10 astuces pour pondre du *bon* code Javascript

Quelle différence y-a-t-il entre un bon et un mauvais codeur ? C’est très simple : le mauvais codeur, quand on lui dit de faire du code Javascript, il code… Le bon codeur, lui, quand on lui dit de faire du code Javascript, il essaye de suivre les 10 conseils proposés par Bobby Vanderluis : Ten good practices for writing JavaScript in 2005.

Morceaux choisis :

  • S’assurer que son code s’intègre bien à son environnement (page XHTML et CSS) ;
  • Rendre son code accessible ;
  • Assurer une compatibilité maximale pour son code (notamment en se conformant au DOM du W3C) ;
  • Bien connaître les limites et contre-indications du code ;
  • Améliorer la performance du code.

Un commentaire sur “10 astuces pour pondre du *bon* code Javascript

  1. C’est plus ou moins ce qui est sous entendu dans le premier point, mais il me semble important de le souligner un peu tout de même. Un point essentiel est la séparation du code JavaScript du code HTML, tout comme pour les CSS. Rien que faire ceci permet de s’assurer un minimum de non obstrusivité et à fortiori une meilleure accessibilité. Merci pour le lien, ça va m’interesser ! Mais là trop tôt pour lire de l’anglais :D

  2. Wep, en effet, le point 1 soulignait bien cette notion très importante de séparation. Très interessant je trouve comme lecture. Ca meritrait une traduction pour fournir à tous nos frenchies qui diabolisent le JavaScript !

  3. Il me semble que le point 5 (future-proof javascript) pèche par excès d’optimisme. On peut supposer que les futurs navigateurs (s’il y en a) auront tout intére^t à être conformes au DOM. Dans la pratique, pour les anciens navigateurs, tel IE, ils implémentent une partie du DOM seulement et le personnalisent selon leur bon vouloir.

    Tester chaque méthode avant emploi est une pratique lourde et contreproductive. Il existe des classes Javascript qui font cela très bien mais cela ajoute une couche d’abstraction supplémentaire sans compter qu’il faut charger à chaque page 50 ou 70 ko de code supplémentaire. Ce qui à l’heure actuelle des standards de conception est une aberration. Comme toujours dans le web il n’y a pas de solutions parfaites.

    On est pas à l’abri qu’un futur navigateur un peu plus zélé que les autres implémente un fonctionnement différent pour une même méthode même si elle fait partie du DOgMe.

    Le W3C a un rôle de préconisation certes, mais malheureusement pas un rôle de certification.

    C’est pourquoi Microsoft développe et continue à développer ses propres standards.

Laisser un commentaire