2012 sera l’année des tablettes

Après un tour de chauffe en 2010, de belles expérimentations en 2011, les tablettes sont définitivement prêtes à inonder le marché en 2012. Pourquoi 2012 sera-t-elle l’année de la consécration ? Parce que de nombreux facteurs-clés sont réunis pour doper la croissance et les usages.

Les ventes de tablettes vont dépasser celles des ordinateurs

Première chose importante à propos des tablettes : le volume des ventes. En tant que leader incontesté de la catégorie, Apple reste très évasif sur le nombre d’iPad écoulés, mais les analystes estiment que près de 50 millions de tablettes ont déjà été vendues, avec une prévision supérieure à 45 millions d’unités pour 2012 : Analyst boldly predicted sales of 48 million units next year iPad. En France, les ventes ont également été très bonnes puisque l’on estime qu’1,5 million de tablettes ont été vendues dans l’hexagone en 2011.

En terme de répartition, il se vend maintenant plus de terminaux mobiles que d’ordinateurs individuels : Half of computing device sales are mobile. Pire, les consommateurs peuvent qu’elles vont à terme remplacer les ordinateurs : Tablets Will Replace Laptops, Say 46% of Americans.

Encore pire : les utilisateurs sont tellement accrocs à leur touchbook qu’ils envisagent déjà d’en acheter une seconde (Five million ‘second tablets’ to be bought in 2012). Il ne fait donc aucun doute que la forte croissance prévisible du segment des tablettes va générer de nombreuses opportunités.

Des alternatives low-cost à l’iPad

Autre facteur de croissance pour l’année à venir : l’arrivée sur le marché d’innombrables concurrents de l’iPad. Je pense bien évidément au Kindle Fire d’Amazon (Amazon à l’assaut du segment low-cost avec les nouveaux Kindle), mais il ne sera pas le seul car quasiment tous les constructeurs vont lancer leur(s) modèle(s) : Asus, Toshiba, Dell, Lenovo, NEC… on trouve même des fabricants de tablettes étanches : This Waterproof Tablet Goes For A Swim !

Même si toutes ces machines ne se valent pas en termes de performances ou de caractéristiques techniques, cette profusion va nécessairement tirer les prix vers le bas et attirer une nouvelle tranche d’utilisateurs : Quel sera l’impact des touchbooks low-cost ?.

Les pays du BRIC vont modifier la donne

Puisque l’on parle de nouvelles tranches d’utilisateurs, les relais de croissance sont également à chercher du côté des pays à fort développement comme l’Inde qui semble miser massivement sur les tablettes pour son programme éducatif (India’s tablet space heats up as $140 educational device set for launch) et pour informatiser sa population (Indian computer tablet could herald an internet revolution).

Autre zone géographique à surveiller de près : l’Afrique avec notamment la troisième itération du programme OLPC qui va proposer des tablettes à moins de 100$Crank, bicycle, and waterwheel: hands-on with the OLPC XO 3.0 tablet.

Des usages BtoB qui se développent

Le monde de l’entreprise n’est pas en reste, car il existe déjà de très nombreux domaines d’application : Quels usages pour les touchbooks en entreprise ?. Même si aujourd’hui seuls 1/3 des entreprises commencent à distribuer des tablettes (au compte-goutte), les salariés n’hésitent pas à financer eux-même l’achat d’un touchbook : Tablettes et entreprises, le duo gagnant ?.

Nous commençons également à voir des choses très intéressantes dans le domaine médical : 5 Useful iPad Apps for Doctors, Patients and Med Students.

Le marché de l’éducation en ligne de mire

Puisque l’on parle des applications médicales à destination des étudiants, cela me fait une transition vers un autre marché très juteux : l’éducation. Longtemps fantasmée par les analystes (6 Reasons Tablets Are Ready for the Classroom et Tablets Will Transform the Classroom), l’hypothèse d’un déploiement à grande échelle de tablettes dans les écoles vient de prendre une tout autre tournure avec ce que vient d’annoncer Apple : Apple’s education event, Everything you need to know.

Selon Apple, il y a déjà 1,5 million d’iPad déjà utilisé dans le monde de l’éducation et plus de 20.000 applications dédiées. Un très gros potentiel qui a convaincu la firme de Cupertino de proposer une offre dédiée à l’éducation et de :

  • Faire évoluer son format iBooks pour rendre les livres éducatifs plus attractifs (avec iBooks 2, Apple veut réinventer le manuel scolaire) ;
  • Nouer des partenariats avec les plus grands éditeurs de manuels et livres scolaires (Pearson, McGraw Hill et Houghton Mifflin Harcourt) pour proposer des prix plus attractifs (une moyenne de 15$ par ouvrage contre 70$ pour la version papier) ;
  • Lancer un environnement d’édition de livres gratuits (iBooks Author) afin d’en faciliter la rédaction et la diffusion par les enseignants eux-mêmes.

Même si l’annonce est belle, il convient de ne pas trop s’emballer, car l’iPad reste une machine très couteuse avec un environnement très fermé. Je suis ainsi persuadé que la véritable révolution dans le monde de l’éducation ne viendra qu’avec des équivalents open source. N’oublions pas non plus que des concurrents d’iBooks étaient déjà présents comme Inkling.

D’innombrables innovations encore à trouver avec les jeux, les magazines et le dual screen

J’espère vous avoir convaincu que 2012 sera définitivement l’année des tablettes. D’une part, car tous les indicateurs sont au vert ; d’autre part, car les interfaces tactiles nous réservent encore d’innombrables innovations, notamment dans trois domaines :

Si vous n’avez pas encore réfléchi à une exploitation des tablettes pour votre marque ou vos produits, il n’est pas trop tard, mais dépêchez-vous, car le train de l’innovation est lancé à pleine vitesse…

13 commentaires sur “2012 sera l’année des tablettes

  1. Les tablettes ont pu bien se vendre en 2011 car les mobiles étaient subventionnés.

    Maintenant les gens vont devoir s’offrir des Iphone au comptant.

    2012 sera l’année des tablettes OU celle des smartphones… mais pas des deux.

  2. Je ne suis pas d’accord avec ton commentaire, Luc. La vente des appareils ultraportables a été fulgurante, qu’ils soient des mobiles, des tablettes ou des ordinateurs ultra légers.

    Peut-êtres que là où vous vivez, il y a eu des incitatifs (vous parlez de subventions, je ne sais pas trop à quoi vous faites référence), mais cela n’expliquera pas tout. Les ventes partout ailleurs ont eu lieu, financées ou pas. Vous n’avez qu’à penser à la cohue en Chine pour le Iphone 4S!

    Les liste des demandes d’enfants pour els cadeaux de Noël sont aussi des indicateurs intéressants. Voila deux années consécutives ou le iPhone/iPod est en tête de liste, et ce, dans la plupart des pays de l’Occident. Cela marque un virage lourd, inévitable et bien enclenché!!

  3. @Isatruc

    Il me semble que sur ce blog on parle surtout des tendances françaises non ?

    En France on vient d’avoir un cataclysme dans les communications mobile à savoir l’arrivée de Free dans le marché.

    Ce qu’ils ont fait de principal je crois, c’est de découpler la vente d’un téléphone portable (Iphone Samsung GSII etc) du téléphone mobile.

    C’est donc la perception même de l’achat du téléphone mobile en France qui vient de changer.

    Pour résumé :

    en 2011 la perception du prix d’achat d’un téléphone mobile c’était : « Mon mobile est gratuit avec mon forfait à 45€/mois »

    en 2012 la perception du prix d’achat de ce même mobile sera « Mon mobile coute 600 ou 700€ et mon forfait par contre me coute moins cher ».

    Le prix d’une tablette en France est grosso modo 600€/700 euros.

    Donc

    En 2011 : téléphone « Gratuit » je dépense 600€ dans une tablette
    En 2012 : Téléphone à 600€ J’achète un téléphone ou une tablette, mais pas les deux.

    D’où ma prédiction sur un ralentissement des ventes des tablettes en France en 2012.

  4. @ Luc > Dans l’absolu, la pirouette tarifaire de Free ne va influer sur le capacité d’achat que d’une petite partie de la population. De plus, nous devons quand même nous attendre à des offres subventionnées chez les opérateurs (malgré Free).

  5. Bonjour,
    Bravo bel article très complet que je découvre.
    @Luc : Je ne vois pas trop le rapprochement avec les smartphones, c’est un usage différent / complémentaire.

    Smartphone -> idéal pour la mobilité ou pour dépanner
    Tablette -> idéal chez soit, l’écran est bien plus confortable

    Les gens ne vont pas surfer sur le canapé avec leur smartphone de 3/4 pouces bien longtemps (inadapté sur la durée).

    Merci pour votre analyse ;)

  6. Mais y a que moi qui me pose la question sous l’angle du prix ?

    Un smartphone + Une tablette = 1 mois de salaire.

    Maintenant que les gens vont prendre consciences du prix effectif du mobile. il vont y réfléchir à deux fois avant de payer un Iphone à Madame un SGSII au fiston et un autre Iphone à la petite dernière.

  7. @Luc, il existe des smartphones à moins de 200€, il ne faudrait pas l’oublier ! Et les premier prix baisses.
    Il existe des tablettes à moins de 400€, il ne faudrait pas l’oublier ! Et des prix diminus.
    Même avec FreeMobile, on peut acheter son téléphone à crédit. Et le prix des forfait diminus.
    … donc le secteur ne rend pas plus difficile d’acheter un smartphone (qu’on est pas obligé de changer tous les 6 mois ou 1 an…) + tablette !

  8. Article vraiment intéressant, je bookmark!!

    @Skwaloo, d’accord il y a des Smartphones et des tablettes de moins en moins cher, mais on croise aussi de plus en plus de « camelotes », et c’est pareil pour tout.

    Maintenant, entre une tablette iPad à 800 Euros et une autre d’une marque inconnu à 170 Euros, faut pas s’étonner si on obtient pas les mêmes résultats.

Laisser un commentaire