Deviendrons-nous des sacs à puces ?

En ce moment (quoique depuis plusieurs années déjà), les futurologues sont en ébulition autour de l’informatique pervasive (c’est-à-dire accessible partout et en permanence). Après avoir spéculé ces dernières années autour de la téléphonie 3G (voir à ce sujet mon précédent billet) et des services mobiles (voir également mon autre précédent billet), je vous propose de découvrir la technologie à la mode : les puces RFID.

Ô miracle, il existe déjà quantité d’articles sur le sujet. Je vous propose donc une petite sélection de liens :

Visiblement cette petite puce que l’on encense pose quand même de gros problèmes de sécurité et de confidentialité. Ou plutôt, peut potentiellement poser de gros problèmes de sécurité et de confidentialité car jusqu’à preuve de contraire, où sont les abus qui sont décris dans ces articles ?

Certes, il existe bien des vidéos d’anticipation pour nous alarmer telle que celle-ci : The Catalogue.

TheCatalogue

 

Mais bon entre nous, il faudrait être un peu naïf pour penser qu’avec les puces RFID nous serons tous fichés et que donc sans elles, nous restons libres. Nous vous leurrez pas, vous êtes déjà fiché : N° de sécurité sociale, compte bancaire, N° de passeport, N° de carte bleue, analyse du parcours des usagers RATP avec leur pass Navigo, systèmes de lecture automatique des plaques d’immatriculation, géolocalisation des téléphones portables par triangulation… tous nos faits et gestes sont déjà traqués.

Bref, que vous soyez pour ou contre le bio-taggage, vous voici maintenant mieux informé pour aller briller dans les dîners en ville. E tsi vous êtes en forme, je vous propose même de relancer le débat autour de l’identité numérique.

Un commentaire sur “Deviendrons-nous des sacs à puces ?

  1. >tous nos faits et gestes sont déjà traqués. Ok on est fiché avec ta liste de numéro. Mais on est « suivi » que si on le veut, et avec notre accord (implicite c’est vrai). Si j’ai pas envie d’être suivi avec Navigo, je peux acheter un ticket normal. Si je ne veux pas être repéré avec le téléphone, je l’eteins (ou j’en achète pas), etc.. Quant au passeport, la carte d’identité, la carte bancaire, ça donne tout de même des informations relativement floue sur mon réèl emploi du temps, sur mes agissements. Et à chaque fois, c’est suite à une action de ma part (je donne mon passeport, je met ma carte bleue dans le distributeur, je passe un coup de fil etc…). Le problème avec RFID, c’est que tu es traqué à ton insu ! Tu ne sais pas quand tu es détécté/analysé. Les « lecteurs » peuvent se trouver n’importe où et caché. Et en plus, ces petites cochonneries de puces peuvent se planquer facilement dans les blousons, chaussures, téléphones, carte bancaire etc, sans que tu le saches. Bref, le RFID ça fait tout de même une grande différence avec le reste. On commence à attendre le summum du fichage, de la traque. La protection de la vie privée en prend un terrible coup à mon avis.

  2. tous nos faits et gestes sont déjà traqués… Est-ce une raison pour que cela continue? Dans ce cas, autorisons le clonage puisque c’est quand meme bien pratique, et les OGMs puisque que de toute facon, certaines plantes non GM sont déja contaminées.. Pour briller encore plus, le site d’un collectif grenoblois qui se prépare déja a la guerre nanotechnologique :-)

  3. Bonjour, Pour un état des lieux de la RFID, vous pouvez consulter notre Dossier de veille sur la question (en deux parties, deuxième partie à paraître sous quinzaine). Plus je creuse le sujet, plus il me paraît clair que les bouleversements potentiels sont énormes, et pas seulement en termes de droit à la vie privée.
    Bonne lecture. E. Culnaërt
    Responsable de la veille
    Aquitaine Europe Communication

Laisser un commentaire