Les applications sociales à l’assaut des enfants (et des parents)

Avec l’avènement des médias sociaux et le phénomène de « nichisisation » des services, les éditeurs sont à la recherche des niches les plus rentables. S’il y en a bien une qui domine le lot, c’est bien celle des enfants (et des parents qui financent les loisirs de leur progéniture).

Alors que certains ont choisit la voie du casual game (comme Club Penguin), d’autres celles de la poupée virtuelle (Stardoll, Barbie Girls) et d’autres celle des espaces sociaux « familiaux » (cf. L’invasion des plateformes sociales familiales), un nouveau type d’acteurs est en train de voir le jour : les applications sociales pour enfants (en anglais ça donnerait : « Teen Social Browser« ).

Le principe est redoutable : une application permettant de partager photos, musiques, vidéos, de rencontrer d’autres enfants, d’avoir accès à des jeux et du contenu en ligne, le tout dans un environnement parfaitement sécurisé. Le rêve pour les enfants qui peuvent librement surfer et sociabiliser sans avoir leurs parents qui surveillent, le rêve pour les parents qui n’ont pas à stresser à cause des prédateurs sexuels ou à s’arracher les cheveux à installer un logiciel de contrôle parental.

Deux acteurs sont déjà positionnés sur ce créneau : Kidzui avec un produit déjà très abouti (cf. Quand service en ligne et browser ne font plus qu’un et KidZui Starts Youth Off Early on Social Networking).

L'interface de Kidzui

Pikluk dont la proposition de valeur est à peut près la même (cf. PikLuk Puts Parents in Control of Childrens’ Browsing | The Startup Review).

L'interface de Pikluk

Là où se dispositif est particulièrement redoutable, c’est que les « clients » (enfants et parents) sont dans un environnement captif où les concurrents ne sont pas un clic de souris. À partir de là, le modèle économique de ces acteurs est tout trouvé : monétiser la présence de contenus, services et annonceurs au sein de la plateforme. Oui, ce modèle est rigoureusement le même que celui des opérateurs téléphoniques à la i-mode.

Toujours est-il que je trouve les arguments de ces services tout à fait pertinents :

Le système de contrôle parental

Ils sont en quelque sorte précurseur sur un modèle de SaaS (Softaware and a Service). Coupler cela avec une technologie de déploiement rapide comme Adobe AIR et vous aurez une authentique pépite. Qui sera le premier acteur français à se lancer ?

7 commentaires sur “Les applications sociales à l’assaut des enfants (et des parents)

  1. INtéressant…
    Et en Francais, quels sont les sites qui proposent ce genre de service pour nos chers petits ?

Laisser un commentaire