Applications en ligne AJAX, le débat continue

Décidément, les applications en ligne basées sur une architecture AJAX sont à la mode. Et c’est plutôt une bonne chose dans la mesure où le débat s’élève et où les réflexions sont de plus en plus intéressantes :

  • Progressive enhancement with Ajax. Dans cet article, l’auteur fait référence à la notion d’enrichissement progressif d’une interface ou d’un service en ligne (progressive enhancement en anglais). L’idée est la suivante : concevoir une application en ligne accessible à tous (en termes d’accessibilité, de lisibilité, d’utilisabilité…) puis progressivement l’enrichir (interface et fonctionnalités) pour la rendre de plus en plus performante / attractive aux utilisateurs disposant de l’équipement adéquat. Le principe de base étant d’être certain que le service rendu ou que l’information véhiculée le soit dans de bonnes conditions (en partant du plus petit dénominateur commun). Nous sommes ici dans le cas de figure inverse d’un service comme Gmail qui a dans un premier temps proposé une interface riche, puis une version dégradée (voir à ce sujet : Gmail basic HTML view).
  • RIAs and the death of the page (rumors greatly exaggerated). Ici, il est carrément question de transcender, voir d’abandonner, le système de navigation page à page. Bon OK, inutile de faire des plans sur la comète (et le titre du billet est explicite à ce sujet) nous n’en sommes pas encore à implémenter le concept d’interface flou. Rappelons que la promesse des applications reposant sur une architecture AJAX est de limiter au maximum les aller/retour entre le poste client, mais pas de réinventer le web. Après tout, les architectures AJAX Reposent sur des technologies sommes toute très traditionnelles (HTML, CSS, DOM, XML, HTTP…)

Passionnant, vivement la suite !

MAJ (10/03/05) : La suite est là et elle est encore plus passionnante :

Un commentaire sur “Applications en ligne AJAX, le débat continue

  1. Après quelques mois d’acalmie, je trouve que les choses bougent vraiment beaucoup en ce moment! Avec AJAX ou RubyOnRails, l’année 2005 devrait être passionnante!

  2. C’est ironique? Même si ça ne l’est pas, j’explique quand même ici, pour les autres lecteurs.
    RubyOnRails http://www.rubyonrails.com/ est un framework web respectant les principes MVC et ORM permettant d’après les dires de ses conceppteurs de construire plus vite un site web en se focalisant sur les tâches réellement productives.
    Les grandes réalisations faites avec RoR sont par exemple: http://www.basecamphq.com/ http://www.43things.com/ http://www.tadalist.com/

  3. Le framework repose sur le langage ruby qui est d’après les spécialistes un langage orienté objet pure. Que veux-tu dire par accessible? Est-ce qu’on peut facilement se mettre dans la bain? La réponse est oui. C’est spécialement designé pour ça. Est-ce que le framework respecte des contraintes d’accessibilité? Je pense que ce n’est pas le but du framework mais plutôt au développeur de faire le travail.

  4. +1 pour ruby et le framework rails Si vous cherchez un bon hébergeur pour faire des essais, c’est textdrive qu’il vous faut. J’ai un compte chez eux, et je suis TRES satisfait de leur service: service très pro, blog mis à jour régulièrement, FAQ claire, et ils m’ont presque toujours répondu dans les 5 minutes à mes mails, même lorsque je posais des questions « évidentes pour un initié ruby ». D’ailleurs j’utilise leurs services pour mon wiki perso (le génial instiki : simple et pratique, sans rien de trop). Il faut aussi savoir que lorsqu’on choisit textdrive, une partie de l’argent sert à soutenir le développement de ruby. Juste pour donner une idée de ce que peut donner le résultat (en statique pour mes potes) d’un wiki sous instiki : allez voir le mien (ce sont essentiellement des liens que j’entasse en plus de mes favoris). Je pense être le seul capable de déchiffrer mes notes, mais pour moi c’est très clair et très pratique.

  5. Cette nouvelle façon d’appréhender les technologies web semble réellement interessante, mais cela ne serait-il pas simplement un phénomène de mode lancé par GMail ?

Laisser un commentaire