qu’un test-utilisateurs soit fiable. L’important est d’adopter une démarche qui prend mieux en compte leur besoin et leur avis. Moralité, même 1 interview c’est déjà bien.
    /Fred

  3. >> l’arbre qui cache la forêt Encore une fois, on retrouve la notion de recul comme tu le signales.. traduisible d’une autre façon pour ceux qui n’auraient toujours pas compris : Il s’agit de ne pas (trop) se focaliser sur le petit détail qui finira par nous faire oublier l’ensemble dans lequel il se trouve, au risque ne pas se faire comprendre.

Laisser un commentaire