MySpace + YouTube = YouTube + MySpace

En théorie, vous devriez déjà avoir entendu parler de MySpace (et dans une certaine mesure de YouTube). Pourquoi devriez-vous déjà en avoir entendu parler ? Tout simplement parce que ces deux sites drainent une audience phénoménale et parce qu’ils attirent toutes les convoitises.

Mais ce qui est le plus frappant à propos de ces deux sites, c’est leur tendance mutuelle à s’enlaidir. MySpace est ainsi connu pour le manque de lisibilité des pages de ces membres, et YouTube n’est pas non plus un modèle de mise en page (minimalisme et austérité sont de rigueur).

Tout ça pour dire que ces deux modèles de design jusqu’alors opposés ont depuis peu entamés un improbable mimétisme :

  • MySpace intègre maintenant des vidéos dans ces pages d’orientation et dans les pages membres (déjà que c’était le bordel…) ;
  • YouTube propose maintenant à ces membres de créer leur propre page au sein des Channels (voyez donc le résultat ici : MissTilaTequila).

J’ai comme l’impression que ces pages membres sont en train de tirer le web vers le bas, du moins d’un point de vue purement graphique et ergonomique. Espérons que les hypothétiques communautés 3.0 relèveront le niveau…

Un commentaire sur “MySpace + YouTube = YouTube + MySpace

  1. Peut-être qu’au fond tout le monde s’en fout du côté graphique, du web 2.0, 3.0 et suivants. Peut-être que ce n’est que de la masturbation de designers. Peut-être qu’un contenu qui les satisfait suffit à la plupart des gens.

  2. Je pense qu’ils vont dans le bon sens pour leur audience (ado). Regarde les skyblogs, ça ressemble furieusement au pages membres de youtube. Vu l’audience de tous ces sites je ne pense pas qu’il fasse n’importe quoi. Reste le débat qualité/quantité

  3. Alors là je suis bien d’accord avec toi Fred. Tirer vers le bas. C’est l’expression juste. Et je ne pense pas que cela soit de la masturbation de designers ou d’ergonomes. Et si tu lançais un coucours du design le plus hideux?

  4. … Et je ne suis pas du tout d’accord avec Arnaud… Ce n’est pas parceque Skyrock n’a pas revu ses CSS depuis des lustres que du coup, comme ils ont de l’audience, ce n’est pas la peine de faire du joli, ou pire, il vaut mieux faire moche… Mais je me pose aussi la question du marché des skinners qui vendent des habillages pour MySpace… MySpace en possède?

  5. Comparer Youtube et MySpace au McDo. C’est rapide, pas cher (quoique…), ça plait aux djeunz. Ca tire furieusement la qualité gastronomique vers le bas, mais Ronald s’en fiche du moment qu’il fait du chiffre. Alors le bon goût, de la masturbation de gourmet ? Le bon goût, les saveurs, la qualité, tout s’apprend et s’enseigne. Ou alors on se demande bien pourquoi on forme encore des designers, stylistes, des graphistes, des patissiers.

  6. Je ne saisis pas tout. Je ne suis allé voir que MissTilaTequila vu que je ne comprends rien de toutes façons à MySpace. Ben la forme ne me dérange pas plus que le contenu (ah tiens si c’est vrai, la navigation quand on clique sur une vidéo n’a que peu de sens). En gros c’est de la présentation cheap de contenu vidéo. J’imagine qu’il y a possibilité de faire mieux. Mais en gros c’est la transformation d’un rapport peers-to-peers à un rapport peer-to-peer dans la communication de l’information peut-être. Je suis sur que YouTube ne sait même pas comment réellement ces fonctionnalités vont être utilisées: autant laisser les utilisateurs créer eux-mêmes leurs nouveaux usages avant d’améliorer la plateforme. Je ne vois pas de perte qualitative attendu que l’interface principale a guère changé.

  7. Niveau design, DailyMotion est pour moi un modèle du genre. Celà dit l’austérité et le coté usine à gaz peut payer : craigslist, ebay et google par ex. J’y vois là aussi un coté foire fouille: le bordel ambiant donne une impression d’une offre plus large, presque infinie puisque rien n’est rangé on ne voit pas les limites du catalogue : le contenu et le design n’ont finalement plus grande importance, on se plait plutôt à fouiller, le but est de dénicher la perle rare, un peu comme une quête. Vous avez déjà vu sur les marché les stands de fringues ou de frippes entassé n’importe comment sur les stands ? Les femmes (oui ce sont souvent des femmes) y sont agglutinés autour en espérant dénicher la perle rare (on observe les même phénomène durant les solde).

  8. En tant qu’utilisateur de MySpace depuis une paire d’années, l’ergonomie du site, en tout cas des pages est le dernier des soucis des membres, surtout que de nombreux outils, du simple Wisiwig au générateurs de codes sont là pour aider les membres à personaliser leur espace. Je comprends le souci d’ergonomie, mais la structure de MySpace n’impose justement pas de design particulier (à part cette longue série de commentaires à scroller sur certains profils certes. Mais c’est aussi le charme des humains non ? De ne pas être parfait …

  9. Ces deux sites ont effectivement réussi la prouesse de faire du web 2.0 avec un design de web 1.0 dans ses heures les plus sombres. Un bon design et une bonne ergonomie ont aussi des vertus éducatives ; tout cela doit participer à la compréhension de l’Internet par le plus grand nombre.

  10. Bonjour, je me demande si des pages laides et bordéliques ne relèveraientt pas d’une sorte de snobisme pour les initités, une sorte de barrière à l’entrée qui ferait en sorte que les novices (les primo accédants du net) ne s’y retrouvent pas… Suis pas sure que ce soit l’intérêt des services (recherche d’audience) mais quand je vois des nouveaux, ça leur fait peur, ils comprennent rien… On a tendance à oublier qu’en France tous les jours encore des tas de gens prennent Internet (regarde la Dartybox et Alice…) le web 2 c’est encore unpeu loin d’une grande partie de la population…non?

  11. S’il est vrai que pour des sites comme MySpace, on pourrait considérer les design farfelus qu’on rencontre dans les pages membres comme faisant partie du contenu, on ne peut pas en dire autant pour YouTube dans lequel une customisation aussi poussée des pages membres n’est absolument pas nécessaire. Regardez en revanche MyBlogLog et (aux antipodes…) Bide et Musique : leurs pages membres sont structurées et se contentent de recencer les favoris de chacun, sans que celà ne jure avec le reste.Alors, est-ce que les pages membres « tirent le Web vers le bas » ? Le Web, sans doute pas, mais le site oui, si elles jurent trop avec le contenu.

  12. Myspace est un joli pied de nez au web 2.0 et ces pseudos-principes (ergonomie, utilisabilité, intuitivité = poudre aux yeux).
    C’est très amusant de voir un site aussi peu ergonomique et pratique qui arrive à brasser autant de monde. Une sorte de vilain petit canard du web qui réussit.
    Un article très intéressants d’Etienne Mineur sur les sites low-tech :

  13. A lire certains post dans ce thread, Myspace serait le McDo du web, tirant l’expérience utilisateur vers le bas, destiné à des djeuns incultes. Je ne rejoins pas du tout cette analyse. Myspace à mes yeux est protéiforme et contient en réalité des dizaines de communautés différentes à lui tout seul. Il contient certes une communauté « djeunz » mais le réduire à cà serait regarder par le petit bout de la lorgnette. En réalité, il existe énormément de gens talentueux, qui produisent des contenus intéressant et qui rivalisent de créativité pour customiser une interface plutot mal conçue au départ. Pour surfer régulièrement sur myspace et y contribuer, j’avoue avoir un plaisir toujours intact à découvrir de nouvelles pages dont les auteurs regorgent de talent. Et là je parle bien du fond et non de la forme. Mais à vouloir trop normer graphiquement et ergonomiquement les choses dans un cadre « web2.0 » (pour reparler de la forme), cette harmonisation nuirait sans doute à la créativité qui s’exerce sur ce type de réseau social. En d’autres termes, Myspace est mal conçu (c’est indéniable) mais c’est peut-être ce coté là qui a fait son succès. Ce vieux design des heures sombres du 1.0 éduque les gens aussi les gens à faire preuve de débrouillardise et à mettre les mains dans le code (c.a.d. « apprendre par la pratique ») A méditer. Olivier

  14. MySpace est ainsi connu pour le manque de lisibilité des pages de ces membres Oui c’est certain, c’est une problématique que nous avons eu pour le site http://www.createurs-de-mode.com qui on peut dire est un Myspace pour créateurs de mode. Notre question d’alors, chaque créateur à son propre style, ils voudront donc pouvoir modifier leur page. On a cherché, mais : – Pas les tailles de polices ils vont tout casser avec des polices énomres – Pas les couleurs de polices, ils vont nous mettrent du rouge partout – Pas les fonds ils vont nous mettrent des images/couleurs horribles

    
    

    Et finalement la customization se résume à la couleur des liens :D Pas évident le Web 2.0 tant que les gens n’y connaissent rien et n’ont pas de goût :D A noter que faire quelques chose de beau sur MySpace, c’est très difficile, nous n’avons pas réussi à faire mieux que ca : http://www.myspace.com/lejardindescreateurs/

      Yahou
  15. (pas de slash à la fin ;) ce que je trouve le + « lourd » sur MySpace, ce sont les commentaires HTML qui alourdissent inutilement les pages des membres : quand on voit la taille de certains « thanks for the add » images, on comprend pourquoi le navigateur rame à charger ces pages… :-( sans compter que ça casse bien souvent le design en élargissant la colonne centrale… d’autres pages « bien foutues »: http://www.myspace.com/pauloakenfold http://www.myspace.com/beatport (shop de musique electro en ligne) http://www.myspace.com/esmaye http://www.myspace.com/secretshows http://www.myspace.com/johangielen http://www.myspace.com/finnephynn http://www.myspace.com/lumidee mais c’est moins l’oeuvre des artistes/organisations eux-même que des graphistes payés pour… :-/ preuve qu’on peut malgré tout (mais à quel prix?!!) faire des designs « corrects » sur MySpace…

Laisser un commentaire