Quels indicateurs-clés pour un site de contenu

Quels peuvent être les bons indicateurs-clés de performance (KPI comme disent les anglophones) pour mesurer la performance d’un site de contenu ? C’est à cette question que tente de répondre Jody Nimetz sur le site Web Pro News : Key Performance Indicators For Content Based Sites.

Car, autant il est simple de définir des indicateurs-clés de performance pour les sites marchands (taux de transformation, panier moyen…), autant c’est tout de suite moins évident pour les sites de contenu.

L’auteur recommande avant toute chose de bien définir la nature et l’objectif de votre site :

  • Site de contenu (de type portail) ;
  • Génération de contacts qualifiés ;
  • Vente en ligne ;
  • Service et support…

Il préconise ensuite une liste d’indicateurs pour les sites à vocation de contenu :

  • Taux d’inscription (newsletter ou flux RSS) ;
  • Taux d’annulation ;
  • Durée de visite ;
  • Nombre de pages vues ;
  • Part des utilisateurs réguliers ;
  • Nombre de visites par mois…

Cette liste me semble plein de bon sens. Et vous, vous utilisez d’autres indicateurs ?

Un commentaire sur “Quels indicateurs-clés pour un site de contenu

  1. Les citations peut-être ? Qu’il s’agisse des liens « classiques » ou ceux de la blogosphère ? Ou l’activité sur le site, comme le nombre de commentaires, d’utilisateurs des forums… ?

  2. Plein de bon sens mais un peu confus dans la démarche. Peut-on dire que la vocation d’un site est le contenu ? Bien sur que non la vocation du site c’est diminuer les coûts de communication des publication technique, c’est démontrer sa compétence, ou … Qu’elle sera la lecture d’un critère ‘temps de lecture’, faudra-t-il dire ‘super le visiteur passe 2 heure sur mon site’ et raisonner en part d’audience (c’est peut-être valable pour un portail vivant de la pub), ou se dire ‘mince il faut deux heures pour trouver l’info sur mon site diffusant des docs’ et se dire que l’ergonomie est à penser ?

  3. D’après moi, les indicateurs de performance d’un site de contenu ne doivent surtout pas se résumer au site lui-même. Cela donne une vision « web-centric » :) qui ne permet pas de dégager le vrai ROI des contenus et réduit les portails de contenus au mieux à des centres de support au pire à des centres de coûts pour l’entreprise ! Les indicateurs de performance d’un site de contenu doivent être directement liés à des objectifs de l’entreprise. Cette démarche de ROI des sites des contenus permet de dimensionner ses investissements web en fonction des retours attendus et surtout de faire évoluer son site dans le temps avec des moyens sur la base de bons indicateurs. exemple : un directeur de la communication décide la refonte de son site portail corporate, a priori cette iniative n’est qu’un poste de dépense pour son directeur général. Pourtant si l’on fixe des objectifs clairs et mesurable au site, ce dernier peut être très vite perçu comme un poste d’économie, voir de profit. En pratique il peut mesurer par exemple : – la baisse des appels au standard téléphonique pour des informations généralistes grâce a l’exhaustivité des informations sur le site (contenu, alerte mail, rss,newsletter) = économie directe de temps passer à répondre au téléphone – la baisse des coûts de traitements des tâches administratives de l’entreprise grâce à la dématerialisation de certaines procédures : consultation des infos en ligne, téléchargement de la documentation en pdf, inscription en ligne à des événements etc = économie directe sur affranchissement, gestion du courrier, impression des documentations…. – la compétitivité des actions de communication en ligne par rapport aux actions médias traditionnelles.Un petit site événementiel, un jeu en ligne ou un didacticiel de vulgarisation d’une information seront souvent plus efficaces et moins coûteux que des actions sur d’autres medias (TV, print, affichage, RP…)= economie directe sur plan média et ROI publicitaire en hausse. – la mesure de l’efficacité de redirection des contenus « gratuits » vers des services et contenus payant. Même s’il est parfois difficile de savoir de quel canal de communication ou de quelle action marketing provient un prospect. On peut prévoir des indicateurs off et on-line pour mesurer l’efficacité d’un site de contenu dans le business model de l’entreprise (analyse statistique, enquête quantitative…) Un site de contenu s’il a été pensé pour ses visiteurs et avec des objectifs de ROI « orienté entreprise » peut être plus rentable qu’un site e-commerce ! Encore faut-il pouvoir relier le web au reste de l’entreprise avec une vision e-business et ça c’est une autre histoire… à lire ici par exemple : Communication d’entreprise : au secours, le Web mélange tout.

  4. Il y a un indicateur intéressant c’est le taux de rétention (retention rate) qui indique d’un mois sur l’autre, les internautes qui reviennent sur le site, donc d’une certaine manière leur « loyauté ». C’est ainsi que MySpace a un taux (record) de 67% d’avril 2006 par rapport à mars. Après, tout dépend qui produit le contenu, si c’est un site participatif ou non. Sur widiwici par exemple, on mesure l’activité des membres : nombre de « défis » réalisés, nombre de photos et videos postées, commentaires, notes de blog, etc… Sur un site de contenu traditionnel, on a recours à toute les infos liées à la connexion elle-même.

Laisser un commentaire