Des révélations sur Netvibes

J’ai participé hier avec Tariq Krim à une conférence organisée par le Club des anciens de Centrale. Cette conférence en Ping Pong avec le patron de Netvibes, a été l’occasion pour moi de redécouvrir ce service. Redécouvrir car je l’avais testé dès sa sortie sans réellement y accorder plus d’importance par la suite. Grave erreur, car contrairement à ce que laisse penser son interface, l’offre évolue et dans le bon sens.

Lors de cette conférence, Tariq a ainsi fait le point sur la situation actuelle et les usages de Netvibes :

  • entre 7 et 8 millions d’utilisateurs actifs ;
  • 1/3 des utilisateurs se connecte 1 heure par jour, près de 10% sont connectés en permanence ;
  • 30% de parts de marché des lecteurs de flux RSS en Europe (48% pour ce blog) ;
  • compatibilité assurée avec les modules de Google ;
  • des modules marchands opérationnels (comme ceux de Box ou d’Ebay) qui permettent de faire des transactions directement dans votre page ;
  • des utilisateurs qui exploitent Netvibes et sa capacité à lire les flux RSS pour en faire un tableau de bord qui leur permet de scruter l’actualité, contrairement aux infovores comme moi qui utilisent d’autres types d’outils (comme Bloglines ou Google Reader) pour consommer de l’information en mode industriel ;
  • la faiblesse apparente du service, c’est à dire la possibilité de l’utiliser sans créer de compte, en fait un avantage concurrentiel décisif car cela permet de convertir des utilisateur craintifs ;
  • Netvibes est une alternative aux moteurs de widget (comme Yahoo! Desktop et Google Desktop) pour les utilisateurs qui ne possèdent pas les droits sur leur ordinateur professionnel pour pouvoir installer ces logiciels ;
  • un modèle économique qui repose sur de l’affiliation non-intrusive (l’utilisateur n’est exposé à des offres qu’aux moments les plus opportuns) par opposition aux modèles de rémunérations basés sur les bannières ou les liens sponsorisés.

Comme il était en grande forme, notre Tariq national en a également profité pour faire quelques révélations sur les nouveautés du service :

  • toujours plus de modules compatibles et de modules marchands ;
  • une meilleur compatibilité avec les dernières versions des navigateurs (Firefox 2, IE 7, Opera 9…) ;
  • une version mobile quasi-finalisée (avec une phase de beta-test privée à laquelle j’aimerais bien participer !) ;
  • une version Wii opérationnelle (mais où se sont-ils procuré une Wii ?) ;
  • plus d’interactivité entre les modules avec la capacité d’un module à en ouvrir un autre et à échanger de l’information ;
  • des modules collaboratifs qui autorisent la consultation et l’édition simultanée.

Tariq nous a enfin éclairé sur les futurs défis qu’il souhaite relever :

  • intégrer des modules plus complexes comme la consultation de comptes bancaires ou de factures ;
  • exploiter des protocoles standards d’authentification pour faire du SSO (avec notamment OpenID) ;
  • sémantiser les modules et l’information qui circule (ils ont pour cela recruté un nouveau directeur technique des plus prestigieux).

Voilà, ça fait beaucoup de chantiers passionnants à mener et en tout cas une bien belle aventure pour cette start-up française dont les américains sont envieux. Je persiste par contre à dire que si ce service souhaite conquérir un public plus large, il devra proposer des fonctionnalités plus tournée vers les novices comme une visite guidée ou un assistant à la création ainsi que des onglets thématiques génériques dont j’avais déjà parlé dans un précédent billet (Netvibes 2.0 ?).

Je vais conclure en citant une phrase qui m’a bien amusé : Netvibes, c’est la Suisse du web 2.0 (pour illustrer sa neutralité et le respect de la confidentialité).

Un commentaire sur “Des révélations sur Netvibes

  1. Netvibes, c’est très certainement un bel outil, mais quant au succès public, j’en doute un peu. Allons voir sur google trends (moins facilement manipulable que Alexa) : http://www.google.com/trends?q=netvibes%2C+rueducommerce%2C+mistergooddeal&ctab=0&geo=all&date=all Netvibes, c’est donc au niveau mondial trois fois moins de requetes sur google que rueducommerce ou mistergooddeal, qui sont pourtant uniquement situés en France. Ne pensez-vous pas que 7 à 8 millions de visiteurs uniques, c’est du grand n’importe quoi ?

  2. Pas forcément, car ils ne s’agit pas de visiteurs uniques mais d’utilisateurs. En fait chacune des visites sur Netvibes correspond à x visites sur les sites / fonctionnalités agrégés (en fonction du nombre de module). Donc une visite sur Netvibes est beaucoup plus efficace en terme d’exposition à de l’information / une fonctionnalité / une offre. /Fred

  3. David > Google trends n’est clairement pas un outil qu’il faut utiliser pour obtenir un aperçu du nombre d’utilisateurs de Netvibes. Nous ne sommes pas du tout sur le même modèle que le ecommerce : Un utilisateur de Netvibes en fait sa page de démarrage, il n’a donc pas besoin de requête dans Google pour y retourner. Au niveau du nombre de pages vues, là aussi, il y a une énorme différence car comme vous le savez Netvibes c’est UNE page alors que pour trouver les baladeurs MP3 sur Rueducommerce il faut passer 5 pages et pour consulter toutes la gamme, il faut encore passer une cinquantaine de pages. Netvibes n’est pas un site basé sur un modèle consultatif mais productif. Une très grande partie de nos utilisateurs ne ferment jamais leur page. S’il existait un outil mesurant l’audience d’un site basé sur le temps passé par l’internaute sur une page, nous serions certainement en première position. Fred > merci pour ce petit résumé ;-)

  4. comparer les requettes faites sur google entre RDC et netvibes ca n’a pas de sens, l’un vend des produits a des prix negocies (donc base d utilisateurs = toute la france au minimum avec un interet clairement identifié, alors que netvibes est une application online, un outil qui permet d agreger en une page des flux RSS….. je trouve donc que ca n a pas de sens ou alors compare les données de ces 2 sites dans leur premiere annee de lancement pour voir leur vitesse d’adoption par le gd public (meme si ca n a pas de sens puisque les usages n ‘etaient pas les memes, le nbr d internautes non plus lorsque RDC s’est lancé) non moi je crois qu il faut bien voir qu il y a la moitie des internautes utilisant netvibes qui sont bases aux states…ce qui en fait tout de meme un service relativement connu par la bas; et ils ont tout de meme identifie ce site comme etant un des porte etendards du 2.0 (nous devons leur reconnaitre cette capacite a identifier les meilleurs services du web en general et cela bien en avance par rapport a nous europeens) enfin fred pour ce qui est des services que NV devrait proposer, je suis assez d accord sur le fait que pour un non initie cela semble peut etre un peu complique pr l instant….

  5. Utilisateur de Netvibes depuis plus d’un an, je ne m’en passe plus! J’ai tenté de passer à Google Reader vu le bien que tu en as, mais j’ai vite laissé tombé, Netvibes apporte bien plus que la lecture de Flux. J’attend la consultation des comptes, ainsi que la version mobile avec impatience! Dommage qu’on ne peut pas savoir le pourcentages des utilisateurs grand public, non geek. Une sorte de « Netvibes Co-op » (comme Google Co-op) pourrait peut être amener un plus grand nombre d’utilisateurs? Cela pourrai permettre de toucher des marchés de niche. A noter, l’ouverture d’une beta du nouveau site du PS : http://beta.parti-socialiste.fr/

  6. Netvibes (que j’utilise pas mal) c’est aussi une interface facile d’accès, pas trop moche et avec des performances acceptables. Pour autant je pense que pour faire vraiment un bureau virtuel l’interface doit aller plus loin comme Yourminis par exemple qui est assez beau (mais en flash: a priori énervant mais pour un portail sans réelle navigation c’est parfait) mais pas aussi mûr.

  7. Netvibes est mon outil quotidien et j’avoue avoir du mal à m’en penser. Aucun autre service de ce type ne m’a convaincu (Google Reader, Bloglines, Webwag (berk), PageFlakes). Netvibes a ce petit truc en plus, en somme. Merci pour ce post, toutefois je trouve que les révélations ne sont pas toutes intéressantes (support de la wii, par exemple, bien que l’effort soit louable). Personnellement je souhaiterais qu’ils mettent des features sur la gestion des abonnements RSS (un « vrai » gestionnaire de flux, par exemple, qui manque cruellement), un visualisation des billets de chaque flux « à la PageFlakes », c’est à dire avec la possibilité de voir le site directement dans la fenêtre de lecture, etc… En tout cas, longue vie à Netvibes.

  8. Juste une remarque d’une « non geek » ! Utilisatrice lambda par excellence, je ne me passe plus de Netvibes depuis 1 an environ. Découvert lors d’une formation (blog, wiki, rss,etc.), j’avoue avoir essayé simultanément Blogline et Netvibes. J’ai tout de suite préféré Netvibes car je l’ai trouvé très simple et clair !

  9. Netvibes c’est top et super simple ! C’est mon tableau de bord pro et perso indispensable. En tant qu’utilisatrice basique, je regrette juste que l’outil soit prévu pour des flux : certains sites n’ont encore pas de flux RSS (ou bien ce n’est pas justifié) j’aimerais mettre un simple lien vers ces sites que j’utilise sans cesse sans passer par des modules delicious etc. Il doit forcément y avoir moyen mais je n’ai pas encore trouvé.

  10. Effectivement, de nombreux blogs sous Blogger ne disposent pas d’un bouton RSS alors qu’ils bien un flux (il faut fouiller dans le code source pour trouver l’URL). Peut-être serait-il intéressant de faire de la découverte du flux à partir de l’URL de base d’un blog, non ? /Fred

  11. La compatibilité avec les modules Google n’est pas encore en service en revanche (à ce que j’ai cru voir c’est pour bientôt). Je pense que ça c’est vraiment un gros plus. Pour le RSS j’avoue que je suis étonné. googleReader est vraiment bien, j’ai des petits soucis avec une fonctionnalité avec Delicio mais c’est anecdotique. Du coup j’ai intégré googleReader à netvibes.

  12. une version mobile quasi-finalisée (avec une phase de beta-test privée à laquelle j’aimerais bien participer !) ; Je suis aussi vivement intéressé en tant que gros utilisateur de Netvibes :-)

  13. ropib : La compatibilité avec les modules Google n’est pas encore en ligne, en effet. Cependant, la fonctionnalité existe comme on peut le voir sur

    . Fred C : Netvibes permet déjà de faire de l’autodécouverte de flux RSS. Il suffit de coller l’url du blog (qui contient le lien d’autodécouverte) au lieu de l’url du flux RSS. Les utilisateurs de Firefox ont également à disposition une extension ( http://eco.netvibes.com/tools/ ) permettant de détecter les flux et de les ajouter, en un clic, à Netvibes.

  14. J’utilise Netvibes comme tableau de bord depuis plusieurs mois, je suis donc connecté en permanence pour lire mes flux, mes email pop3, accès à mes favoris, modules de traduction…c’est un outil de travail merveilleux et c’est selon moi une des meilleures réussites du Web 2.0….j’en suis fou amoureux… Je signalerai juste un petit défaut auquel j’ai été confronté il y a peu de temps: Netvibes gère un seule instance du module natif des favoris, ce qui veut dire que si j’active le module de favoris sur l’onglet d’accueil et lui assigne mes bookmarks préférés, il n’est pas possible de créer une nouvelle instance au sein d’un autre onglet et de lui assigner d’autres favoris (en relation avec l’onglet)…en activant le module dans un nouvel onglet, il se configure automatiquement avec les favoris de originaux de l’accueil…. En résumé, il serait intéressant de pouvoir définir nos favoris de façon propre et personnalisée à chaque onglet…

  15. Pour répondre à David (1er commentaire) : je crois fondamentalement au succès public des pages personnalisables telles que Netvibes. Ca mettra du temps peut-être mais quand le grand public aura compris l’intérêt, la facilité et le confort de centraliser l’information de ses sites préférés sur une seule et même page plutôt que d’aller surfer à tout va, quand il aura pigé le mécanisme des flux RSS (qui est super simple mais dont le vocabulaire est rebutant – « RSS », « flux », « fils », « agrégateur », quel charabia pour un novice), bref, quand il aura compris comment cet outil peut lui faciliter la vie, simplement en le mettant comme page d’accueil de son navigateur, alors ce sera le début du succès. Il reste moult pédagogie à faire, mais les révolutions ne se sont pas faites en un jour…

  16. Etant passionné de jeux vidéo, j’ai tilté là-dessus : « une version Wii opérationnelle », mais ça veut dire quoi au juste ?

Laisser un commentaire