AJAX ça craint !

Alors que la V2 de Protopage vient de sortir (un portail personnalisable basé sur AJAX) voici que le respecté site Usability views nous publie un article très critique sur l’utilisation d’AJAX : Why Ajax Sucks. Au passage vous noterez l’utilisation de la célèbre mise en page du site UseIt du Dr Nielsen (on se demande pourquoi, peut-être parce que l’auteur n’assume pas ses propos ?).

Les principales reproches à l’utilisation AJAX :

  • corrompre le système de navigation page à page (et déstabiliser ainsi les utilisateurs) ;
  • gêner l’impression des pages ;
  • rendre très délicate la recherche ainsi que le référencement ;
  • apporter tout un lot de complications sur la paternité des contenus.

Malgré la justesse de ces reproches, je ne peux que déplorer le manque de discernement de l’auteur. Même si AJAX est à utiliser avec précaution (parce que oui, il peut facilement conduire à des catastrophes ergonomique), il peut également apporter un confort d’utilisation inégalé. La preuve avec ce formulaire où les champs sont validés au fur et à mesure de la frappe : Remember The Milk. J’ai d’ailleurs rédigé à ce sujet un billet : Le formulaire parfait ?

MAJ (07/12/2005) : Voilà un article pour enrichir le débat : 10 Places You Must Use Ajax, où l’auteur nous liste les cas où il est conseillé (et déconseillé) d’utiliser AJAX. (via Ergologique)

Un commentaire sur “AJAX ça craint !

  1. Les critiques ne sont pas infondées, même si les propos de Nielsen sont souvent caricaturaux. Difficile de bookmarquer un contenu délivré via Ajax, et je ne parle même pas du référencement. Reste que Ajax c’est tres bien pour enrichir des interfaces.

  2. Moi ce aui me gene le plus dans cet article c’est le fait qu’on mette une fois de plus en avant come principal defaut d’une technologie le fait qu’elle bouleverse les conventions et les habitudes de l’internaute. J’ai envie de dire : ET ALORS !!! Pour moi c’est ca le Web 1.0 : tout un tas de conventions et de standards qui partent de bonnes intentions mais qui finissent par limiter la creativite et l’inventivite, et qui ne tiennent pas compte du fait que ces conventions ont ete etablies a un moment ou les contraintes techniques et l’environnement etaient totalement differents (pas de haut debit, des explorateurs trop simples, XML balbutiant, etc.) Bref, encore un discours conservateur et sans le moindre interet !

  3. Surtout ce que je trouve encore une fois bizarre, c’est de faire l’amalgame entre « sites web » et « applications web ». Pour un backoffice, le référencement ne sert à rien. Et je suis capable de contrôler le navigateur qui va être utilisé.
    A l’inverse, pour un site, la multitude des outils disponibles pour consulter mon site me demande de rester le plus « accessible » possible.
    Comme tout, il faut utiliser les outils disponibles à bon escient au lieu de dire que c’est nul.

  4. Attention à un petit bout de phrase touuuut en bas de l’article : « This is a spoof article. Please compare it with the original and you will see how little it has been changed. » L’article est en fait une « parodie » (spoof) d’un autre article intitulé « Why Frames Suck »… À méditer…!

  5. Oui effectivement neolao, c’est un risque. Mais plutôt que de parler de versions alternatives je préfère parler de versions dégradées : la version de référence est celle utilisant XHMTL-CSS-AJAX, et on assure une retro-compatibilité avec les vieux navigateurs (IE6…). Ceci est souhaité ET possible puisque AJAX repose sur le DOM du W3C. /Fred

  6. L’ajax est comme toute technologie à utiliser avec modération. Nous préparons actuellement un gros site grand public avec une navigation très simple et une utilisation de l’Ajax lorsque nous atteignons les limites du DHTML. Cette technologie peut s’avérer parfois innovante et offrir une navigation intuitive. Je me risquerais presque à faire la comparaison avec les débuts de flash où les agences web en abusaient à outrance. Je suis certain que l’Ajax trouvera sa place parmi les développements futurs, mais dans le cadre d’une utilisation non excessive. http://www.groupe-procab.com/blog

  7. ca me rappelle un billet précédent, « Un site web à toutes épreuves »
    on pourrait dire « que deviendrait la mise en page si le javascript était désactivé? » l’idéal, c’est que ca fasse des trucs en moins mais que ca ne bloque pas
    un peu comme utiliser du CSS que IE ne comprend pas sans pour autant bloquer la navigation
    comme l’exemple du formulaire

  8. Pourquoi Ajax n’est-il pas le bienvenu ? Ajax par ici, Ajax par l?Ce terme est tr??a mode et est employ?n peu partout. Pourtant il ne semble pas faire l’unanimit? Quand Fred Cavazza ?it Ajax ?craint !, le ton est donn?

  9. Fred : Pour reprendre un peu ce qui vient d’êre dit, si l’article reprend le thème du site de Nielsen, c’est que ce dernier avait publié en 1996 un article intitulé « Why Frames Sucks ». Il s’agit ici d’une parodie de cet article, d’un spoof, donc, à prendre au second degré. Je trouve dommage que vous présentiez l’auteur comme « n’assumant pas ses propos », sans relever l’humour du billet. Neolao : « on va se retrouver avec les versions alternatives comme on a pu en voir. – frames/sans frames – flash/html – ajax/sans ajax » Je ne suis pas d’accord. On peut réaliser un formulaire et l’agrémenter de fonctionnalités dynamiques via AJAX, qui fonctionneront si Javascript est activé, tout en réalisant un script de validation « à l’ancienne », dans un langage serveur, pour vérifier si les entrées tapées sont correctes. C’est par exemple le cas pour le form d’inscription de Remember The Milk. Où est le problème ? Je suis par contre tout à fait d’accord avec le dernier commentaire, bien que je ne vois pas ce qui se « fait en moins ». Ce n’est certes pas aussi réactif, mais aucune fonction ne diffère de la version avec Javascrpipt actif.

  10. AJAX Certains, comme Fred Cavazza, sont tr?enthousiastes quand ?ette technologie novatrice, alors que Laurent Jouanneau (un des « messieurs xulfr ») la trouve «d? obsol?». Qu’en est-il vraiment ?

Laisser un commentaire