Compte-rendu Webcom Montréal 2008

Démarrage ultra-matinal (à 7 H 30, gloups !) pour l’édition 2008 de Webcom. Beaucoup de monde et des cycles de conférences répartis en trois pistes (Marketing 2.0, Entreprise 2.0 et Solution 2.0). Normalement les vidéos devraient être en ligne d’ici la semaine prochaine.

Entreprise 2.0: The State of an Art

Conférence très attendu d’Andrew McAfee :

  • Beaucoup de scepticisme vis à vis du tout « 2.0 » et des outils miracles ;
  • C’est en consultant Wikipedia que l’idée de l’entreprise 2.0 a germée ;
  • L’entreprise 2.0 concerne avant tout les usages (pas les outils) ;
  • Tout le monde peut bénéficier des pratiques 2.0, la communauté de l’US Intelligence est un très bon client de l’entreprise 2.0 ;
  • Il existe de outils qui fonctionnent mieux en fonction de l’éloignement social (les wikis pour les « strong ties », les réseaux sociaux pour les « weak ties », les blogs pour les « potential ties », les marchés de prédiction pour les « no ties ») en référence à l’article sur « The strength of weak ties » ;
  • Bon exemple d’intranet 2.0= Avenue A / Razorfish (wikis, blogs, tags, bookmarks partagés…) ;
  • Bon exemple de marché de prédiction = Hollywood Stock Exchange ;
  • L’adoption des pratiques d’E2.0 est un challenge complexe, les véritables bénéfices ne se feront pas sentir avant une dizaine d’années.

Un très grand orateur avec beaucoup d’aisance. Une bonne introduction à l’entreprise 2.0 et ses bénéfices, mais rien de neuf par rapport à ce qu’il raconte sur son blog (les présentations et les exemples cités datent de 2006 !).

How to mesure engagment?

Conférence de Alex Langshur (PublicInsite) :

  • Il existe des outils mathématiques pour mesurer l’engagement (cf. Web Analytics Demystified) avec une pertinence discutable ;
  • Le framework proposé : Pre-click (Benchmark, Visibility, Alignment) et post-click (Conversions, Intensity) ;
  • les études concurrentielles sont essentielles pour préparer le terrain, il existe de très bons outils mais pour le marché US (compete.com, Fireclick, BuzzMonitor, Trackur…) ;
  • L’étude des mots-clés est également essentielle pour comprendre la façon dont le marché perçoit une marque ;
  • Au-delà de 20% d’audience internationale il est intéressant d’adresser les visiteurs étranges avec un site dédié ;
  • Tous les outils de web analytics permettent d’isoler l’audience internationale ;
  • Il est important de fournir une interprétation cohérente des social media analytics aux décideurs d’une marque (car il y a un très fort risque de non-compréhension).

Très bonne présentation qui insiste sur l’intérêt de soigner les livrables qui seront soumis à la DG d’une marque pour les aider à prendre la bonne décision (comme toujours, il faut raconter une histoire).

La convergence multiplateforme dans un monde 2.0

Intervention de Pierre-Karl Péladeau (Quebecor Media) :

  • Avec le web 2.0, plusieurs industries doivent se réinventer (médias, logiciel…) ;
  • Avec le web 2.0, l’internet n’est plus un média mais une plateforme ;
  • 5 grandes tendances : libre-choix des consommateurs (contenus et services sur demande), contenus générés par les utilisateurs, réseaux sociaux, multi-plateforme et nouveaux modèles économiques (multiplication des offres de niche et de la micro-facturation) ;
  • Convergence globale vers du tout numérique (et HD pour la radio, TV) ;
  • Montée en puissance d’Espace Canoë (un réseau social local + journalisme citoyen) ;
  • Évolutions à venir : prise en charge d’OpenId et déploiement d’API, lancement de Canoe.tv.

Une belle séance d’auto-promotion pour Quebecor mais des tendances qui se confirment (le tout numérique, la généralisation des API et des mécanismes d’authentification déléguée, la monte en puissance des jeux en ligne).

Les véritables bénéfices des réseaux sociaux BtoB

Intervention de Kathryn Everest (IBM) :

  • Le web 2.0 apportent de gros changement sont à prévoir au niveau du marché mais également au sein des entreprises (business drivers) ;
  • Il existe des pratiques sociales très étendues au sein d’IBM ;
  • Les réseaux sociaux d’entreprise et outils de collaboration correspondent à des usages et des finalités très différentes ;
  • Les collaborateurs de grosses organisations ne peuvent pas se reposer sur les RH ou la hiérarchie pour avoir une gestion efficace de leur carrière ;
  • Montée en puissance du « knowledge worker » qui sont beaucoup plus autonomes au sein d’une organisation mais à qui l’entreprise ne fournit que des outils de productivité individuelle (email, bureautique…) ;
  • Face à la concurrence des indiens et chinois, l’innovation et la créativité sont les deux facteurs-clés de succès des entreprises occidentales => Nécessité d’avoir des outils adaptés pour favoriser l’innovation (née de la diversité) ;
  • Gros changement à prévoir dans les aspirations pro des nouveaux entrants sur le marché du travail (génération Z ?) ;
  • La valeur des réseaux sociaux ne reposent pas sur les membres, mais sur les relations entre les membres ;
  • La visibilité d’un collaborateur au sein de son organisation est clé pour favoriser une démarche collaborative (quelle est son implication dans la communauté de l’entreprise ?) ;
  • Tout le monde ne blog pas au sein d’une entreprise (euphémisme) mais tout le monde est capable de bookrmarker des liens (d’où l’importance des outils de bookmark collaboratif) ;
  • Très intéressante visite guidée de l’intranet d’IBM.

Très bonne présentation, pleine d’enthousiasme autour des pratiques sociales internes.

Avatars et intelligence artificielle pour les RH

Intervention de Vincent Berthelot (RATP) :

  • Phénomène d’infobésité des contenus RH ;
  • Mise en œuvre d’un avatar pour faire l’interface entre cette masse de contenu et les collaborateurs ;
  • Il est très difficile de trouver un prestataire qui maîtrise les différentes composantes de ce type de projet (avatar, IA, contenu…) ;
  • Importance du protocole social pour rendre l’avatar moins virtuel et mettre à l’aise les utilisateurs (favoriser les échanges en mode dialogue) ;
  • L’avatar n’est pas là pour répondre à toutes les questions, il permet « d’évaquer » les questions les pus courantes et d’orienter vers les bons interlocuteurs ;
  • L’intelligence artificielle permet d’améliorer la base de connaissance de l’avatar.

Une présentation très intéressante sur un usage méconnu mais tout à fait novateur des avatars dans un contexte internet (et de surcroît RH !).

Fonctionner différemment chez Dassault avec le Web 2

Intervention de Bertrand Duperrin (blueKiwi) :

  • L’outil n’est qu’un véhicule, un moyen ;
  • « Le manager qui réussit est celui qui fait réussir les autres » ;
  • Des règles sont nécessaires pour éviter les dérapages et favoriser les pratiques collaboratives ;
  • Nous ne connaissons pas nos communautés : les gens concernés ne sont pas ceux que l’on croit ;
  • « L’entreprise 2.0 vit par le bas mais nait par le haut » ;
  • « Les outils sociaux ne sont que des outils« .

Une présentation pleine de bon sens qui reflète l’expérience du terrain.

Bienvenue dans le nouvel environnement de travail

Intervention de Jon Husband (Wirearchy, FastForwardBlog et TheAppGap) :

  • « It takes a long time for change to happen quickly » ;
  • Petit détour par ce très bon diaporama : The Gen Y Guide to Web 2.0 at work ;
  • Wirearchy = « a dynamic two-way flow of power and authority based on knowledge, trust, credibility and a focus on results » ;
  • Avec l’E2.0 vient le management 2.0, les RH 2.0 et la culture 2.0.

Génial, des réflexions pleines de bon sens sur l’évolution des organisations et la répartition des pouvoirs au sein de l’entreprise.

TV 2.0, la nouvelle chaîne de valeur du web média

Intervention de Martin Lessard :

  • Mutation de l’écosystème (économie de la rareté à économie de l’abondance => augmentation de la compétition) ;
  • De nouveaux entrants dans la chaîne de valeur (UGC, YouTube…) qui viennent bouleverser les modèles économiques car l’argent est concentrer sur les diffuseurs (revenus publicitaires) ;
  • Les réseaux sociaux sont clés pour exposer les internautes à un contenu choisit ;
  • Exemple de convergence réseau social et web TV : QuarterLife.com ;
  • Les annonceurs vont maintenant financer directement les créateurs de contenu (plutôt que les diffuseurs) ;
  • Les télédiffuseurs (chaînes de TV) vont vouloir reprendre le contrôle (à l’image de TF1).

Un bon résumé de la situation explosive dans laquelle se retrouvent les grands médias face à la fragmentation de l’audience. Et encore, le cas du P2P n’a pas été évoqué…

The golden rule of onilne marketing

Intervention très attendu de Bryan Eisenberg :

  • Le marketing 1.0 est fondé sur l’interruption (coupures pub, affiches ou publicité aux couleurs vives…) ;
  • L’attention n’est pas du tout la même entre un téléspectateur et un internaute ;
  • Internet est devenu un média majeur d’influence ;
  • Les internautes répondent à des stimulus (« persuasive momentum« ) mais sont saturés de signaux (et de bruits) ;
  • Les internautes sont avant tout « goal-oriented« , ils ignorent la navigation et se concentrent sur le cœur de page (cf. théorie sur le « information scent« ) ;
  • Il existe différents schémas de recherche et de comportement en ligne, il faudrait idéalement apporter des solutions de conception pour chacun des comportements.

WOW, voilà qui clôture la journée en beauté. Je suis complètement sous le charme de cet orateur d’exception. Grosse émotion quand je suis allé le voir à la fin de sa présentation et qu’il me connaissait via ses collègues francophones qui lisent visiblement ce blog (quel honneur !).

4 commentaires sur “Compte-rendu Webcom Montréal 2008

  1. Je partage ton coup de coeur pour john Husband qui est non seulement bon orateur mais une personne très attachante avec un parcours remarquable très orienté organisation/RH. Bryan Eisenberg c’est un peu too much pour moi, percutant mais parfois trop dans le show.

    J’en connais un autre qui a été très bon et pas mal de billets en témoignent dont un des derniers sur Brent ;-)

  2. Très bon résumé Fred, j’aime tout particulièrement ton «séance d’auto-promotion pour Quebecor»… Perso, j’ai complètement décroché de cette présentation.

    Et je suis bien content de t’avoir enfin rencontré en chair et en os!

Laisser un commentaire