Pour ou contre les liens d’évitement ?

Non rassurez-vous, je ne suis pas en train de vous parler des liens Skip intro des animations Flash, mais plutôt des raccourcis en haut de page qui permettent de sauter la navigation et d’accéder directement au contenu.

Plusieurs articles viennent de paraîtrent sur le sujet :

Les avis des différents auteurs de ces articles sont plutôt partagés. J’ai fait le choix de ne plus en mettre sur mon site pour une simple et bonne raison : le titre du site est censé être le premier élément de la page (et du code source). Ce titre, même s’il est placé dans des balises <h1>, obtiendra un moins bon score de référencement s’il est précédé par des liens d’évitement.

Et vous, comment faites-vous ? Est-il possible d’avoir l’avis objectif de pros du référencement et de l’accessibilité ?

Un commentaire sur “Pour ou contre les liens d’évitement ?

  1. Concernant le référencement ça ne change pas grand chose, si ce n’est rien. Ce n’est pas parce que un <h1> descend d’une ligne que le positionnement devrait en être bouleversé. Et la démarche la plus pertinente me semble d’abord de structurer le contenu pour l’utilisateur tout en ayant en tête le référencement, plutôt que de construire une page pour son référencement en pensant ensuite à l’utilisateur. Au niveau accessibilité, ils sont conseillés, et même pour un valide ils peuvent être utiles par ex sur de très faibles résolutions. Je n’ai pas vraiment d’avis tranché sur la question, il faut que je creuse davantage.

  2. Moi si je devais faire une choix, je mettrai en second le référencement. C’est aux moteurs de recherche de s’adapter. Sinon, l’idéal serait qu’il y ai une sorte de convention pour aller directement vers le contenu, menu etc. Des gens ont essayé de faire une liste de raccourcis clavier. Je sais pas si les gens qui naviguent en texte ont un clavier spécial. Par exemple des touches « menu », « contenu », etc.

  3. Et bien Fred, sur le coup je suis un peu déçu par ton argument googlesque… D’autant que : – la différence doit être extrêmement proche de 0 – pour une accroche « simplifions l’internet » , c’est bof comme réaction…

  4. Ne soyez pas déçu, mon argumentation n’est pas seulement Googlesque, elle tient égalemnet compte de ce l’on vous enseigne dans des formations à l’accessibilité. Il me semble que cette règle du <h1> comme premier élément de la page est une des règles qui était enseignée par Accessiweb. Depuis, ils ont revu leur position et préconisent l’insertion de liens d’évitement en haut de page, sans trop préciser l’impact que cela peut avoir. Mais bon, je serais tenté de vous dire : est-ce qu’il vaut mieux avoir une page qui n’est pas accessible avec des liens d’évitement ou une page parfaitement accessible sans liens d’évitement ? /Fred

  5. Si l’on souhaite respecter la sémantique d’une page (et c’est mon choix), le titre de la page (et la balise <h1> qui va avec) doivent être les premiers ééments du code source. Quelle est la position du W3C (et du WAI) à ce sujet ? /Fred

  6. L’élément <title> est déjà un titre et cet élément est obligatoire pour tout document html. Par contre pour les <hn>, je n’ai jamais rien vu indiquant qu’ils devaient être en 1er dans le code. Les specs disent juste que les titres <hn> « décrivent le sujet des sections qu’ils introduisent ».

  7. Bonjour à tous, C’est beau l’anglais dommage que ce ne soit pas accessible à tout le monde :-( Sinon, si la balise Link était supportée par plus de navigateurs, peut être que la question ne se poserait pas et que ces liens pourraient en faire partie? Jaws et lynx la prennent bien en compte. Je ne connais pas l’impact sur le referencement mais cela simplifierait peut être certaines choses non?

    
    
  8. Peut-être que le fait de regrouper dans un div (title= »navigation ») les liens d’évitement puis dans un autre div (title= »titre du doc ») le contenu de la page offre une solution sémantique acceptable qui ne nuise pas trop au positionnement. Pour le reste je suis d’accord avec mes camarades : c’est bien aux moteurs de s’adapter…

  9. Bonjour, La première chose que lit une synthèse vocale, c’est le contenu de l’élément title et pas celui de h1. C’est donc lui qu’il faut soigner pour que l’internaute sache sur quel site il se trouve, qu’il ait une idée du contenu qu’il va trouver sur la page. Du point de vue de l’accessibilité, un titre h1 tout seul n’apporte pas grand chose si la page est un peu longue et complexe. Ce qui est important c’est l’utilisation bien hiérarchisée des éléments hn, la plupart des aides techniques permettent de se déplacer d’un élément à l’autre. Je considère les liens d’évitement (que je préfère appeler liens d’accès direct) comme indispensables si la page est longue. Mais comme y figure généralement aussi un lien vers la page « politique d’accessibilité » et vers le formulaire de recherche, je les considère comme indispensables dans tous les cas.Je ne suis pas d’avis non plus de les cacher : ils peuvent être utiles aussi aux voyants, ceux qui naviguent au clavier par exemple. Amicalement,Monique

  10. Pour l’accessibilité, ces liens sont indispensables. Comme d’autres l’ont dit, on ne doit pas faire de sites web pour un agent-utilisateur spécifique, qu’il soit un navigateur ou encore un moteur de recherche. Le WAI est en perpétuelle réflexion sur le sujet (en attente des WCAG 2.0 ;), il est donc simple de suivre leurs recommandations, et rien n’empêche l’utilisation de ce type de liens avant le contenu de la page (menu, éditorial, etc.). Au contraire. Pour le référencement, cela se traduit par des liens avec des ancres, donc pas forcément utile. Par ailleurs, pour une bonne pratique, il suffit de regarder le site du w3c :p.

  11. Comme dit plus haut, les skip links n’ont de réel intérêt que pour des pages dotées de beaucoup de contenu et, cela va sans dire mais encore mieux en le disant, correctement structurées. C’est une aide à la navigation qui peut être précieuse dans certains cas, inutile dans d’autres… Pour ce qui est de savoir s’ils sont préjudiciables à son référencement : no comment !

  12. <h1/> : <h2 style= »display: none; »/>
    <liens d' »évitement » style= »display: none; »/>
    <menu(s) de navigation/>
    <h2/>
    etc. (corps contenu)
    <liens d' »évitement » style= »display: none; »/> Avec des raccourcis claviers exposés sur une page.

  13. Bertrand, Je ne voudrais pas rentré dans un débat d’expert, mais il me semble que tout ce qui est mis dans un container avec un propriété display:none n’est pas considéré comme accessible, car certains lecteurs d’écran peuvent interpréter les CSS. Donc le mieux est encore de jouer sur la couleur de ces liens pour les camoufler dans le fond. /Fred

  14. @Fred : « Je ne voudrais pas rentré dans un débat d’expert, mais il me semble que tout ce qui est mis dans un container avec un propriété display:none n’est pas considéré comme accessible, car certains lecteurs d’écran peuvent interpréter les CSS » > En effet, il est maintenant reconnu que « display: none » est plus nuisible qu’autre chose. Il est a éviter absolument : http://blog.alsacreations.com/2006/01/29/220-remplacement-dimages-halte-au-display-none

  15. Fred C : « Donc le mieux est encore de jouer sur la couleur de ces liens pour les camoufler dans le fond. » Heu, pour le coup on risque de se faire « blacklister » par les moteur de recherche non ?

  16. En supposant que le h1 change sur chacune des pages puisqu’il est censé décrire le contenu principal de chaque page, l’impact de la présence ou pas de ces liens d’évitement sera trés faible, voire quasi nulle sur le positionnement de ces mêmes pages. Ces liens dits d’évitement sont par nécessité présents sur chacune des pages du site et sont, pour le coup, complétement dévalorisés par des moteurs comme Google. A l’image d’un menu, ces liens seront flaggés comme fonctionnel par notre ami Googlebot, et ainsi seront moins valorisés qu’un lien bien contextualisé à l’intérieur d’un article par exemple.

Laisser un commentaire