Le XXIème siècle sera vidéo-ludique

« La vie est un jeu« . Ainsi titre le dernier hors série du très sérieux Courrier International. Un supplément particulièrement bien documenté puisque de nombreux thèmes relatifs au jeu y sont abordés : Tourisme, psychologie, éducation, recherche, santé… Que vous le reconnaissiez ou non, le jeu fait partie de notre quotidien, nous vivons dans un monde ludique.

Courrier-Int

Ceci étant dit, ce n’est pas non plus la révélation de l’année, surtout pour celles et ceux qui lisent régulièrement ce blog (cf. La gamification au service de la rétention et de la transformation publié en 2011). La ludification est ainsi une pratique de plus en plus populaire (Gamification : le jeu plus qu’un divertissement), dont on reconnaît les mérites aussi bien dans le monde de l’entreprise (La ludification, toujours plus envisagée pour améliorer le bien-être des salariés), qu’au sein des pouvoirs publics (Ludifier l’espace public pour inciter les citadins à pratiquer la ville? L’exemple par le mobilier urbain).

gamification

Pour celles et ceux qui souhaitent se documenter sur le sujet, je vous recommande vivement le dossier publié par le site du CNDP : Les jeux sérieux.

Bref, le jeu est une composante essentielle de notre vie, des Legos au Bingo, et les jeux vidéo en sont l’évolution naturelle. Le problème est que ces derniers souffrent d’une image très dégradante : personne ne prend les jeux vidéo au sérieux, alors que c’est une industrie plus puissante que celle du cinéma. Et c’est là tout le paradoxe de notre société : avec l’avènement des smartphones et tablettes, tout le monde jour, mais les annonceurs s’accrochent à des supports du siècle dernier en très nette perte de vitesse (TV, presse papier…). Il résulte de ce paradoxe des tensions de marché entre des annonceurs qui ne parviennent pas à atteindre leurs objectifs malgré des budgets investis colossaux, et des médias traditionnels qui refusent catégoriquement de se remettre en question et réclament toujours plus de subventions.

Pourtant les chiffres parlent d’eux-mêmes : les jeux vidéo sont à l’origine de succès éclairs flamboyants :

Plus que jamais, il est essentiel de comprendre l’importance du jeu dans notre société et surtout de faire évoluer les mentalités : Derrière le jeu vidéo, c’est toute notre culture ludique qui s’est transformée. Certes, les jeux vidéo qui font le plus de recettes sont ceux en rapport avec un thème guerrier (Call of Duty, Battlefield, Splinter Cell…), mais l’industrie nous a prouvé qu’elle était capable de produire de véritables oeuvres culturelles comme Bioshock Infinite, poétiques comme Ico ou Journey, ou d’incroyables plateformes de créativité et de collaboration comme Minecraft. J’ai toujours été un fervent défenseur des jeux vidéo en tant que véhicules artistiques capables de transmettre des émotions de façon bien plus efficace que les films (qui n’a jamais joué la nuit tout seul dans son canapé à Silent Hill 2 ne sait pas ce qu’est la peur…).

C’est dans ce contexte que je vous propose de lire le manifeste publié par Eric Zimmerman : The 21st Century Will Be Defined By Games. Dans ce manifeste, l’auteur explique que si le XXème siècle a été celui de l’image animée, le XXIème siècle sera celui des jeux vidéo. L’auteur fonde son argumentation sur plusieurs assertions :

  • Les jeux existent depuis l’antiquité (et même avant ça puisque le jeu de Go a été inventé en Chine bien avant l’ère chrétienne) ;
  • Tout le monde sait et a envie de jouer (l’apprentissage par le jeu est une des caractéristiques principales du cerveau des mammifères) ;
  • La technologie a donné un second souffle aux jeux (aussi bien en terme de créativité, que de réalisme, que de praticité (cf. iPadBoardGames) ;
  • Nous vivons dans une société dominée par l’information et les systèmes informatiques (ne nous voilons plus la face et arrêtons de diaboliser les écrans) ;
  • Les consommateurs sont en recherche de nouvelles formes de divertissement, qui vont au-delà de la narration linéaire (ex : un film) et proposent de l’interactivité limitée (comme le tout nouveau Beyond Two Souls) ou totale (cf. les mondes ouverts comme celui de GTA V) ;
  • Les mécaniques ludiques peuvent nous aider à résoudre des problèmes du quotidien (cf. les Scientific Discovery Games comme Foldit).

Certes, vous pourriez me dire qu’il y a aussi un revers à cette médaille, notamment les phénomènes d’addiction ou les jeux d’argent, mais le site Kotaku nous propose également des avis contrastés : Will The 21st Century Be Defined By Games?

Encore une fois, que vous le reconnaissiez ou non, les jeux vidéo sont une brique essentielle de notre quotidien, de notre économie et de notre patrimoine culturel. À partir de ce constat, il est urgent que les annonceurs prennent conscience de leur importance et surtout qu’ils fassent les arbitrages nécessaires pour en tirer parti. Je suis ainsi toujours sidéré par la disproportion démesurée entre les budgets consacrés à la publicité TV et ceux consacrés aux supports numériques. Il est grand temps de rééquilibrer ça en alignant les budgets sur le temps passé par les cibles sur chacun des supports : TV, radio, papier, web, jeux… Tout le problème est que les leviers de communication utilisés sur les supports traditionnels (répétition, posture proclamatoire…), ne fonctionnent pas sur ces nouveaux supports. Il va donc falloir passer par une phase d’apprentissage et explorer de nouvelles façons de promouvoir une marque, un produit ou un service. Les advergames ne sont qu’un début, nous avons encore un siècle pour expérimenter de nouvelles approches.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s