Apple réinvente le système de gestion de fichiers dans iWork

Apple a lancé en fin de semaine dernière la dernière version de son système d’exploitation Mac OS. Beaucoup de nouveautés dans ce Lion (mode plein écran, Mission Control, Lauchpad…) et surtout des choix de conception audacieux (natural scrolling sur le pavé tactile).

Mais le changement le plus important concerne la gestion des fichiers avec les fonctions Auto-Save et VersionsLes changements sont automatiquement enregistrés (très pratique si vous fermez l’application sans faire de sauvegarde) et sont accessibles au travers d’une interface directement héritée de Time Machine :

autosave_versions

Déjà implémentée sur les logiciels natifs comme Finder, cette gestion des versions est également disponible dans iWork (avec une petite mise à jour). L’air de rien, les équipes de Apple viennent tout simplement d’imposer un gestionnaire de versions dans une suite bureautique et de signer l’arrêt de mort du « Enregistrer sous…« .

Pour créer une copie d’un document, vous ne pouvez plus l’enregistrer sous…, il faut maintenant le dupliquer. De même, la sauvegarde est automatique (toutes les 5 minutes il me semble) mais vous pouvez forcer l’enregistrement d’une nouvelle version.

Pages_File

Je ne vous cache pas que ma première réaction a été de me dire : « Pourquoi vouloir changer un système qui fonctionne bien ?« . Mais en réfléchissant plus profondément, je me suis rendu compte que ce système ne fonctionnait pas si bien que ça et qu’il m’a fait perdre de précieuses heures de travail par le passé. Vous noterez que ce principe de gestion des versions remplaçant celui des fichiers a déjà été abordé par Alan Cooper il y a quelques années dans son livre About Face.

Autre conséquence de ce nouveau système : Tous les fichiers déjà créés sont verrouillés, pour les modifier il faudra donc les déverrouiller. Là encore ma première réaction a été de me dire : « Non mais de quoi j’me mêle, d’où il me verrouille mes fichiers l’autre ?« . Pourtant il s’avère que cette protection est très précieuse : Vous pouvez maintenant consulter à loisir de nombreux fichiers pour en créer / modifier un nouveau sans craindre la fausse manipulation.

Pages_lock

Ce nouveau système de gestion des fichiers (en fait des versions) est donc une approche déroutante au début, contraignante, mais terriblement plus efficace, surtout combinée avec l’historique des versions. En y réfléchissant bien, on se rend vite compte que ce système n’est pas neuf, il est déjà en vigueur dans les suites bureautiques en ligne (Google Docs, Zoho…).

Précision importante : Les versions sont stockées sur votre disque dur, donc si vous envoyez le fichier à quelqu’un d’autre, l’historique des versions est perdu. Dommage, il aurait été intéressant d’avoir une option pour « attacher » les versions à un document et pouvoir ainsi parcourir l’historique si besoins ur un autre ordinateur.

Avec cette nouvelle gestion des versions imposée dans iWork, Apple est donc en train d’éduquer le marché de force au mode de fonctionnement des logiciels en ligne et des documents hébergés dans les nuages. Je ne suis pas devin, mais je parierais bien ma souris que la prochaine version d’iWork intégrera de façon bien plus profonde le service de collaboration iWork.com. Nous pourrions même anticiper une plateforme de collaboration en ligne plus poussée comme peut en proposer Acrobat.com (tout ceci ne risque pas de calmer les esprits entre Apple et Adobe !).

Et vous, est-ce que vous appréciez ce nouveau système ?

3 réflexions sur “Apple réinvente le système de gestion de fichiers dans iWork

  1. J’ai eu la même approche : déception légère mêlée de colère à la vue de la disparition du « Enregistrer sous… », du verrouillage automatique, etc… Mais finalement, c’est excellent. Tout comme le « natural scrolling », je l’ai détesté quelques heures mais je me suis forcé en me disant qu’Apple aurait peut-être raison. Maintenant, je ne navigue plus autrement.

    Reste à ce qu’un maximum d’applications implémentent les nouveautés de Lion (Versions, Fullscreen, etc).

    J'aime

  2. Au départ c’est un peu déroutant mais on s’y fait très vite et cela apporte réellement un bénéfice à l’utilisateur. Thanks Apple pour ces petites nouveautés disséminées dans Lion !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s