La revanche des casual MMOs

Aviez-vous remarqué à quel point le secteur des jeux vidéo était chaud ces dernières années ? Entre les jeux mobiles, les jeux sociaux, les advergames, la gamification… les jeux sont partout. Et s’il y a bien un créneau qui a explosé récemment, c’est bien celui des social games. Pour vous éviter une longue explication, disons que le succès fulgurant des jeux sociaux est principalement dû au fait qu’ils s’adressent à une catégorie de la population jusqu’alors peu ou pas intéressé par les jeux. Le problème est qu’après l’introduction en bourse de Zynga et l’arrivée sur le secteur de gros acteurs (EA, Disney…), il ne reste quasiment plus de places à prendre.

Nous sommes donc dans une situation de saturation du marché, et pour pouvoir trouver de nouveaux leviers de croissance, il faut être en capacité de proposer un nouveau produit au marché (autre que les casual ou social games). C’est là où les jeux multijoueurs synchrones rentrent en scène : ils proposent un gameplay susceptible de séduire à la fois les joueurs traditionnels et les joueurs occasionnels. Ça tombe bien, car les dernières avancées technologiques ouvrent de nouveaux horizons aux éditeurs (cf. Le paysage des Rich Internet Games se diversifie et Les jeux en HTML5 deviendront-ils une réalité ?). De plus, avec la mode des jeux indépendants, une nouvelle vague de jeux multijoueurs est en train de conquérir les internautes et de grignoter des parts d’audience.

Loin de moi l’idée de jouer les historiens, mais je pense que tout à commencer avec le portage de jeux FPS dans le navigateur, à l’image de Quake Live ou de UberStrike (née Paintball Paradise), développé par un éditeur français (du moins en partie) qui a su surfer sur le succès de Facebook .

UberStrike

Tout l’intérêt de ces jeux est de proposer un gameplay nerveux, proche de ce que l’on connait déjà, mais accessible en quelques secondes depuis son navigateur. Sur le même principe, on trouve même des choses beaucoup plus vintage comme MMO Asteroids.

MMOasteroids

vous noterez que ces titres ont une approche très casual du jeu, il n’est pas ici question de séduire les joueurs réguliers, mais plutôt d’adresser des nostalgiques qui ont décrochés ou des récents convertis aux casual ou social games. Les titres présentés plus haut ne sont ainsi pas vraiment concurrents des jeux en ligne d’envergure comme Runescape ou Battlestar Galactica Online (cf. 10 Free Browser MMORPG).

Sur cette lancée, nous commençons également à voir apparaitre des jeux en free-to-play qui s’inspirent ouvertement d’autres titres et proposent un gameplay très accessible pour séduire le plus de joueurs possible. C’est ainsi le cas de Brick Force, un mélange de Counter Strike et de Minecraft :

Dans le même genre, il y a aussi Altitude, un clone multi-joueur de Min Squadron : Altitude, 2D Side-Scrolling Airplane Shooter Game.

Ces titres vont-ils révolutionner l’industrie du jeu vidéo ? Non, il y a très peu de chance. Par contre je vois émerger une tendance assez nette : la mise sur le marché de jeux multijoueurs très faciles d’accès exploitant des recettes déjà éprouvées dans l’objectif de séduire le plus grand nombre. Il serait ainsi tout à fait envisageable d’imaginer une version allégée d’un jeu à laquelle il serait possible de jouer directement dans votre navigateur en quelques clics, financé par des bannières ou de l’affiliation. Une fois séduit par le gameplay, l’éditeur vous proposerait alors de passer à une version téléchargeable du jeu, plus sophistiquée, avec des contenus monétisés. Il ne lui restera alors plus qu’à proposer une version mobile pour diversifier ses revenus.

Cette approche d’engagement progressif pourrait très bien être envisagée dans le cadre d’un advergames et d’un serious game : une version édulcorée du jeu disponible en ligne pour attirer le chaland et une version plus complète proposer en téléchargement ou sur les terminaux mobiles. Cela demande plus de travail, certes, mais cette approche permet d’élargir les joueurs potentiels et de toucher des cibles jusqu’alors inaccessibles. Je pense que nous n’allons pas tarder à voir arriver sur le marché des jeux sponsorisés ou du placement produit. À suivre…

3 commentaires sur “La revanche des casual MMOs

  1. Cette tendance va dans le même sens que les jeux sur smartphone et tablette, rapide, pas destiné au hard core gamer, beaucoup moins cher que les « vrais » jeux : du jeu consommable pour grand (et large) public.
    Sans parler effectivement, de la tendance de fond « gamificatrice » avec de nombreux jeux spécifiques dédiés à des utilisation de niche plus ou moins professionnelles comme le jeu GE Shuffle développé par GE Healthcare pous sensibiliser les personnels hospitalier à la gestion du flux des patients.
    Merci pour cet article !

    J'aime

  2. Ah mince vous avez dévoilé presque toute la stratégie de mon prochain jeu en tant qu’indé ^^

    F2P dans le navigateur, avec achat d’items en micropaiements ou pas, système vip pour plus de contenu, multijoueur synchrone semi-coopératif, chat et interactions sociales.
    Basé sur un mélange du gamepay éprouvé d’un animal crossing scénarisé et d’un sandbox game light.

    L’étape supérieure (au moment ou j’atteindrai assez de contenu et de revenus), étant aussi le portage sur un autre média que le navigateur (3dsware ou autre).

    J’ai prévu juste un truc en plus dont vous avez déjà parlé, mais je le garderai pour moi en attendant ;)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s