Après le P2P, le M2M ?

En fouillant dans le catalogue d’applications de l’iPhone je suis tombé sur une version iPhone de l’interface d’administration web de µTorrent, de même que sur un projet de client BitTorrent pour Android.

utorrent_iphone

 

Est-ce bien raisonnable ? Comment doit-on appeler ça : mobile P2P ? P2P2M ? M2M ?

Comme le sujet me tracassait, j’ai poussé un peu plus loin mes investigations et je me suis rendu compte que l’usage de technologies P2P sur des terminaux mobiles n’est pas de la science-fiction, bien au contraire !

Je suis ainsi tombé sur cette étude d’un laboratoire de recherche finlandais : Mobile P2P – Creating a mobile file-sharing environment (fichier PDF). Il y est question d’avoir recours aux MMS pour faire passé les portions de fichier d’un mobile à un autre.

Il y est également question d’un projet très sérieux mené par Sun qui s’appelle JXTA : « a set of open, generalized peer-to-peer protocols that allows any connected device on the network to communicate and collaborate« .

Mais Sun n’est pas le seul industriel à s’intéresser à ce sujet puisque Nokia plancherait aussi sur la question : P2P filesharing on mobile phones?

Et figurez-vous qu’il y a aussi d’autres projets universitaires et notamment celui-ci qui est sponsorisé par Siemens : An Architecture Concept for Mobile P2P File Sharing Services (fichier PDF).

Au-delà de ces projets de recherche, il existe enfin des applications plus concrètes :

peerbox-s60-1

peerbox-s60-2

peerbox-s60-3

Bref, tout ça me parait très intéressant, mais je n’ai pas encore vu d’expérimentations concernant la vidéo : une sorte de Joost en version mobile qui résoudrait les problèmes de bande passante limitée des réseaux mobiles. A moins que vous ayez des pistes à me fournir…

17 réflexions sur “Après le P2P, le M2M ?

  1. Sans oublier la société pleex qui propose un partage par bluetooth moins coûteux.
    la partage M2M peut coûter cher en communication. Est ce que ce n’est pas le moment pour les majors, de se payer sur le cout total de la communication en P2P?

    J'aime

  2. Ce qui est intéressant en effet c’est d’utiliser les fonctionnalités de communication hors réseau téléphonique des opérateurs, que contiennent de plus en plus de terminaux, comme le wifi ou le bluetooth.

    Mobiluck n’était-il ainsi pas le premier réseau social mobile (français) en P2P ?
    Mais vu la masse critique nécessaire d’utilisateurs, la portée du bluetooth, et les forfaits data acessibles, ils passent maintenant par le réseau téléphonique mobile.

    Via le réseau, et sous windows mobile, j’avais testé un client edonkey Mobiphant http://www-info3.informatik.uni-wuerzburg.de/staff/mopi/mopiphant.shtml qui ne marchait pas si mal, et il y a un sous-projet chez eMule: http://mobil.emule-project.net


    Emmanuel (qui cherche une invit’ pour leweb3 ;-)

    J'aime

  3. L’interface de utorrent présentée en début n’est là que pour administrer les téléchargements (pas forcément illégaux par ailleurs) inscrits dans utorrent d’un ordinateur connecté.

    Fut un temps également, où l’échange entre plusieurs appareils Zune était abordé.
    Nul doute que ces éléments de communication ayant de plus en plus de moyen pour communiquer sans limite (Bluetooth, Wifi et réseau mobile…) l’intérêt des échanges va intervenir, et avec ça toutes les complications que ça peut apporter en termes de sécurité notamment. Même si ces technologies intègrent une sécurité plutôt efficace d’association mutuelle (pairing), on a déjà pu remarquer des failles dans les implémentations.
    Donc l’ère de l’échange que tu qualifies M2M va éventuellement arriver et elle impliquera bien plus de changement qu’on l’imagine.
    Bonne continuation !

    J'aime

  4. Et cette profusion d’initiatives P2P mobile est une telle realite, que tous les operateurs blindent leurs contrats en cette période de fin d’annee (et de pseudos formules illimitées) pour éviter que tous les geeks de France ne mettent à mal leurs Illimythics et autres forfaits iPhone en « Peer-to-peerant » à tout va …

    C’est en general un bon indicateur de l’émergence d’une techno, lorsque les grands acteurs du marché s’en protègent (essaient de s’en protéger ?) …

    J'aime

  5. Amusant, j’ai lu il y a pas longtemps un article qui faisait l’analogie entre le p2p mobile et les methodes de communication des insectes (faut que je retrouve l’article). C’est loin (tres) loin d’etre simple, mais très prometteur.

    J'aime

  6. Mais ça doit coûter la peau du bottom et être laborieux non ? Télécharger en M2M un fichier de 700MB à 10kb/s comme on le voit sur la capture ? µTorrent, met un temps estimé d’une journée avec 67 seeders. Faudrait comparer avec Azureus sur PC mais j’ai l’impression que c’est très optimiste.

    En tout cas, si ça se développe (pourvu que), faudra revoir les capacités de stockage de bon nombre de smartphones.

    J'aime

  7. L’iPhone s’offre presque 0.1% du trafic Internet mondial. 05 décembre 2007
    internet, Téléphones cellulaires, Smartphones
    La navigation sur Internet via iPhone représente actuellement 0.09 % du total du trafic. 5 mois seulement après sa mise en circulation 1 page sur 1000 visitée sur le Net se fait via un iPhone. A titre de comparaison, l’ensemble des systèmes Windows Mobile ne représente que 66% du total de l’iPhone…[CW]

    => Le peer to peer mobile ne va arranger les choses ;-))

    J'aime

  8. Vous vous égarez là je pense. Le M2M (Machine to Machine) n’a pas grand chose à voir avec le P2P. Cela existe depuis que les mobiles sont équipés de modems (filaire ou bluetooth) soit depuis plus de 10 ans maintenant. Mais les offres françaises adaptées à ce genre d’usage ne sont apparues qu’en 2005 pour Orange et cette année pour les 2 autres je crois.

    Le M2M est appelé à un grand avenir car il permet, à moindre coût, de communiquer (en données) avec des machines éparpillées sur la planète entière sans nécessité de les raccorder filairement à un réseau existant. Applications visées : télécontrôle, télésurveillance, etc.
    Maintenant rien n’interdit d’utiliser les 3 lettres M2M pour parler de communication de proximité entre mobile mais ce n’est pas l’usage initial, c’est du marketing, et cela va ‘achement troubler l’utilisateur final (comme tout marketing). Pourquoi ne pas parler de M2M depuis que la télégraphie existe à ce moment là ?

    Le P2P mobile, quant à lui, s’appuie, non pas sur le réseau de l’opérateur mais sur la relation de proximité que peuvent nouer des utilisateurs de mobiles relativement proche géographiquement (situés à moins de 10 mètres l’un de l’autre en fait) : via bluetooth essentiellement.
    Il est ainsi possible de développer de nouvelles applications : constitution de communautés à la volée ou jeux (aspect ludique), relais d’appel (aspect plus utile), etc.
    db

    J'aime

  9. Cher Fred, merci pour cette enquête loin de notre contrée héxagonale.

    Quand on cherche bien, il y a même des projets en France, si si!!! Certains sont financés (ANR, etc.), d’autres pas (…). A ton avis lesquels sont les plus intéressants hein?

    Puis, il y a un truc dernière la question de connecter n’importe quoi avec n’importe quoi en P2P (NIQ2NIQ), c’est la question de la structuration des données entre les pairs. Pour sortir de l’échange boutonneux de vidéos niaises et de Mp3 de Johnny, il faudra en passer par là.

    Là encore, il y a quelques projets intéressants en France, pas financés évidemment. Mais en cherchant bien on les trouve!

    J'aime

  10. Le P2Pm va en effet être très sympa mais bon, faudrait déjà avoir un peu plus d’espace flash sur nos mobiles et avoir le réseau qui va bien (genre 3G+); le tout sur un terminal capable de communiquer librement, donc pas vraiment iphone…

    Au fait, les screens de µTorrent ne sont en fait qu’une interface de contrôle via un mini serveur http installé sur l’ordi qui, lui, est réellement relié au réseau bittorrent.

    Et ça, ça n’est pas réellement nouveau.

    Quant au M2M, je crois qu’il faut réserver cet acronyme pour les liaisons bluetooth, wifi, wimax, pour le WLAN en gros.

    J'aime

  11. Mobiluck n’était-il ainsi pas le premier réseau social mobile (français) en P2P ?
    Mais vu la masse critique nécessaire d’utilisateurs, la portée du bluetooth, et les forfaits data acessibles, ils passent maintenant par le réseau téléphonique mobile

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s