Etat de l’art des interfaces riches

Voilà plus de 6 ans que je parle des interfaces riches sur ce blog (en fait depuis la première année). Au cours de cette période, il s’est passé beaucoup de choses et les usages se sont fortement diversifiés et intensifiés. Je souhaiterais aujourd’hui faire un tour d’horizon des interfaces riches pour plusieurs raisons :

  1. Parce que les interfaces riches existent depuis plus de 10 ans et sont indissociables de l’internet ;
  2. Parce qu’il y a toujours ce très désagréable débat de fond sur HTML5 qui va remplacer Flash (une belle ineptie : Pourquoi HTML5 et Flash ne peuvent être comparés) ;
  3. Parce que l’on en parle trop peu et que le sujet est néanmoins délicat à traiter ;
  4. Parce que je suis en train de finaliser une formation sur ce sujet : Interfaces riches, quelles opportunités pour votre marque ou votre activité.

Bref, j’ai envie de mettre les interfaces riches à l’honneur. Mais commençons par le commencement…

Définition et historique

Lancé en 1996 par Macromedia, Flash est la technologie la plus emblématique des interfaces riches. Cela fait donc 15 ans que les interfaces riches existent. Le terme « Rich Internet Application » est par contre plus jeune puisqu’il a été introduit pour la première fois en mars 2002 (on utilisait également les termes « client riche« , « client léger« , « client web« …).

Pour bien comprendre ce que sont les interfaces riches, intéressons-nous d’abord à ce qu’elles ne sont pas. Les interfaces pauvres désignent ainsi les pages web statiques composées de textes ou d’images. N’y voyez pas un quelconque jugement de valeur, des sociétés comme Amazon ou Ebay ont gagné des milliards de dollars avec des pages web composées exclusivement de textes, images, tableaux et formulaires.

Il est également important de ne pas opposer interfaces riches et pages HTML : les interfaces riches sont un complément du HTML, pas un substitut. Les interfaces riches sont ainsi des modules encapsulés dans des pages HTML. Donc dans tous les cas de figure, les interfaces riches ne remplacent pas le HTML, elles le complètent, l’enrichissent.

La définition communément admise est que ce sont des interfaces web qui proposent les mêmes fonctionnalités et la même expérience qu’une application traditionnelle, mais je trouve cette vision trop restrictive, car elle se limite à l’aspect applicatif. Nous en venons donc à ma définition : Les interfaces riches sont des interfaces web offrant plus de possibilités d’affichage et de manipulation que les pages web traditionnelles. Cette définition englobe donc des usages plus vastes dont le rich media. Mais cela n’empêche pas les éditeurs de solutions de présenter les interfaces riches comme une alternative très intéressante aux applications classiques.

Vous noterez également que ma définition ne mentionne pas explicitement les navigateurs web. Et pour cause, les interfaces riches se scindent en deux grandes familles :

  • Les Rich Internet Applications (RIA) qui sont exécutées dans le navigateur ;
  • Les Rich Desktop Application (RDA) qui sont lancées depuis le bureau.

Autant les RIAs restent confinées dans votre navigateur, autant les RDAs sont indépendantes de ce dernier et sont lancées depuis le menu « Démarrer » ou un raccourci. Elles se comportent donc comme des applications natives et ne sont pas installées sur le système d’exploitation mais sur une couche intermédiaire (la machine virtuelle). Cette différence entre RIA et RDA est subtile, mais peut parfois être confusante à l’image de logiciels qui peuvent être exécutés indifféremment dans votre navigateur ou sur votre bureau comme Balsamiq ou le Project Rome.

Il y a quelques années j’avais rédigé un article pour expliquer ces différences types d’interfaces riches: 10 ans d’évolution des interfaces web au service de l’expérience utilisateur. Même si certaines technologies ont disparu ou évolué, le schéma d’ensemble est toujours valide :

Comparaison des différents types d'interfaces riches

Nous en venons donc à la grande question : les interfaces riches sont-elles mieux que les interfaces pauvres ?

Pourquoi utiliser les interfaces riches ?

En fait la question de la supériorité des interfaces riches est subjective : mieux par rapport à quoi ? Comme avec toute technologie informatique, tout est une question de contexte et de contraintes. Les interfaces riches sont plus sophistiquées, mais plus lourdes qu’une page HTML. Elles sont plus puissantes, mais plus complexes. Elles sont plus performantes, mais plus risquées.

Il existe de nombreux avantages et inconvénients à utiliser les interfaces riches, mais nous pouvons néanmoins isoler 3 motivations principales :

  • Afficher des contenus multimédia (vidéos, musiques, animations…) ;
  • Offrir une expérience utilisateur plus sophistiquée ;
  • Proposer un outil de travail plus performant.

Autant il ya quelques années la question avait son importance, autant maintenant les interfaces riches sont partout, sous la forme de modules enrichis exploitant différentes technologies (javascript, Flash…). Les sites de commerce en ligne font ainsi un usage quasi-systématique des interfaces riches : Différentes interfaces riches pour différentes fonctions.

Les interfaces riches appliquées au commerce en ligne

La question à laquelle vous devez donc répondre est plus de savoir si telle interface ou tel module mérite un enrichissement en fonction du contexte (vos cibles, vos contraintes…). Il n’existe pas de méthode universelle pour savoir quand une interface riche est plus appropriée qu’une page HTML classique, encore une fois tout est question de contexte, il n’y a pas de bon ou mauvais choix.

Nous pouvons cependant isoler quatre grandes familles d’usages où les interfaces riches sont particulièrement bien adaptées :

Les quatre grandes familles d'usages des RIAs

Ce panorama des usages n’est pas forcément exhaustif, mais il dresse un tableau assez complet de ce pour quoi les interfaces riches sont conçues. Il vous est toujours possible de faire ce que vous voulez avec les RIAs (pourquoi pas un site textuel en Flash) mais il est toujours préférable de choisir la bonne technologie pour le bon usage. Ce qui me fait une parfaite transition avec la suite…

Quelles technologies pour quels usages ?

Le moins que l’on puisse dire est que les gros éditeurs sont particulièrement actifs pour promouvoir leurs technologies. Les grands acteurs ainsi présent sont les suivants :

  • Adobe avec Flash/Flex mais aussi AIR et l’OpenScreen Project ;
  • Microsoft avec Silverlight et WindowsClient (WPF et Windows Forms) ;
  • Google avec GWTNaClO3D et différents sites d’évangélisation de javascript comme Chrome Experiments ou 20ThingsILearned ;
  • Sun, Oracle et IBM qui sont les grands promoteurs de Java et des technologies qui vont avec ;
  • Apple qui se fait très discret mais exploite son format Quicktime ainsi qu’un framework javascript (Gianduia) ;
  • Le W3C qui oeuvre à standardiser tout ça et à faire évoluer les spécifications au travers des ses groupes de travail.

Je ne rentrerais pas dans une explication laborieuse sur les intérêts croisés de ces différents éditeurs, mais je pense ne pas me tromper en disant que les enjeux sont de taille et qu’aucun des acteurs cités plus haut ne sont à considérer comme bienfaiteur ou néfaste (la réalité est plus contrastée).

Toujours est-il qu’il existe un sacré nombre de technologies et qu’il est parfois difficile de s’y retrouver. Je vous propose donc cette classification des différentes familles technologiques liées aux interfaces riches :

Les familles technologiques des interfaces riches

Deux précisions importantes : ce panorama n’est pas exhaustif ; il existe des subtilités qui empêchent le rattachement de certaines technologies à telle ou telle famille (notamment XUL, OpenLaszlo, NativeClient, XForms) mais j’ai fait le choix de la simplification pour ne pas compliquer le travail d’évangélisation. Si vous avez une meilleure classification, n’hésitez pas à la mentionner dans les commentaires.

Le choix d’une technologie par rapport à une autre est encore une fois question de contexte : en fonction des ressources disponibles, de l’historique du projet et de son héritage, des contraintes, du budget et des délais… Il existe une infinité de critères, mais souvenez-vous qu’il n’y a pas de mauvais choix, juste des compromis.

Les nouveaux facteurs à prendre en compte

Autant il y a trois ans le choix se résumait à choisir entre Flash et Ajax, autant la situation est nettement plus compliquée aujourd’hui. Et ceci pour plusieurs raisons :

  • Les navigateurs récents sont de plus en plus performants (Chrome, Opera et Firefox se battent à coup de benchmarks) et permettent aux interfaces riches et applications réalisées en javascript de rivaliser avec les RIAs plus « lourdes » (réalisées en Flash, Silverlight…) en terme de stabilité et de rapidité d’exécution. De même, le W3C et les industriels du web (Google, Apple…) ont fait de gros efforts pour promouvoir HTML5 ainsi que CSS3 et inciter les éditeurs à mieux exploiter les opportunités offertes (cf. CSS3 et javascript seront-elles les technologies RIA du future ?). Les technologies standards du web rentrent maintenant en concurrence avec les technologies propriétaires pour la réalisation d’enrichissements de premier niveau (transitions, petites animations, effets graphiques…). Et ne pensez pas qu’Internet Explorer va se laisser facilement distancer par ses concurrents, car Microsoft s’apprête à lancer IE9 qui devrait leur permettre de rattraper une bonne partie de leur retard (avec notamment un bien meilleur support de HTML5 et CSS3).
  • Les smartphones et terminaux alternatifs prennent une place toujours plus importante dans nos usages quotidiens et notre consommation des services et contenus en ligne (cf. 2011, l’année du point de bascule). Il convient donc d’intégrer cette contrainte dans votre choix dès le départ et de réfléchir aux meilleurs moyens d’exploiter les opportunités offertes par ces terminaux.
  • Une très grosse bataille est en cours sur les codecs utilisés pour diffuser de la vidéo avec HTML5. Ce point rejoint les deux précédents, ou plutôt cristallise les tensions liées à l’exploitation de la vidéo en ligne (énorme marché) sur les terminaux alternatifs (smartphones, tablettes, TV connectées…). En fait, les enjeux de cet affrontement sont tellement importants que ce sujet mérite d’être isolé.

Rajouter à cela les contraintes d’accessibilité, de référencement, d’utilisabilité, de ROI, de performances, de disponibilité des ressources… et vous aurez un contexte extrêmement complexe à maitriser. Est-ce une mauvaise nouvelle ? Non pas du tout, car si ce sujet est aussi complexe, c’est qu’il est au coeur de l’internet et du quotidien des utilisateurs. En d’autres termes : Bien appréhender les enjeux liés aux interfaces riches conditionne le succès de votre présence sur le web.

De la nécessité d’équilibrer les budgets de communication

Je ne me lancerais pas dans un cours magistral sur l’histoire de la communication et des techniques publicitaires, mais je pense ne pas me tromper en disant que la banalisation d’internet dans un premier temps et l’avènement des médias sociaux ont fortement bouleversés les relations entre annonceurs et consommateurs. Jusqu’à récemment, pour vendre il suffisait d’occuper l’espace. Plus votre marque occupait de la place sur les médias et plus les ventes étaient importantes. Cette configuration de marché forçait donc les communicants à raisonner en fonction du GRP d’un produit, elle a conduit les marques à investir des sommes toujours plus importantes.

Le problème est que cette configuration de marché a maintenant évolué et que matraquer la tête des consommateurs n’est plus suffisant pour doper les ventes. Car le consommateur d’aujourd’hui a appris à se protéger des messages publicitaires et a surtout acquis des réflexes bien spécifiques en phase pré-achat : il se renseigne, lit et discute (cf. 58% des consommateurs s’informent sur internet à propos des produits qu’ils veulent acheter). Cette évolution dans les habitudes de consommation devrait logiquement s’accompagner d’une évolution dans la hiérarchisation des supports de communication. Or, c’est loin d’être le cas, car les budgets des annonceurs sont encore très largement utilisés pour crier et non pour écouter / dialoguer (cf. Branding in the Digital Age: You’re Spending Your Money in All the Wrong Places).

Exposition des prospects lors des différentes étapes du cycle d'achat

Si l’on observe ainsi les pratiques de communication, une très large partie du budget de communication est dépensé lors des étapes de reconnaissance du besoin (publicité, sponsorisation…) et lors de la prise de décision (promotions, PLV…). Entre les deux, il ne se passe pas grand-chose, et c’est bien dommage, car c’est là où tout se joue. Les prospects en phase de recherche des offres et d’étude des alternatives sont ainsi exposés à une multitude de mentions des produits et services sur les médias sociaux (blogs, forums, Facebook, Twitter…). Ils ont également accès à un très grand nombre d’avis client (sur les sites des distributeurs ou sur les sites dédiés) et de critiques expertes (blogs ou portails spécialisés).

Ne trouvez-vous pas dommage de dépenser autant d’argent pour augmenter la notoriété d’un produit / service et de se limiter quand il est question de leur réputation ? Certes, les médias sociaux peuvent impressionner, faire peur (ce sont des territoires de communication bien plus instables que les médias traditionnels) mais ce n’est pas une raison pour maintenir un tel déséquilibre. Pire : vous ne parviendrez jamais à compenser une mauvaise réputation de vos produits en communicant plus fort, au contraire vous aggraverez les choses en augmentant l’exposition des produits (donc le nombre de critiques).

Certains ont décidé de sauter le pas, comme Pepsi-Cola qui n’investit plus un seul centime en communication traditionnelle. Sans aller dans cet extrême, je trouve logique de procéder à un arbitrage plus cohérent des budgets publicitaires en accordant plus d’importance aux médias qui impactent le plus la décision d’achat. En clair : dépenser moins en affichage / marketing direct et plus en social marketing.

Cette vision est peut-être utopiste, mais même un léger équilibrage peut faire une grosse différence : les campagnes traditionnelles se chiffrent en millions d’euros alors qu’une cellule d’écoute / dialogue en coûte 20 à 50 fois moins.

Un autre facteur à prendre en compte est la marge sur les prestations vendues par votre agence de communication : elle privilégiera naturellement les campagnes qui lui rapportent le plus. Mais c’est une autre histoire…

De la naïveté des médias concernant Facebook et les données personnelles

Cette semaine nous avons encore doit à une énième polémique sur l’exploitation des données personnelles par Facebook : Facebook in Privacy Breach. Cette polémique est la dernière d’une longue série d’articles publiés par le Wall Street Journal sur le sujet, elle dénonce la transmission de données personnelles à des sociétés de marketing par certaines applications Facebook (plus précisément : les social games de Zynga). Officiellement pour Facebook, il s’agit d’une « faille de sécurité » qui a été corrigée. Cet article a été immédiatement dénoncé par la blogosphère (à juste titre) et notamment par Techcrunch : Fear And Loathing At The Wall Street Journal.

Pourquoi cet article est-il risible ? Tout simplement parce que le modèle économique de Facebook repose sur l’exploitation des données personnelles (ils appellent ça le graphe social pour ne choquer personne). C’est comme si je publiais un article pour dénoncer la consommation d’essence par les voitures ! Ce n’est pas explicitement dit dans la page consacrée à la confidentialité (Controlling How You Share) mais il faut vraiment être naïf pour penser qu’ils ne font pas autrement.

Facebook_Chart

Ce n’est pas la première fois que Facebook se fait épingler pour ce type de dérapage (Facebook iPhone app shares all your phone numbers, Facebook Illegally Accessed, Saved Non-User’s Data, Facebook Privacy: 6 Years of Controversy…) et quelque chose me dit que ça ne sera pas la dernière…

FacebookPrivacyTimeline

Bon, ceci étant dit, cette pratique n’est pas une exception et d’autres s’y adonnent également : Facebook, MySpace Confront Privacy Loophole, Canada, Spain Find Google Violated Privacy Laws, Collected Loads of Personal Data, Medical Records. Les données personnelles sont le trésor de guerre des plateformes sociales, si ces dernières sont gratuites, il y a une contre-partie : l’exploitation de vos données personnelles. Et alors ?

Je vais vous faire une confidence : chaque fois que vous ouvrez votre navigateur, vous êtes surveillé et vos moindres faits et gestes sont revendus à des spécialistes de l’analyse comportementale. C’est à ça que servent les cookies et autres shared objects. Jusqu’à présent cela n’a jamais dérangé personne (certains vont même plus loin : Pour Tim O’Reilly, améliorer le monde vaut bien un peu de vie privée). Et de toute façon les sociétés qui exploitent les bases de données e-marketing sont des enfants de coeur comparés à ce que font (et possèdent) les spécialistes de la donnée consommateurs comme Consodata.

Bref, exploiter les données personnelles n’est pas vraiment un sujet polémique, c’est ce qui permet aux marques d’améliorer leur offre et aux agences de mieux cibler leurs campagnes. Ce que je ne comprends pas bien, c’est pourquoi les journalistes qui ont rédigé l’article s’enflamment à propos de l’exploitation potentielle de données disponibles dans le profil public des membres de Facbeook. Profil public = Tout le monde peut voir ce qu’il y a dessus (les autres membres, Google, les bases de données marketing…). Ceci fait écho à un paradoxe que j’ai déjà décrit : les membres veulent de la visibilité mais veulent également protéger leur vie privée (La schizophrénie des membres va-t-elle tuer Facebook ?).

Cette polémique récurrente met surtout en évidence un manque flagrant d’éducation du grand public (et des médias) vis-à-vis des pratiques de ciblage comportementale et de leur dangerosité. Au pire, que peut-il arriver : se faire spammer sa boîte aux lettres.

Pour le moment il n’y a rien de très alarmant, mais je suis par contre plus inquiet pour l’avenir : combien de temps Facebook va-t-il entretenir l’ambigüité sur l’exploitation du graphe social par les annonceurs ? Si l’on s’en tient à ce qui se passe sur Facebook, vous ne risquez pas grand chose. Par contre, c’est plus gênant avec des systèmes d’authentification automatique comme Facebook Connect qui sont déployés à grande échelle, car il n’est pas compliqué de déduire des informations « sensibles » à partir de vos actions :

  • Vos convictions politiques en fonction des articles qui sont lus et aimés sur les sites d’information (comme CNN) ;
  • Vos orientations religieuses ou sexuelles en fonction des endroits que vous fréquentez ou notez sur Yelp (un resto kasher ou un bar gay) ;
  • Vos antécédents médicaux en fonction des recettes que vous consultez et partagez sur un site de cuisine (recettes sans sel ou allégées)…

Bref, la situation n’est pas alarmante, mais pourrait rapidement le devenir si l’opinion publique ne prend pas conscience d’une réalité : Facebook a BESOIN d’exploiter les données personnelles de ses membres pour pouvoir financer son activité et sa croissance. Et il en est de même pour l’ensemble des plateformes sociales gratuites. Encore une fois, je ne condamne pas ces pratiques, mais je trouve que l’attitude de Facebook est bien trop ambiguë à mon gout : l’exploitation des données personnelles n’est pas une faille de sécurité, c’est un modèle économique.

Conclusion : Éduquer les internautes sur les dangers de l’exposition des données personnelles en ligne (mais également les bénéfices) devrait être une priorité pour les acteurs du web social, ou au moins un pré-requis. C’est ce que fait notamment Google en publiant et en expliquant clairement leur charte de confidentialité (Trimming our privacy policies).

Adobe Max 2009 – Jour 3

Troisième et dernier jour de conférences à l’édition 2009 de l’Adobe Max.

From Sketch to Click-Through HTML Prototype with Fireworks

Enfin une session sur le protoypage avec Fireworks avec Dave Hogue de l’agence Fluid :

  • Il est tout à fait possible de se servir de Fireworks pour créer des prototypes et les tester avec des utilisateurs ;
  • Tout commence avec des croquis qui sont importés dans l’outil (Fireworks CS4) ;

    Première étape du prototypage
    Première étape du prototypage
  • La Master Page est utile pour « poser » les éléments immuables (header, nav…) ;
  • La grille et les règles permettent de structurer les pages ;

    Deuxième étape
    Deuxième étape
  • Des éléments sont ensuite superposés sur le croquis ;
    Troisième étape
    Troisième étape

    Quatrième étape
    Quatrième étape
  • Les outils « Slices » et « Hotspots » servent à rajouter de l’interactivité ;
  • Possibilité d’encapsuler du code HTML (pour une carte Google Maps par exemple) ;

    Encapsulation d'éléments HTML dans la maquette
    Encapsulation d'éléments HTML dans la maquette
  • La dernière étape est l’export en HTML mais cela génère un code source de très mauvaise qualité (suffisant pour faire des tests avec des utilisateurs mais inacceptables en production) ;
  • Il y a également la possibilité d’exporter ce travail dans Dreamwaver (pour retravailler le code source) ou Flash Catalyst (pour en faire une RIA).

Une session intéressante mais qui n’a pas réellement mis en valeur les synergies possibles entre les outils de la gamme pour faire du prototypage rapide ET réutilisable. Car il faut bien admettre que tout ce qu’il a montré peut être fait dans Powerpoint, avec en plus la très précieuse possibilité de faire des tableaux (ce que ne permet pas Fireworks).

Augmented Reality within the Flash Player

Enfin une session qui aborde le potentiel (et les contraintes) de la réalité augmentée dans Flash avec Jesse Freeman :

  • FLARToolkit est une librairie open source qui gère l’affichage de contenus 3D en surimpression d’un flux vidéo de la webcam ;
  • Retour d’expérience sur des expérimentations pour la Nasa et la mission Juno ;

    Exemple d'application de réalité augmentée à la NASA
    Exemple d'application de réalité augmentée à la NASA
  • L’intérêt n’est plus d’afficher du contenu 3D en réalité augmentée mais de faire interagir différents contenus (selon la position des marqueurs) ;
  • Problème = autoriser l’accès à la webcam à chaque fois ;
  • Il existe un émulateur pour gagner du temps et faciliter le debugging ;
  • Le Virtual Physical Computing est un domaine d’application prometteur = manipulation d’objets et de contenus 3D sans clavier ni souris ;
  • Les limitations de FLAR = très gourmand en CPU, pas de gestion native de la 3D dans Flash (nécessite des librairies 3D comme Papervision3D ou Away3D, le flux vidéo de la webcam est plutôt lent) ;
  • Les évolutions = utilisation d’Alchemy pour mieux exploiter les capacités hardware, support 3D natif et plus performant, réalité augmentée en dehors de Flash (smartphones…).

Vient ensuite au micro James Aliban pour des retours d’expériences plus expérimentales / créatives :

  • Utilisations plus artistiques avec de la gestion des particules (AR Particle Bean) ou des expérimentations musicales (Augmented Reality Drum Kit) ;

    Réalité augmentée et gestino des particules
    Réalité augmentée et gestion des particules
  • Implémentation facilitée avec FLARManager ;
  • Une communauté existe depuis l’année dernière (FLARToolkitDocs.org) ;
  • Très intéressante expérimentation avec les cartes de visite augmentées ;
  • Il existe de nombreuses applications commerciales (GE, BMW, Nissan, Toyota, Ikea…) ;
  • Autres exemples = 5Gum, Living Sasquatch, Julian Perretta’s « Ride My Star »… ;
  • Flash est clairement un facteur limitatif car il utilise le processeur pour faire le rendu 3D et non la carte 3D (600 polygones maximum pour limiter l’effet stroboscope, lié au faible taux de rafraichissement en cas de mouvements du modèle 3D ou de la webcam) ;
  • Entre 20% et 25% des ordinateurs domestiques sont équipés d’une webcam ;
  • La prise en main est délicate pour les concepteurs et développeurs d’applications car l’image est inversée (vue depuis la webcam).

Wow ! Non seulement nous n’en sommes qu’au début de cette nouvelle forme d’expression mais en plus la communauté est très active (de nombreuses choses sont disponibles en open source).

Building Browser-Based Casual MMOs

Campfu, un casual MMO qui n'existe plus
Campfu, un casual MMO qui n'existe plus

Encore une session très prometteuse avec l’intervention de Nick Fortugno concepteur en chef chez Rebel Monkey qui nous propose son retour d’expérience sur Campfu, un casual MMO qui n’existe malheureusement plus :

  • Le projet a nécessité 18 mois de développement et 2M$ d’investissements (le site n’a été en ligne pour 6 mois) ;
  • Pas besoin d’avoir de très beau graphismes comme Runescape (ex : Kingdom of Loathing qui est quasi-textuel) ;
  • La notion d’engagement est clé car la grosse majorité des causal MMO sont gratuits ;
  • Le fait de ne pas avoir à télécharger ou installer quelque chose est un levier concurrentiel très puissant (vis à vis des MMORPG traditionnels) Puzzle Pirates a commencé en version téléchargeable et est maintenant accessible en ligne ;
  • Les plus grosses difficultés techniques sont du côté du serveur (il existe des solutions middleware comme SmartFoxServer, ElectroServer ou Project Darkstar) ;
  • Avec une solution middleware comme SmartFoxServer, le temps de développement peut être réduit à 1 mois (mais cela induit de fortes limitations en terme d’évolutivité et de montée en charge) ;
  • Les difficulté auxquelles il faut faire face = sécurité (qui a un impact direct sur les performances), disponibilité, stabilité (surtout pour du code interprété), intégrité (via à vis des possibilité de hacking de la partie « client ») ;
  • Les jeux en temps réel sont un vrai défi technologique, voilà pourquoi il est très sceptique vis à vis des solutions de cloud gaming comme OnLive ;
  • Les outils d’automation (débug…) permettent de gagner beaucoup de temps lors de la phase de développement ;
  • La phase de beta est indispensable car de toute façon il y aura des bugs majeurs (quelque soit le temps de préparation et de conception) ;
  • La visibilité est clé dès le début du projet car il faut impérativement recruter très vite un grand nombre de testeurs ;
  • Les revenus générés par la publicité ne deviennent significatifs qu’avec plusieurs millions de joueurs ;
  • Les modèles économiques fondés sur l’abonnement sont particulièrement adaptés pour la cible des plus jeunes (Tween) ;
  • La vente d’items virtuels est intéressant mais demande de gros efforts de surveillance (pou éviter la fraude ou les trafics parallèles) ;
  • Tout comme pour les sites web et boutiques en ligne, les solutions de surveillance des échanges comme celle de TwoFish sont indispensables pour comprendre les flux économiques et éviter les déséquilibres (il est tout à fait possible de faire de l’A/B testing sur le prix de vente d’accessoires virtuels).

Voici une session extrêmement riche en enseignements et surtout un discours qui n’était pas que technique mais qui abordait aussi les problématiques organisationnelles et business.

Adobe Max 2009 – Jour 2 (suite)

Suite de la seconde journée de conférences à l’Adobe Max 2009.

RIA Design Strategies for Business and Product Owners

IMG_0844

Aaron Adams de l’agence Cynergy à propos des facteurs-clés de succès des interfaces riches :

  • L’étude sur le terrain est clé pour bien comprendre le contexte et les contraintes d’usage ;
  • La modélisation des processus permet de simplifier la compréhension de l’enchaînement des tâches et les interactions entre les différents types d’utilisateurs (rôles) ;
  • Il existe plusieurs niveaux de prototypage (plus ou moins précis) ;IMG_0846
  • Les schémas de conception des sites web sont parfois trop restrictifs, il faut plutôt s’inspirer des schémas de conception des applications ;
  • Les tableaux ne sont pas forcément le seul moyen de représenter des données ;
  • La scénarisation des écrans ainsi que les transitions sont essentielles pour faciliter la compréhension d’une interface et pour concentrer l’attention.

C’est étrange mais j’ai vraiment l’impression d’avoir vu cette présentation plusieurs fois… Peut-être est-ce bon signe car cela prouve que les avis convergent.

Max Awards

Comme chaque année nous avons la traditionnelle remise des Max Awards qui récompense les meilleures réalisations et c’est un authentique chevalier Jedi qui préside cette session 2009 : Mark Hamill.

IMG_0854

Cette année il y a 8 catégories :

  • Advertising & Branding = Pepsi Max It (un jeu en ligne avec la possibilité de contrôler une sorte de tirette comme dans les fêtes foraines) ;
  • Education = PD360 par School Improvement Network (une application en ligne pour publier du matériel éducatif) ;
  • Enterprise Productivity = i3Cube (une solution de gestion d’expérimentations médicales) ;
  • Entertainment = MLB Media Player 4.0 (l’offre de VoD de la ligue de baseball US) ;
  • Mobile = QNX Car Application Platform (une plateforme de widgets pour voitures) ;
  • Public Sector = CommandSim (urn serious game pour l’équivalent de la protection civil) ;
  • Social Computing = SmallWorlds (un casual MMO dont j’ai déjà parlé plusieurs fois) ;
  • Social Responsability = Replay: Finding Zoe (une histoire interactive pour accepter les différences des autres).

Une belle moisson de prix pour cette édition 2009 dont les extraits vidéos sont à découvrir ici : Max Awards.

Sneak Peeks

Mark Hamill et Ted Patrick sont sur scène pour une présentation des différents projets en cours de gestation :

  • Thin Gaming Client pour une expérimentation de Cloud-gaming sur netbooks et iPod Touch (c’est donc du streaming vidéo d’un jeu qui est exécuté sur le serveur) ;

IMG_0856

  • Un moteur physique dans Flash pour simuler des comportements réalistes (collisions…) ;IMG_0857
  • Smart Paste in Dreamweaver pour un copier / coller intelligent en mixant des données XML avec un design Illustrator dans Dreamweaver ;
  • Flex Mobile avec une application mobile développée avec… Flex ;
  • Projet « Rome », un outil d’édition simplifié (à mi-chemin entre Flash et Photoshop) qui repose sur AIR (mais peut être exécuté dans le navigateur) ;

IMG_0859

  • Developer Cloud pour du développement avec des services hébergés dans les nuages ;
  • Selective Undo in Fireworks pour l’annulation sélective de modifications dans Fireworks ;
  • Patchmatch for images, un algorithme de correction de photos qui respecte le contexte de la photo (très impressionnant).

Comme toujours les Sneak Peeks sont très technique et l’on y voit surtout beaucoup de code. Et comme toujours, la traditionnelle démo des algorithmes expérimentaux de Photoshop a bluffée tout le monde (heureusement que nos députés travaillent sur la loi Photoshop). Il est certain que les possibilités de manipulation des images vont très certainement franchir un nouveau stade.

Mes réflexions sur Silverlight 3 et la stratégie RIA de Microsoft

L’édition 2009 du MIX s’achève et comme à chaque fois, Microsoft nous a régalé avec de nombreuses annonces. Oublions le faste et les paillettes de Las Vegas pour prendre du recul et analyser à froid (tiède ?) la teneur de ce qui a été annoncé.

mix09_canyon_1.jpg
Adieu Las Veags et le Grand Canyon

Silverlight 3 et IE8

Annoncé il y a moins de trois ans, Silverlight en est déjà à sa troisième version. Une version par an c’est beaucoup, c’est même énorme pour un acteur de la taille de Microsoft. La preuve qu’ils mettent les bouchées double pour rattraper leur retard sur Flash et s’imposer sur un créneau où Adobe a beaucoup de mal à s’implanter : les RIA d’entreprise. Car ce sont bien les entreprises qui sont la cible principale de Microsoft, tout est fait pour capitaliser sur le framework .Net sur lequel Microsoft a énormément investi (temps et argent).

Le grand public n’est pas en reste avec un focus sur le streaming vidéo et la HD. Petit à petit Microsoft est en train de faire mûrir son offre et sa légitimité avec des partenariats industriels (notamment Akamai) et des partenaires média (NBC, France Television…). Cette approche verticalisée me fait penser à celle d’Apple et QuickTime qui s’est imposé sur la niche des bandes annonces. Sur ce créneau, les ambitions sont clairement affichées : concurrencer le marché des DVD avec de la VOD de qualité et les services qui vont avec. Les disques Blu-ray sont-ils également menacés ? Pourquoi pas, c’est juste une question de débit.

Concernant IE8, il n‘y a pas grand chose à dire : ils sont complètement largés face à une concurrence acharnée de la part de Mozilla (Firefox), Google (Chrome), Apple (Safari) et même Opera. Mon analyse : à quoi bon se battre pour conserver les parts de marché des navigateurs alors qu’ils peuvent noyauter les concurrents avec Silverlight ?

Expression

Débarqué récemment sur un terrain où on ne les attendait pas du tout, Microsoft continue de capitaliser sur la suite Expression qui adresse trois populations distinctes : les designers avec Design, les intégrateurs avec Web et les animateurs avec Blend (désolé pour ce terme barbare mais je n’ai rein trouvé de mieux). Avec SketchFlow il adresse une nouvelle cible (les concepteurs) qui jusque là avait été largement délaissée (laissant quelques miettes à des acteurs de niche comme Axure).

Intégrer un quatrième profil est donc une très bonne chose car ils remontent ainsi encore plus haut dans la chaine de création et peuvent à terme lancer un quatrième produit (qui pourrait potentiellement s’appeler « Flow« ).

Restera alors une cinquième population à cibler (les chefs de projet) qui seraient ravi d’avoir entre les mains un outil de pilotage du projet et de collaboration (avec les équipes internes / externes, le client…). Pourquoi pas une offre hébergée à la Basecamp ? Cela collerait tout à fiat avec la philosophie S+S chère à Ray Ozzie.

Un effort considérable est également réalisé pour développer l’écosystème SL et pour mobiliser une communauté de développeurs (une extension de MSDN ?). Macromedia disposait d’un écosystème incroyablement dense qu’Adobe n’a pas su conserver (changement de marque et de cible). Il y a donc des places à prendre pour convaincre une communauté que la complexité de la gamme Adobe peut rendre sceptique (Photoshop vs. Illustrator vs. Fireworks, Flash Pro vs. Flex Builder…). Sur ce point précis, Microsoft n’a pas a gérer la complexité de l’héritage de nombreux produits.

J’attends donc avec impatience la réponse d’Adobe avec le futur Flash 11 et surtout avec l’évolution de Flash Catalyst, et je vous donne rendez-vous l’année prochaine pour découvrir Silverlight 4 !

MIX09 : Jour 1

2 H 30 : Réveil (très) matinal pour moi ce matin à cause du décalage horaire, pas grave, ça me laisse comme ça le temps de me préparer et surtout de lire les dernières news (IBM rachèterais Sun, Google sort une nouvelle beta de Chrome…). Je me console avec un Expresso à la vanille format XXL et un donught.

mix09_donought

7 H 00 : Lever de soleil (artificiel) sur le place Saint-Marc (artificielle elle aussi). Je suis un des premiers à me présenter à la Registration pour récupérer mon badge et les surprises du Welcome Pack : Une invitation pour un tout nouveau service (Microsoft Translation Widget),un CD de musique (CD ?) ainsi que le livre de Bill Buxton (Sketching User Experience).

mix09_saintmarc

7 H 15 : Le buffet n’attend que moi, il va en prendre pour son grade ! Je profite du déjeuner pour faire connaissance avec le CTO de MapInfo (spécialisé dans le géo-marketing) qui nous fait l’article sur FireLocator.net, un agrégateur d’informations cartographiées sur les incendies.

8 H 55 : La grande salle se remplit pour la première Keynote, les spéculations vont bon train sur les éventuelles annonces de ce matin.

mix09_keynote1

Keynote

C’est Bill Buxton qui ouvre cette conférence avec un discours sur l’expérience utilisateur :

  • Histoire du design industriel au travers de différents exemples (Kodak, Bell, Apple…) ;
  • Les ingénieurs conçoivent des objets, les designeurs conçoivent des expériences ;
  • L’important n’est pas de trouver la bonne réponse mais de poser les bonnes questions ;
  • Importance du sketching pour multiplier les itérations et explorer le plus d’alternatives possibles ;
  • L’équipe UX de Microsoft a énormément augmentée ces dernières années avec l’arrivée de Bill il y a 3 ans (deux exemples : Arc, Zune…) ;
  • Démo Silverlight / DeepZoom : Comment reproduire une expérience complexe (ultra-zoom) avec un client riche.

mix09_billbuxton

Scott Guthrie prend la suite avec les nouveautés et nouvelles versions d’outils Web :

  • Microsoft Web Platform = Tools and Technologies for Next Generation Web Application ;
  • Démo de la future nouvelle version de Expression Web (meilleure intégration des standards, gestion multilingue, CSS diagnostic, SuperPreview = prévisualisation sur différents moteurs de rendu avec comparaisons side-by-side et superpositions) ;

mix09_superpreview

  • Plusieurs nouveaux produits (ASP.net MVC 1.0, ASP.net 4, Visual Studio 10, Web Server Extensions, Commerce Server 2009…) ;
  • Présentation du Microsoft Web Platform Installer (téléchargement unique, mises à jour automatiques) ;
  • Présentation de Windows Web App Gallery (briques technologiques gratuites pour Windows Server = AppStore pour votre serveur web) ;
  • Microsoft BizSpark = un programme pour aider les start-ups (l’équivalent du programme Idée en France) ;
  • Démo de StackOverflow.com (une FAQ collaborative pour les développeurs).

On parle ensuite de Silverlight 3 :

  • Seulement 18 mois d’ancienneté et de très gros progrès ;
  • Nouvelles versions du Worldwide Telescope et Virtual Earth (qui reposent maintenant sur Silverlight) ;
  • Nouvelles fonctions RIA = accélération matérielle, Perspective 3D, Pixel shader effects, améliorations de DeepZoom, Deep linking, meilleur SEO, meilleur rendu du texte, support du multi-touch, +100 contrôleurs disponibles…
  • Nouveaux codec supportés = H.264, AAC et MPEG-4 ;
  • Amélioration des fonctions de media analytics ;
  • Démo de Netflix :
    • Le serveur de streaming repose sur Silverlight ;
    • Bénéfices = interopérabilité (browser et plateformes), adaptive streaming… ;
    • Gros efforts de réalisés sur le processus d’installation qui exploite PlayReady ( ?) ;
    • Itérations très courtes sur le player (toutes les 2 semaines) ;
    • L’applications Silverlight sert de laboratoire d’innovation pour déployer sur les autre supports (Xbox…) ;
    • Prochaines évolutions = accélération matérielle avec la V3 de Silverlight.
  • Retour d’expérience de NBC sur la retransmission web des J.O. (52 M de visiteurs, 75 M de vidéos jouées) – La prochaine version pour les J.O. d’hiver de Vancouver sera encore améliorée (100% smooth streaming, full 720p HD, slow motion, metadata overlay…) ;
  • Démo de Vertigo / Bondi :
    • Implémentation de Silverlight / DeepZoom sur les archives de magazines papier avec fonction de browsing très intuitive, recherche et URL lisibles ;
    • Lancement cet été de CoverToCover.com avec un grand nombre de magazines (dont le RollingStone Magazine) ;mix09_rollingstone
    • PlayboyArchive.com dispo dès maintenant !
  • Démonstration d’une application métier en SL3 avec les Web Forms.

Une démo dédiée à Blend 3 :

  • Grosse surprise avec SketchFlow, un outil de prototypage rapide présenté par Jon Haris :
    • Permet de définir un Application Flow (à mi-chein entre arborescence et workflow) ;mix09_sf1
    • Usage d’une bibliothèque de composants pour créer les écrans (façon Balsamiq) ;mix09_sf3
    • Transformation d’une vue ‘croquis’ à une vue interface (avec les composants standards de Silverlight) ;
    • Possibilité de compiler des croquis pour les publier sur un environnement de collaboration (avec gestion des différentes versions de chaque écran ainsi que des transitions, possibilité de laisser des commentaireset des annotations sur l’écran) ;mix09_sf2
    • Génération automatique d’un document de spécification sous Word ;
    • Génération de données brutes (latin, bolobolo) ou importations de données réelles (XML).
  • Import de fichiers Photoshop / Illustrator avec récupération des calques ;
  • Behaviors = Ajouter de l’interaction à des éléments de l’interface.

Démonstration des capacités ‘Out of the Browser‘ pour Silverlight 3 :

  • Expérience simplissime et sécurisée (sandbox), mise à jour automatique ;
  • Gestion du mode hors ligne (avec re-synchronisation) ;
  • Intégration fine avec l’OS ;
  • Démonstration avec KEXP.org et du KEXP Player = une application à part entière avec envoie de commentaires en live et exploitation de contenus hors-ligne (vidéo).

mix09_kexp

Le mot de la fin : Silverlight 3 est 40Ko plus léger que la V.2 et surtout est disponible dès aujourd’hui !

Ce SketchFlow est une énorme surprise pour moi car même si j’avais entendu des rumeurs, la démo de ce matin était très prometeuse.

En sortant de la keynote j’avale un déjeuner rapide et je vais faire un tour du côté du Xbox Lounge :

mix09_xbox

À suivre…