Mais que veulent les ‘Digital Natives’ de la génération Y ?

Selon Wikipedia : « La Génération Y comprend les enfants nés entre 1979 et 1994. Pour ce qui est de l’Europe, on considère que les enfants qui n’ont aucune mémoire de dictature ou de communisme sont des « Y », puisque les autres montrent habituellement un caractère attribuable à la génération X. Ils ont confiance en eux, sont optimistes, indépendants, orientés sur les objectifs, maîtres d’Internet et des ordinateurs personnels (PCs), instruits et perspicaces. »

Pour faire simple, disons que la génération Y représente la relève, ces fameux « jeunes » qui vont remplacer les baby boomers qui partent à la retraite. Beaucoup spéculent sur leurs aspirations mais peu le font aussi bein que Don Tapscott.

Lors d’une récente conférence, le Don en question a ainsi très bien résumé l’état d’esprit de cette « net generation«  (Don Tapscott discusses the “net” generation) :

  • Ils veulent tout personnaliser (depuis leur T-shirt – avec Threadless – jusqu’à leur desktop avec les widgets) ;
  • Ils ont une incroyable faculté à discerner l’authentique du simulé (inutile de vous faire passer pour un « faux jeune » sur MySpace, vous vous feriez griller en moins de deux) ;
  • Ils veulent de l’honnêteté et de la transparence ;
  • Ils apprécient la collaboration et les rapports sociaux ;
  • Ils privilégient le fun au fonctionnel ;
  • Ils apprécient l’immédiateté ;
  • Ils veulent de l’innovation.

Voilà en quelques lignes les traits de caractère principaux de cette nouvelle génération d’employés. Force est de constater que sa vision est juste et que la « génération Wikipedia » a été habituée au luxe (tout gratuit et tout de suite).

Autre réalité à accepter (surtout quand on est un recruteur) : les membres de la génération Y vont avoir un très choc des cultures lorsqu’ils vont intégrer le monde de l’entreprise. Autant nous (les « vieux » de plus de 30 ans) nous avons connu un début de carrière où l’entreprise fournissait à ses salariés ce qu’ils ne pouvaient pas trouver chez eux à l’époque (un ordinateur performant, une connexion à internet…), autant les nouveaux entrants reçoivent un choc le jour où ils découvrent que le Firewall leur interdit de se connecter à Facebook ou à Messenger, que pour communiquer il faut se farcir Lotus Notes et qu’ils doivent faire avec un ordinateur vieillot et une connexion qui rame à mort. Gloups !

C’est donc un choc des cultures également pour les DRH et DSI qui vont devoir composer avec des collaborateurs qui sont habitués aux réseaux sociaux, aux services de partage, aux wikis et aux univers virtuels… à qui il va falloir « refourguer » le paquetage habituel (Windows, Office…). Lire à ce sujet : Go Ahead, Use Facebook.

Peut-être cette génération Y saura-t-elle apporter un souffle nouveau, une nouvelle impulsion, pour favoriser l’adoption et l’usage de services de publication / partage et des plateformes sociales qui permettraient d’initier des pratiques plus collaboratives et de nouveaux outils.

Encore faut-il la comprendre cette fameuse génération Y…

Peut-être ceci peut-il vous aider :

Et même cela :

Bref, tout ça pour dire que Don Tapscott sort un livre le mois prochain et que je vais me jeter dessus : Grown Up Digital, How the Net Generation is Changing YOUR World.

10 commentaires sur “Mais que veulent les ‘Digital Natives’ de la génération Y ?

  1. J’aime beaucoup cette vidéo avec les enfants. Elle est assez puissante. Je retiens notamment le passage « my parents use emails… ».
    Les gens ne se rendent pas compte à quel point l’e-mail n’est plus utilisé par les nouvelles générations.

    @Julien Sans vouloir freiner ton enthousiasme, je pense que ce bouquin s’adresse plutôt à la génération X justement.

  2. Au passage, y a t-il quelque part une étude sur l’utilisation de l’email en fonction des générations ? Mais est-ce réellement un problème en entreprise, ou ne peut-on pas raisonnablement considérer que les Y se feront sans trop de difficulté à l’usage du mail ?
    C’est plutôt ce qu’ils ne trouveront pas dans l’entreprise qui est inquiêtant… On voit maintenant apparaître des sociétés où le Turn-over sur les recrues 2008 est de… 50% ! Là, il y a clairement une inadéquation criante entre ce que cherchent les jeunes et ce qu’on leur propose. Et je suis inquiet, car je ne suis pas convaincu que les DRH et les managers concernés comprennent réellement la nature du problème, et la nature des solutions à apporter. La mutation des organisations dans ce domaine risque fort d’être très douloureuse, en raison des freins culturels des générations aux commandes. Il ne s’agit pas d’une question d’age ou de jeunisme : les cadres supérieurs et dirigeants actuels manques simplement souvent cruellement d’une remise à jour sur un contexte qui bouge à une vitesse hallucinante… (au point que certains disent que les avancées du 21ème siècle ne correspondront pas à 100 ans d’évolution, mais à 20 000 ans, si l’on compare avec les époques précédentes !!). Bref, chaque année passée à ne pas mettre le nez dehors revient à agrandir le gouffre social et culturel entre les générations… Chaud…

  3. C’est clair que dans certaines entreprise il y a un conflit de cultures, mais ça devrait progressivement changer, l’effet boule de neige. Les recettes du collaboratif marchent et commencent à être de plus en plus utilisées.

    Heu en passant, ayant fait mes deux années d’apprentissage à IBM, je dois prendre la défense de la version 8 de Lotus Notes, qui a un pris un très bon virage 2.0 et aggrège plusieurs services sociaux…

Laisser un commentaire