ReWork, le manifeste pour réapprendre à travailler… et à gérer

J’ai déjà eu l’occasion de mentionner 37Signals, une ancienne agence web reconvertie en éditeur de solutions de collaboration (Basecamp, Backpack…). Le parcours de cette petite société est complètement atypique, surtout en ce qui concerne leurs méthodes d’organisation et de collaboration déjà détaillées dans Getting Real, un livre publié il y a quelques années. Rebelote avec Rework, un nouveau livre traitant de collaboration, d’organisation ou encore de gestion de votre start-up.

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce livre est un véritable électrochoc car il tord le cou à de nombreuses conventions et autres habitudes développées au fil des années. Illustration avec ce teaser :

La lecture de ce livre est très enrichissante, non pas car les conseils qui y sont prodigués sont à appliquer sur le champ, mais parce qu’il permet de prendre du recul sur un certain nombre de sujets dont voici un petit résumé.

Concernant la collaboration :

  • Les plannings au-delà de 6 mois sont fantaisistes, ils ne permettent pas d’anticiper correctement mais apportent surtout du stress et de la rigidité dans la gestion quotidienne d’un projet ou d’une activité ;
  • Les drogués du travail confondent moyens et résultats, non seulement ils ne travaillent pas plus vite (car ils flânent la journée et ne parviennent à se concentrer que le soir) mais en plus ils imposent un mode de collaboration asynchrone qui repose beaucoup sur les emails ;
  • Pour résoudre un problème le plus simple n’est pas de rajouter des ressources mais d’en retirer, plus de ressources (moyens, collaborateurs…) = plus de problèmes, d’inerties, de contraintes…
  • Les documents abstraits (cahier des charges, spécifications…) créent une illusion d’accord mais qui repose sur une interprétation, il est plus efficace de travailler sur des livrables concrets (croquis, storyboard, prototypes…) ;
  • Instaurez les no-talks thursdays, car les interruptions quotidiennes sont des tueuses de productivité ;
  • Les réunions sont comme des programmes TV : elles sont programmées par 1/2 heures (car Outlook ne sais pas faire autrement), comment faire si vous n’avez besoin de 15 minutes ?
  • 1 H de réunion à 10 = 10 H de réunion, évitez de faire découvrir aux participants le sujet de la réunion ;
  • Apprenez à dire « Non », vous regretterez souvent d’avoir accepté une nouvelle fonctionnalité ou un nouveau planning, mais vous ne regretterez jamais d’avoir refusé (mais restez tout de même honnête) ;
  • Si vous voulez que quelque chose soit fait, demandez à la personne la plus occupée, elle sera motivée pour le faire rapidement.

Concernant la gestion et l’évolution d’une offre :

  • Moins de fonctionnalités = Plus de simplicité, soyez fièr de ce que votre produit ne fait pas et revendiquez-le plutôt que de faire la course à l’armement (sinon vous allez implémenter en priorité les fonctionnalités les plus simples mais qui ne représentent que peu de valeur ajoutée) ;
  • Ne cherchez pas à faire un produit parfait dès son lancement, lancer un produit et vous l’améliorerez ensuite car il est plus stimulant d’améliorer que de perfectionner ;
  • Assez bien peut être suffisant, l’important est de fournir un maximum de résultat en un minimum de temps / énergie / investissement (la perfection a un coût) ;
  • Proposez moins que vos concurrents, moins de fonctionnalités = moins de problèmes = plus de compétitivité (ex : La minicaméra Flip).

Concernant la gestion d’une start-up :

  • La croissance n’est pas une  obligation, plus de C.A. signifie plus de problèmes et de contraintes car les économies d’échelle ne fonctionnent que dans l’industrie lourde (il est plus important de se concentrer sur la marge) ;
  • Lancer une start-up sans se soucier de la viabilité c’est comme de construire un avion sans se soucier de la force de gravité (« nous trouverons bien un moyen de le faire voler… ») ;
  • N’embauchez jamais quelqu’un pour faire un travail avant d’avoir essayé vous même, comme ça vous saurez quelles sont les difficultés, vous saurez détecter les bonnes qualités chez un candidat et vous saurez évaluer correctement un travail bien fait.

Comme vous pouvez le constater, je ne vous avais pas menti sur le caractère subversif de ce livre que je vous engage fortement à lire car chacun peut y piocher de l’inspiration ou de la motivation pour repenser sa façon de collaborer et de travailler. Vivement leur troisième livre !

12 commentaires sur “ReWork, le manifeste pour réapprendre à travailler… et à gérer

  1. Merci Frédéric pour cet excellent billet : donnant envie de lire et synthétique.

    J’apprécie particulièrement la partie sur la Collaboration, j’irai même jusqu’à dire qu’au delà de 3 mois un planning est fantaisiste.

    Bonne continuation.

  2. Pour ceux que ça intéresse, je vous conseille vraiment de commencer par lire Getting Real, qui est lisible gratuitement en ligne. Parce que, tout intéressant qu’il soit, on a un peu l’impression que Rework n’en est qu’une réécriture − un peu complétée − agrémentée de dessins (pas toujours pertinents). La grande différence est surtout le changement de type de publication : gratuite en auto-édition pour Getting Real ; par un éditeur mainstream, payant et bénéficiant d’un gros buzz médiatique pour Rework.

    Mon article sur Getting Real : http://www.geek-directeur-technique.com/post/2009/02/22/Getting-Real

    Mon premier article sur Rework : http://www.geek-directeur-technique.com/post/2009/12/12/Les-premiers-enseignements-de-Rework

  3. je ne suis pas forcément d’accord avec l’assertion suivante :
    « Si vous voulez que quelque chose soit fait, demandez à la personne la plus occupée »
    Je pense que ça peut à la longue engendrer des « drogués du travail [qui] ne travaillent pas plus vite »

    Pour le reste les idées ne me paraissent pas toutes originales. On trouve p de nombreux articles qui actuellement mettent en avant la nécessité de de réduire les distractions :
    http://www.google.com/search?q=avoid+distraction
    http://www.sciencemag.org/cgi/content/abstract/328/5976/360

  4. Je n’ai qu’une chose à dire sur cette liste que tu as extraite de l’ouvrage, étant moi-même chef de projet Web : Amen ! Ça fait tout de même du bien de lire quelque chose qui va dans le sens de ce que font les gens du métier :-)

  5. Fred,
    En effet, que du bon sens ;-)

    Mais tellement éloigné des pratiques managériales que ça en devient révolutionnaire, voire subversif.(en entreprise)!

    Merci pour ce post, en espérant que tous nos managers et entrepreneurs, à défaut de lire l’original passeront au moins 10 minutes de leur temps à lire ton post.

  6. @ Guillaume > Oui en plus ces recommandations concernent à la fois les exécutants mais également les donneurs d’ordres.

    @ Sylvain > Bon OK ce conseil peut engendrer des problèmes d’interprétation. Dans l’absolu, la personne occupée devrait savoir dire non à une tâche supplémentaire (un autre précepte du bouquin).

  7. Très bonne critique d’un livre devenu livre de chevet pour moi ! Je suis notamment un grand fan du principe « délivrer un demi produit plutôt que demi-délivrer un produit »…

    Nous avons également tenu à parler de ce livre sur notre blog, parmi d’autres (The Medici Effect, La Vache Pourpre, La Longue Traîne, Meatball Sundae).

    A bientôt !

  8. Pour ceux qui preferent lire en francais cet excellent livre a ete traduit en francais aux
    Editions Maxima (www.maxima.fr)
    sous le titre:

    « Rework, reussir autrement »

    ,,,Il est en vente en librairie et
    sur le site de l’editeur

Laisser un commentaire