La communauté de Minecraft n’en finit plus de grossir

Souvenez-vous, en 2010 je vous parlais pour la première fois de Minecraft, un environnement virtuel environnement virtuel unique et très novateur : Minecraft = Second Life + Lego universe – 24 bits.

L’interface et l’environnement de Minecraft

Difficile de définir ce jeu tant son concept est à la fois simple et complexe, aussi je m’en remets à la définition fournie par Minecraft.fr : « un jeu de type bac à sable où le joueur est invité  à collecter un maximum ressources dans un monde de taille infinie afin de construire tout ce qu’il pourra pour survivre contre les monstres. Le monde dans lequel se déroule l’action est un monde généré aléatoirement et de taille infinie ! Il vous faudra piocher dans ces ressources pour vous construire vos premiers outils, vos armes et votre nourriture« .

Pour vous donner une idée plus précise, je vous propose également cette courte vidéo introductive :

En à peine deux ans, ce jeu (ou environnement virtuel) a réussi à fédérer une communauté de 42 millions de joueurs (résidents), dont plus de 7 millions payants. Initialement proposé sur ordinateurs, Minecraft s’est rapidement décliné sur les smartphones et les consoles. Il existe même d’innombrables applications dérivées dont des applications smartphone compagnon comme le très utile Minecraft Explorer.

L’engouement communautaire est tel, que Minecraft propose sa propre convention de fans, le Minecon, dont l’édition 2012 se déroulera à Paris les 24 et 25 novembre prochains. Il y a même un blog consacré à ce sujet : Minecon.fr.

La convention annuelle des fans de Minecraft

Mais le phénomène ne s’arrête pas là, la culture Minecraft s’exporte ainsi en dehors des frontières du jeu et notamment au New York film Festival où une équipe particulièrement créative (la Voxel Box) va venir présenter ses réalisations.

Exemple de réalisation artistique dans Minecraft

Encore plus intéressant, l’éditeur de Minecraft s’est associé avec les Nations Unies autour d’un programme de rurbanisation baptisé Block by Block : Mojang and UN presents Block by Block. L’idée est d’exploiter l’environnement de Minecraft pour aider les pouvoirs publics et les habitants de quartiers en voie de réhabilitation de villes du tiers monde comme Nairobi à se projeter dans un projet de (re)construction des quartiers.

Projet de réhabilitation d’un quartier de Nairobi avec Minecraft

Tout ça pour dire que si vous ne connaissez pas Minecraft, il n’est pas trop tard pour vous y mettre. Le but de la manoeuvre n’étant pas de jouer, mais de comprendre le phénomène communautaire et culturel autour de cet environnement.

6 commentaires sur “La communauté de Minecraft n’en finit plus de grossir

  1. C’est vrai que Minecraft est un jeu hors du commun, se basant sur ces concepts assez simples mais qui plaisent beaucoup de par l’immensité de l’univers et des possibilités. Je dis bravo à son créateur !

  2. Les applications sont multiples et sans vous pondre une thèse sur le sujet à la volée, je tiens à prolonger ce que nous explique Fred avec quelques exemples.

    C’est tout un écosystème très dynamique composé de millions joueurs, milliers de serveurs multi-joueurs, centaines de développeurs de plugins, dizaines de youtubers, etc.

    C’est bluffant de voir des mômes de seize piges :
    1. monter des serveurs de mondes virtuels supportant 50 joueurs / compter 200 Mo de ram et 200 Ko de bande passante par joueur (technique)
    2. installer un tas de plugins permettant d’attribuer des rangs et les droits qui vont avec / construire, voler, chatter, etc (codage + logique travail collaboratif)
    3. urbaniser une grande zone d’arrivée pour orienter les flux de visiteurs (ergonomie)
    4. monter un site web qui présente les règles du serveur (connaissance CMS + référencement)
    5. publication du site/serveur sur des sites dédiés à la recherche de serveur, la plupart de joueurs passent par là (RP et référencement)
    6. animation de la communauté on-line et in real life (storytelling, montage vidéo ou graphique, community management)
    7.8.9 débarquement de joueurs qui laissent libre de cours à leur imagination collective.
    10. le tout pour moins de 80 euros et du temps (quelques dizaines d’heures)

    Au delà du jeu, c’est la variété de raisons pour lesquelles les joueurs accrochent qui le rend si populaire. Ça a aussi le mérite d’éveiller cette génération à de vrais outils et disciplines importantes pour leur futur insertion professionnelle : je conseille minecraft aux djeune’s qui souhaitent apprendre en s’amusant !

  3. Dans toute cette histoire, nous n’avons toujours pas tranché pur savoir si l’on parle de joueurs ou de résidents. La plupart des réalisations que je croise ne sont pas destinée à être jouées, mais à être explorées. Existe-t-il un sondage sur le sujet joueur vs. résident ?

  4. Personellement j’ai un serveur minecraft/bukkit depuis pas mal de temps, ce qui me permet de prolonger et fidéliser la communauté des joueurs les plus anciens, pour les faire patienter avant ma prochaine sortie de jeu.

    La question des résidents est intéressante, car le renouvellement des activités et de l’intérêt dans ce jeu est assez compliquée, et c’est pour ça que la stratégie de Mojang, à base d’update régulières ajoutant des fonctionnalités importantes et pourtant anecdotiques, est la meilleure stratégie pour eux. A chaque mise a jour, cela réveille l’intérêt des anciens joueurs et les fait revenir, l’émulation fait acheter le jeu à de nouveaux joueurs.

    Cela dit pour créer et faire vivre un serveur sur le long terme, d’après moi la meilleure solution, c’est de le transformer en serveur roleplay, plein de plugins permettent ça, indépendamment, mais ça demande énormément de préconstructions (un skyrim sans rien dedans (bots et constructions) ça ne permet pas de roleplay).

    Et ça ne trompe pas car la direction que prend Mojang dans ces updates, va invariablement de plus en plus vers le préconstruit et le roleplay (villageois, économies, sorcières, attaques zombis). Et je suis certain que dans 5/8 ans, Minecraft sera l’équivalent d’un gigantesque skyrim sandbox.

    Personellement je ne monétise pas mon serveur, et le serveur est semi privé et reservé à ma communauté, parce que le coût machine/modération/administration est trop important pour être vraiment rentable pour une seule personne. Gagner de l’argent avec un serveur minecraft c’est être une équipe de 4 ou 5 personnes à temps plein, et des dizaines de dizaines de modérateurs/constructeurs bénévoles, sur plusieurs serveurs a plus de 100 slots. Rajoutons à ça un énorme travail de communication (blogs, billets, vidéos) pour faire voir son serveur.
    La concurrence parmi les gros serveurs Français est énorme en réalité, et le coût d’une inscription dessus vraiment faible. Objectivement je ne sais pas vraiment comment ils font pour vivre de ça.

Laisser un commentaire