Ne confondez plus internet mobile et internet en situation de mobilité

Les services mobiles ont de nouveau la côte. Mais si, même le patron de Google avoue que l’avenir est dans les services mobiles. Cependant, d’autres (dont votre serviteur) restent dubitatifs. En fait, l’explication à cette divergence d’opinion vient de l’ambiguïté entre la notion de service mobile (ceux destinés à des terminaux mobiles) et services en situation de mobilité (ceux qui utilisez mais en dehors de votre lieu habituel de consultation).

Après avoir défini ce que l’on attend par services mobiles et en situation de mobilité, nous essaieront de voir en quoi la donne a changé et ce vers quoi nous nous dirigeons.

Internet mobile = WAP

Oui je sais, le WAP ça fait ringard, pas fini et ça laisse un goût de pas fini. Pour faire simple, nous dirons que les infrastructures n’étaient pas prêtes (débits trop faibles) et les terminaux trop limités (manque de puissance).

Et pourtant, nous parlons ici d’une version dégradée de l’internet avec des choix technologiques adaptés aux contraintes des infrastructures et des terminaux. Avec un oeil critique, les premiers pas du WAP ressemblaient plus à du Minitel mobile qu’à de l’internet mobile.

Le WAP est mort, vive l’XHTML !

Aujourd’hui, les infrastructures ont fortement évolué (voir à ce sujet mon précédent billet sur la 3G) et les terminaux sont de plus en plus puissants (compatibilité Java et navigateur XHTML sont maintenant des caractéristiques standards).

Même si techniquement il est possible de consulter un site web sur un téléphone portable ou un PDA (à condition qu’il soit codé en XHMTL ‘’propre »), l’affichage sur un petit écran est pus qu’inconfortable.

Internet en situation de mobilité = WiFi

Si vous n’êtes pas sur votre lieu de consultation habituel (au travail ou à la maison) vous pouvez également vous connecter à l’aide d’une connexion sans fil Wifi. Il est bien ici question de mobilité par contre, l’internet auquel vous vous connectez est le même.

Les services dont vous allez avoir besoin sont par contre complètement différents (cartographie, itinéraire, réservation d’hôtel…). Le plus intéressant dans tout ça, c’est que tous ces services peuvent être localisés à l’aide d’un principe de triangulation (à condition que vous donniez votre autorisation bien sûr).

Est-ce la fin de l’internet mobile ?

Oui, probablement. Avec la généralisation des points d’accès WiFi, les cartes 3G data et l’arrivé sur le marché de technologies comme 802.11a ou WiMax, le mythe du réseau pervasif (c’est à dire une connexion permanente) est en passe de devenir une réalité.

Dans ce contexte, proposer deux versions d’un même service / contenu (une en HTML et une en WML) semble être un non-sens. La clé réside dans la mise à disposition de services modulaires qui peuvent être exploités à la fois par des téléphones ou PDA et par des ordinateurs portables.

Le terminal : le facteur limitant

Vous l’aurez bien compris, le problème n’est plus technique mais pratique : avez-vous déjà essayez de consulter une carte sur un écran de téléphone portable ou de saisir une adresse de départ et d’arrivé ? C’est à s’arracher les cheveux et vous aurez plus vite fait de demander votre chemin.

Même s’il y a des freins économiques à la diffusion de terminaux nomades avec des périphériques d’affichage et de saisie ‘’confortables (c’est que ça coûte cher un iBook 17), je mise sur les géants de l’électronique (Sony, Samsung…) pour mettre sur le marché des solutions viables techniquement, économiquement et ergonomiquement. La PSP est un bon début, le projet d’ordinateur à 100$ du MIT en est un autre.

Conclusions

L’internet mobile n’a jamais réellement eu l’occasion de décoller en France comme ça a été le cas en Asie. Au rythme où vont les innovations, je parie que la téléphonie 3G n’aura pas non plus le temps de percer : d’ici à ce que les offres et terminaux rejoignent des niveaux de prix décents, les grandes agglomérations seront déjà bien quadrillées en points d’accès sans fil.

La clé de la mobilité réside dans la capacité d’un service ou d’un site à s’adapter à une situation de mobilité. C’est à dire à être simple et efficace quand il faut l’être. Un peu à l’image des services Yahoo! disponibles en version normale ou allégée.

Un commentaire sur “Ne confondez plus internet mobile et internet en situation de mobilité

  1. Le terminal : le facteur limitant Est-ce le seul ? Le manque d’usage aussi est un frein. Je sais c’est super bien d’avoir une carte pour trouver son chemin. Mais combien sommes nous à nous perdre en allant au travail, ou en allant chercher les enfants à l’école ? Bon un itinerant, medecin, livreur de pizza ou vrp en aspirateur sera peut être interessé si il n’a pas encore le GPS. Le WAP ou l’I-Mode n’a pas trouvé son public par manque d’usages et aussi du fait des coûts prohibitifs (pas le terminal à 1€, mais les communications grassement facturées par les opérateurs). Les terminaux évolués sont chers, les communications sont cheres, et tant que l’usage « n’en vaut pas la chandelle »… le marché risque de stagner. Un peu comme avec Internet fin des années 80 début 90.

  2. Au rythme où vont les innovations, je parie que la téléphonie 3G n’aura pas non plus le temps de percer : d’ici à ce que les offres et terminaux rejoignent des niveaux de prix décents, les grandes agglomérations seront déjà bien quadrillées en points d’accès sans fil. Les prix commencent à être accessibles. Pour cause de déménagements à répétition, mon seul accès internet se limite au forfait illimité en données chez Orange. Pour 55€ par mois, je peux me connecter de partout à un débit récent (384 kbits en théorie, un peu moins de 50 ko/s en réel). Si je m’étais engagé sur deux ans, le forfait aurait été de 50€. Quand on compare à une offre ADSL classique, c’est encore trop cher mais ca devient correct, surtout quand on ne peux pas attendre ni ouvrir une ligne FT (pour cause d’abonnement de 12 mois minimum plus les frais). Aller, je vais être honnête, la 3G ne passe pas partout et il y a pas mal de ports bloqués par Orange. Mais vu la frilosité du wifi en France, la 3G a la possibilité de se faire une place. Surtout que mon forfait comprend aussi le wifi illimité (ou comment avoir le beurre, l’argent du beurre…).

  3. WAP/XHTML : je te rejoins complétement. Le WAP est peut-être mort mais je suis bien content de l’utiliser pour checker mes emails avec l’Outlook Web Access, sur mon smartphone. L’utilisation d’un navigateur s’avère calamiteuse, pénible, chiante, … Jusqu’à présent, les terminaux n’étaient pas adaptés pour autre chose que du WAP. Parmi d’autres terminaux qui vont surement faire avancer la mobilité, on peut aussi citer les nouveaux téléphones mobiles qui embarquent un clavier AZERTY, un écran tactile large, et du Wifi 802.11g,le tout dans un boitier pas plus grand que mon Nokia. Peut-être qu’enfin l’XHTML aura son utilité dans la mobilité.

  4. En fait, il y a 1 critère très important pour valider la viabilité d’une technologie : c’est le rapport entre puissance et consommation d’énergie. L’idéal est d’avoir un terminal mobile puissant (processeur, mémoire, bande passante) mais avec une grosse autonomie (plusieurs jours). /Fred

  5. Trop classe le PDA sous Linux de chez Nokia. Visiblement la version d’OS Nokia Internet Tablet édition a fait des progrès depuis les premiers PDA sous Linux. /Fred

  6. Le Nokia 770 est plus un mini-tablet PC qu’un PDA. Il supporte la video, musique, internet, l’écriture naturelle, wi-fi, bluetooth, etc. Terrible objet à posséder chez soi.. à mon sens, ça peut jouer comme système central dans une maison, relié au réseau, en accédant aux webradios, collections photo – video, email, meteo, etc… Génial, et le prix doit avoisinner les 350€ lors de sa sortie ce trimestre !

  7. L’internet mobile est une réalité depuis plusieurs années, d’abord sur PDA, puis sur smartphones, et enfin sur PDAphones (Tréo, Qtek…). J’utilise pour ma part depuis plusieurs années ces fonctions et services, en bluetooth (PDA relié au web via un mobile bluetooth), en GPRS puis 3G, et maintenant avec le dernier Qtek qui est GPRS/EDGE et WIFI (mon test ici) et c’est une question d’habitude. Je pense que je passe à peu près 40% de mon temps connecté au web hors de mon écran de bureau, autrement dit en situation de mobilité, sur l’écran de mon smartphone. Les smartphones web ont maintenant des navigateurs proposant tous une fonction de redimensionnement automatique des pages web au format vertical, donc sans scroll horizontal (comme par exemple Small Screen Rendering de Opera for Mobiles) , et aussi des options « texte uniquement ». J’utilise également un lecteur de flux RRS pour smartphone (Feederreader) intégrant aussi la lecture de podcasts. (Et j’ai même 50 chaines de TV sur mon téléphone pour le même prix, ça dépanne toujours ;-).

  8. Oui Éric, mais on ne peut pas dire que tu es l’archétype de l’utilisateur lambda… J’irais même plus loin en disant que tu ne rentres même pas dans la case adopteur précoce, tu es encore en amont ! /Fred

  9. Ho la vache hé, il passe vachement bien mon site sur un PDA ! Est-ce que tu as essayé de lire le flux RSS qui est HTML-friendly ? Le rendu devrait être encore plus propre. /Fred

  10. Yeah ! Ca passe vachement bien. Bon et tant qu’on y est, à quoi ressemble mon flux RSS dans Pocket IE ? Mais non je rigole, loin de moi l’idée d’abuser de ton précieux temps ;-) /Fred

  11. Facteur limitant D’un point de vue utilisateur, on pourrait croire que le principal facteur qui limite le développement des services mobiles, ce sont les performances faibles des terminaux disponibles. Et si c’était autre chose ! Si la situation était bien plus

  12. WAP et XHTML En effet le WAP c’est bien terminé! Fred il ne suffit pas de coder du code propre en Xhtml. C’est l’ une des conditions!
    Mais il y a bien d’autres paramètres à tenir compte. Un code propre ne permet pas obligatoirement d’afficher sur tout type d’écrans. Par exemple pour afficher un tableau sur un écran de 120px X 200px j’ai passé plusieurs mois pour trouvé une solution. (PS: Uniquement avec des <div>. Un exemple prochainement en ligne…..)

  13. L’avenir de la 3G c’est la data, c’est pas la visio. Je pense comme Fred que le wifi risque de couper l’herbe sous les pieds des opérateurs 3G. En plus ils auront à faire face à un autre problème, c’est que les protocoles vont leur échapper. Ils seront à terme de simples fournisseurs de Mbits/s et ne pourront plus facturer le bit SMS 10 fois plus cher que le bit voix GSM comme actuellement. Avec la concurrence du wifi qui sera partout dans les villes, les gares, les aéroports et les aires d’autoroute, ils ont du soucis à se faire. Le GSM ça fait un peu penser au minitel, ce sont des solutions fermées et l’utilisateur n’est pas maître des protocoles ni des sites. On a vu avec internet, une ouverture et des nouveaux protocoles apparaître comme le p2p ou les messengers et aussi des sites persos, des blogs et des forums. L’avenir c’est l’ouverture car l’utilisateur aime la liberté d’usage. Libérons les télécoms mobiles !

  14. hello, je suis de passage en France pour qq mois. Impossible de trouver une offre raisonnable pour un acces internet 3G/GPRS pour mon laptop. Les operateurs vous verrouillent pour au moins 12 mois et en plus a des tarifs prohibitifs. En outre je me deplace beacoup et les cyber cafes sont tres rares en France et les hotspots WIFI (gratuits)trop peu nombreux. On a l’impression que tous les internautes sont visses a une adresse fixe ou ils peuvent avoir un ADSL a moins de 30 euros. En asie (Malaysie, Thailande par ex.), je paie 22 euros pour 400 heures de connexion GPRS sans engagement de duree, et la couverture GSM/GPRS est quasi totale. La France a beaucoup a apprendre des pays « emergents », car c’est elle qui est en retard sur ce creneau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s